Friday, September 28, 2012

Demonstration and cultural event / Manifestation et evenement culturel,Al Walaja, West Bank, 28.9.2012

(c) Anne Paq/, Al Walaja, 28.09.2012

Palestinians of Al Walaja together with Palestinian, international and Israeli supporters participate to a march and enjoy a cultural event on a hill top that is soon to be cut off from the village of Al Walaja, September 28, 2012.

 The event included the display of giant puppets; performance from the Freedom Bus from the Freedom theater in Jenin, Hip Hop from Palestine and Australia, and traditional Palestinian music. It was performed next to the house of Omar Hajajlah's family, left on the other side of the route of the Separation Wall. The house's only connection to the village will be by a tunnel and the home will be completely surrounded by a fence.

The Israeli army was watching all the time, with some jeeps passing by.

Once completed, the path of the Wall is designed to encircle the village's built-up area entirely, separating the residents from Bethlehem, Jerusalem, and almost all their lands.


Les habitants palestiniens d'Al Walaja avec leurs supporters palestiniens, internationaux et israéliens ont participé à une marche de protestation et et un événement culturel sur le sommet d'une colline qui va bientôt être coupé du village d'Al Walaja,  le 28 Septembre  2012.

 Le programme a inclu des marionnettes géantes confectionnées par les jeunes du village, des performances du bus de la liberté du théâtre de la Liberté de Jénine, du rap de la Palestine et d''Australie, et de la musique traditionnelle palestinienne. Tout cela s'est déroulé à côté de la maison de la famille Omar Hajajlah,qui se retrouve isolée de l'autre côté de la route du Mur de séparation. La seule connexion de la maison au village se fera par un tunnel et la maison sera complètement entourée par une clôture.

L'armée israélienne, même si elle s'est tenue à distance était toujours bien en vue avec des jeeps qui patrouillaient régulièrement près de l'endroit où se déroulait l'évèvement culturel.

Une fois terminé, le tracé du Mur est conçu pour encercler complêtement le village séparant les résidents de Bethléem et Jérusalem, ainsi que de la presque totalité de leurs terres.

Thursday, September 27, 2012

Building of the Wall in Qalandiya village / Construction du Mur au village de Qalandiya, 24.09.2012

(c) Anne Paq/, Qalandiya, 24.09.2012

While Mahmoud Abbas today is making another speech at the United Nations, Palestine is still being cut into small pieces. New settlements are being erected and the Wall is being built inside Palestinian lands.
On the second photo a caterpillar bulldozer is seen working in the land, making the company complicit of a war crime.  This is one of the reasons, among many others, that we should join BDS campaign.
Qalandiya is usually associated with the refugee camp and the infamous checkpoint, but there is also a beautiful village. Its inhabitants depend on Jerusalem for work and essential services but the Wall is cutting the village off.

So I am just wondering: whats the point of more speeches when everything has already been said, and which Palestine Mahmoud Abbas is going to talk about?

(sorry if i have been away for a while, my computer crashed)


Alors que Mahmoud Abbas doit aujourd'hui prononcer un autre discours à l'ONU, la Palestine est en train d'etre coupée en petits morceaux. De nouvelles colonies sont en cours de construction et le Mur continue dètre erigé à l'intérieur des terres palestiniennes.
Sur la deuxième photo un bulldozer caterpillar contribue à sa construction, faisant de la celebre compagnie la complice d'un crime de guerre. C'est l'une des raisons, parmi beaucoup d'autres, que nous devrions adhérer à la campagne BDS.

Qalandiya est généralement associé au un camp de réfugiés et l`infâme checkpoint, mais Qalandiya est aussi un très beau village. Ses habitants dépendent de Jérusalem pour le travail et les services essentiels, mais le Mur est en train de completement isoler le village.

Ce n'est qu'un cas parmi d´autre. Alors je me demande à quoi sert vraiment un autre discuours quand tout a dejà été dit? Et de quelle Palestine va parler Mahmoud Abbas quand en realité sur le terrain il n´en reste
 q´une chimere, une amere illusion?

(desolee de mon absence ces temps-ci, mon ordinateur est tombé en panne)

Monday, September 17, 2012

Verdict for Vic

(c) Anne Paq/, Gaza, 15.05.2012

A graffiti in the memory of Victorio Arrigoni, an Italian activist and journalist killed in Gaza in April 2011, in Gaza city, Gaza Strip, May 15, 2012. Vittorio Arrigoni was an Italian reporter, writer and well known  activist,member of  International Solidarity Movement (ISM) in the Gaza Strip, from 2008 until his death.  He was kidnapped and then murdered by suspected members of a Palestinian Salafist group in Gaza.

Today finally the verdict was given. Text that I wrote just after Vic was killed: here

here are the details in Maan news article:

Gaza court convicts 4 men in murder of Vittori Arrigoni
Published today (updated) 17/09/2012 17:06

GAZA CITY (Ma'an) -- An appeals court in the Gaza Strip on Monday convicted four Palestinians of the killing of Italian peace activist Vittori Arrigoni in 2011.

The court sentenced Mahmoud Salfiti, 23, and Tamer Hasasna, 25, to life imprisonment plus 10 years for kidnap and murder, while Khader Ajram, 26, was sentenced to 10 years for abduction.

The three defendants were identified by the Hamas-run court as Hamas security men who had been working for a Salafi group for ideological reasons.

Amer Abu Ghula, a 25-year-old fisherman, fled Gaza after the killing and was sentenced in absentia to 12 months for harboring a fugitive.

The men flashed defiant smiles as the sentences were handed down.

"They will find justice with God and not with this court," a relative of the one of the defendants muttered.

Lawyers said Arrigoni's family had written to the court to oppose imposing the death penalty.

Hamas forces killed two men accused of the murder when clashes erupted during a raid in Nuseirat refugee camp three days after Arrigoni was killed. A third was injured and a fourth detained.

Arrigoni, a long-time member of the International Solidarity Movement, was kidnapped on April 14, 2011.

Shortly after his disappearance, a previously unknown Salafist group released a YouTube video showing a bruised and bloodied Arrigoni and threatened to kill him within 30 hours if Hamas failed to release a group of jihadist prisoners.

Security forces found Arrigoni's body shortly afterward, ahead of the stated deadline, in an abandoned house in northern Gaza.

News of the Italian activist's murder was greeted with widespread condemnation, and demonstrations and vigils were held across the West Bank in his memory.
Communiqué de ISM France:

Quatre condamnations pour le meurtre de Vittorio Arrigoni

Par ISM-France
Ce matin à Gaza s'est tenue la dernière audience du tribunal jugeant quatre inculpés appartenant à un groupe salafiste et inculpés pour le meurtre de notre compagnon Vittorio Arrigoni.

- Mahmoud Al Salfiti et Tamer Al Husasna ont été jugés coupables de l'enlèvement et de l'assassinat de Vittorio et condamnés à la prison à vie.
- Qader Farouk Jerim a été condamné à 10 ans de prison pour enlèvement.
- Amer Abu Gola a été condamné à 1 an de prison pour avoir mis à disposition la maison dans laquelle Vittorio a été détenu et pendu.

ISM-France considère que justice est rendue, contrairement au simulacre de procès qui a eu lieu le mois dernier dans l'entité
sioniste coloniale, qui a exonéré l'assassin de Rachel Corrie.

Reposez-en paix, chers camarades, nous continuons le combat jusqu'à la libération de la
Palestine, toute la Palestine.
Texte que j'avais ecris juste après la Mort de Vic: ici

Wednesday, September 12, 2012

Ramallah protest against rising living cost and more: against Oslo accords / Manif à ramallah contre l'augmentation du coût de la vie mais aussi contre les accords d'Oslo, 11.09.2012

(c) Anne Paq/, Ramallah 11.09.2012

West Bank protests expose Oslo as the prop of occupation

First published on The National
Nineteen years after the Oslo Accords were officially signed on September 13, 1993, it is clearer than ever that the Accords have blocked Palestinian rights of freedom, return and self-determination. The current protests shed light on this disastrous burden for Palestinians.

Protests are spreading rapidly across cities in the West Bank, including general strikes in protest of high prices. At first, protests were orchestrated by Fatah and directed against Salam Fayyad, the Palestinian prime minister, blaming him for the economic crisis and rising prices. Protests were seen as an opportunity to dispense with Mr Fayyad and divert people’s anger away from the rest of the Palestinian Authority, as well as to demonstrate to donor countries the necessity of financial aid.
But soon thereafter, more voices joined the protests to address a root problem: the Oslo Accords and their economic annex, the Paris Protocol.

President Mahmoud Abbas has demanded a review of the Paris Protocol signed with Israel in 1994. This is a tactic to calm the street, and another excuse to keep negotiating with Israel forever. It is naive to expect that Israel will accept the request, unless it has, as a coloniser, a clear interest.
It seems unlikely Mr Abbas’s declaration will defuse the protests as people have no expectations of their occupiers. If protests continue, expand in number and address the occupation and the Oslo Accords, it will be the time to put forward an alternative vision.

Oslo has had long-lasting and damaging consequences: it led to the establishment of the Palestinian Authority, with no sovereignty, in Gaza and the West Bank; created an endless process of negotiation and security coordination; solidified complete economic dependency on Israel and donor aid; and divided Palestinian people across cantons within the West Bank and Gaza, and between Palestinians living in historic Palestine and in the diaspora.

Since the Oslo Accords were signed, the PLO, the only legitimate representative of Palestinians, has lost its mandate to the Palestinian Authority. A crucial step forward would be to put the process back in the people’s hands through direct Palestinian National Council elections in which all 11 million Palestinians – Palestinians in the 1948 borders and refugees, as well those in the 1967 Occupied Territories – could vote for leadership that would develop a new strategy for resistance.
This would allow the PLO, led by the National Council, to decide on the Palestinian Authority’s role, and not vice versa. The slogan of dismantling the PA is easy, but it remains unrealistic and unachievable in the near future. What could be changed is the mandate that sets the PA’s role: the Oslo Accords.

Oslo has guaranteed a profitable occupation for Israel. Israel is excused from any responsibility for civil services in the Occupied Territories, while benefiting from Palestinian resources such as land, water, and labour. Security coordination has guaranteed that PA subcontractors “protect” Israelis from any form of Palestinian resistance. But the PA has no ability whatsoever to protect Palestinians from settler terrorist attacks, Israeli military raids or general oppression.
Furthermore, the endless process of negotiations has given Israel a free pass to continue its illegal practices with impunity, while failing to realise even a single achievement for Palestinians.
The Paris Protocol has guaranteed Israel full control of the Palestinian economy, including imports, exports, taxes and prices. The Protocol, combined with incompetent PA policy that has failed to develop local manufacturing and agriculture, has increased dependency on foreign aid.
In most cases, states that have donated to Palestinian institutions and organisations have imposed their own agendas. One method is to link aid to political pressure, such as the US Congress’s decision to cut aid to deter efforts to bring the issue of Palestinian statehood to the United Nations in September 2011.

Other aid has ignored long-term Palestinian goals to challenge Israel’s ethnic-cleansing policy. For example, aid development projects focused on Area A (18 per cent of the West Bank) surrender to Israel’s plans to dominate Area C, which is about 61 per cent of the West Bank.
Dismantling Oslo would suggest structural alternatives for the Palestinian struggle. It wouldn’t be easy, and would mean establishing a different agenda than those in Israel, the international community and much of the Arab world.
This vision must include: unity of Palestinians – whether or not they live within the 1967 Occupied Territories – under the PLO. Old leadership needs to step aside and open a path to a new spirit.
Maintaining law and order and developing a self-dependent economy in the Occupied Territories are essential. We should be inspired by the First Intifada.
Neither donor countries nor Israel will risk “starving us out”. The international community will listen when we are strong, which requires a popular resistance strategy on the ground. Resistance requires morality, efficiency and international support, mainly through the “boycott, divestment and sanctions” movement against Israel.
As for the two-state solution, a pillar of Oslo, the world will finally realise it is dead when Palestinian leaders stop holding onto it. Then the world will be forced at last to listen to the Palestinian people.

Qu’on dise donc aux Palestiniens : Mais c’est l’occupation, bougres d’ânes !!!

( Article publié dans haaretz, et traduit sur le site de la Plate-forme Charleroi palestine
Des Palestiniens brûlant des affiches du Premier ministre Fayyad

Les milliers de personnes qui ont manifesté en Cisjordanie contre les mesures économiques de l’AP jouent en fait le jeu d’Israël, qui contrôle les ressources mais n’assume aucune responsabilité. Une opinion d'Amira Hass, publiée le 12 septembre 2010 dans le journal Haaretz.

« Des génies », me dis-je au moment où des dizaines de camions et de taxis bloquaient la circulation au cœur de Hébron, mercredi dernier, pour protester contre les hausses de prix. « Des génies », continuai-je à penser lorsque, quatre heures plus tard, je repassai au même endroit et appris que d’autres manifestants avaient mis le feu à une effigie du Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Salam Fayyad. La conclusion à propos de ces « génies » ne fut renforcée que le vendredi avant minuit quand, me trouvant dans Jerusalem Street à El Bireh en compagnie d’autres conducteurs, je dus faire demi-tour : des flammes bloquaient la route à l’entrée du camp de réfugiés d’Al Amari. Et, de nouveau, quand les journaux du samedi rapportèrent que des poubelles avaient été incendiées et qu’une vague de cambriolages et de vols avaient eu lieu sous l’égide des manifestations de vendredi à Bethléem et ses faubourgs, je ne pus m’empêcher de répéter : Les Israéliens qui ont planifié les accords d’Oslo voici près de vingt ans, sont des génies. En le faisant, ils garantissaient que les Palestiniens allaient rejeter sur leurs autorités le blâme de la crise économique et qu’ils allaient manifester par milliers contre ces mêmes autorités.

La panique au sein de la direction de l’AP gagne lentement mais sûrement. Des discours chaque jour, avec le point culminant samedi après-midi, lors de la conférence de presse du président de l’AP, Mahmoud Abbas, qui avait été annoncée vendredi soir dans les infos principales de la radio Voice of Palestine ; des comités interministériels que l’on crée chaque jour avec la promesse de trouver des moyens de réduire les prix ; une autre promesse de rencontres et de discussions avec des représentants des divers partis et organisations non gouvernementales ; des émissions de radio dans lesquelles interviewers et interviewés, sur un ton condescendant et paternaliste, comprennent les manifestants mais les réprimandent pour les émeutes et les destructions. Et une conversation avec le chef du restaurant Zayit wa Za’atar, qui explique comment un retour au traditionnel menu de grand-mère, meilleur marché et plus sain, va aider à composer avec les prix élevés.

Chaque manifestant qui n’a pas terminé ses études supérieures parce qu’il est allé contribuer à soutenir sa famille est bien conscient que la crise mondiale affecte également le « non-État » qu’est la Palestine. Chaque personne loyale au Fatah qui voue Fayyad aux gémonies et réclame sa démission (comme l’a fait Moubarak) d’une voix rauque est bien conscient que le Premier ministre ne pourrait promouvoir une politique non acceptable aux yeux d’Abbas, qui l’a justement désigné à ce poste. Et chaque enseignant au traitement de 2.000 NIS ressent personnellement le résultat de l’accord économique avec Israël, le protocole de Paris, qui a été signé par le dirigeant du Fatah Ahmed Qureia ‏(Abu Ala‏). Cet accord douanier (« temporaire », au même titre qu’Oslo et la Zone C) livre l’économie palestinienne pieds et poings liés à la politique israélienne des taxes indirectes et régressives. Si cette politique est un tel fardeau pour nous, les Israéliens qui ne font pas partie du décile supérieur, comment ne pourrait-elle pas en être un plus lourd encore pour les Palestiniens dont les salaires n’approchent même pas le minimum israélien ?

Oslo, un doux arrangement en faveur d’Israël

Les principales lumières d’Oslo se sont arrangées pour rédiger un contrat laissant à Israël les ressources et leur contrôle, de même que les pouvoirs souverains, tout en laissant aux Palestiniens les problèmes et la responsabilité de les résoudre, mais sans le pouvoir et sans les ressources. En agissant de la sorte, ils ont transformé l’AP en un bouclier défensif protégeant le gouvernement israélien de la furie palestinienne. N’est-il pas étonnant que les manifestants se tournent en direction de la seule adresse disponible et qu’ils blâment l’AP des hausses de prix qu’elle n’a pas décidées elle-même ? Quant aux Israéliens, ils aiment à croire qu’il n’y a pas de rapport entre la crise qui frappe les Palestiniens et l’occupation.

Même sans la crise mondiale et sans les taxes indirectes élevées – ces dernières étant l’œuvre du Premier ministre Benjamin Netanyahu −, l’économie palestinienne est handicapée et fragile et ce, à cause de la domination israélienne. Mentionnons simplement quelques faits – pas tous, parce que nous devrions y consacrer la page tout entière :

1. Israël empêche Gaza d’exporter des produits agricoles et industriels.

2. Israël exploite à fond les ressources naturelles de la Cisjordanie : l’eau, les carrières, les mines sur la mer Morte, les terres agricoles, les zones industrielles, le tourisme et les sites de randonnée. Tout ce qui, en Cisjordanie, constitue un plus pour les Israéliens, représente un moins pour les Palestiniens.

3. Israël contrôle le spectre électromagnétique et, de ce fait, limite l’efficience et la profitabilité des compagnies cellulaires palestiniennes et l’industrie palestinienne des hautes technologies.

4. Israël interdit aux pêcheurs de Gaza de naviguer plus loin que trois nautiques, limitant ainsi sévèrement leurs perspectives.

5. Israël mène une concurrence déloyale aux produits palestiniens : de l’eau subventionnée pour les fermiers israéliens, y compris ceux des colonies, comparée à une allocation minimale d’eau potable aux Palestiniens. Quand l’eau potable à Hébron et à Bethléem est fournie aux maisons une fois par mois, il n’est pas étonnant que les champs de légumes soient desséchés. (« Savez-vous combien coûte un kilo de tomates ? Huit shekels ! », m’ont dit des manifestants à Hébron, comme s’ils parlaient de viande. « Savez-vous que nous avons cessé de cultiver des choux-fleurs ? » m’a dit un fermier à Halhoul, d’un air fâché en apercevant un chou-fleur israélien à l’étalage ?)

6. En raison du refus israélien de relier les communautés palestiniennes en zone C (les 61 pour 100 de la Cisjordanie que les accords d’Oslo ont placé sous le plein contrôle israélien), des dizaines de milliers de personnes doivent aller chercher de l’eau dans des réservoirs tout au long de l’année. En été, des centaines de milliers de personnes dont les robinets ne coulent plus doivent acheter de l’eau des réservoirs. Le transport accroît le prix de l’eau de huit fois et plus en moyenne que ce que doivent payer leurs « voisins », les colons. Avec cet argent, combien de classes d’enrichissement en anglais et en mathématiques ces familles pourraient-elles financer pour leurs enfants ? Combien de jeunes, garçons et filles, pourraient-elles envoyer étudier à l’université ?

7. Israël force les Palestiniens à voyager sur des routes secondaires défoncées, d’une enclave à l’autre ou de leur municipalité aux villages et villes du district. Estimons qu’en moyenne, la distance vers chaque destination est allongée de 10 kilomètres. Cela devrait être multiplié par six jours par semaine, au moins deux fois par jour, pour 30.000 véhicules (et sans compter quelque 100.000 véhicules privés). Ces coûts additionnels non nécessaires sont répartis entre les conducteurs des transports publics, les conducteurs de camions, les marchands et les usagers. Combien de cliniques cette addition pourrait-elle payer ? Combien de millions et de millions d’euros cela coûte-t-il au contribuable européen ?

Selon le ministère palestinien de l’Économie, pour la seule année 2010, la domination israélienne a infligé à l’économie palestinienne une perte de quelque 6,8 milliards de dollars. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas participer aux manifestations. Les manifestants palestiniens disent en effet que, même dans de telles conditions d’étranglement, leurs dirigeants disposent d’un certain espace politique et économique d’action mais que, pour des raisons qui leur sont propres, ils ne s’en servent pas pour rompre le statu quo créé par les génies d’Oslo.

Monday, September 10, 2012

More protest in Bethlehem against rising cost of living / Plus de manifestations à Bethlehem contre l'augmentation du coût de la vie, 10.09.2012


(c) Anne Paq/, Behlehem, 10.09.2012.

This has been a whole day of strike and protest in Bethlehem today against rising cost of living.

This morning, Palestinian heavy equipment drivers block traffic at Bethlehem's main intersection to protest the high cost of fuel and food. All public transport was stopped and most shops were on strike.

At the end of the afternoon,  hundreds of Palestinians, mainly youth,  march in front of the Muquata, the PA headquarters; in the West bank city of Bethlehem to protest and called for the resignation of the Palestinian Authority's government of Salam Fayyad and an end to the neoliberal austerity economic policies. Chants against the Palestinian authority and President Abbas were also heard. The PA police stayed inside the Muquata and no incident took place, contrary to other locations such as Hebron and Nablus where heavy clashes erupted between the protesters and the Palestinian police, causing several injuries.

Protesters condemned continuous increases in taxes, cuts to public sector wages and the oppressive rule of the Paris Protocol on Economic Relations, an agreement signed with Israel in 1994, which laid out the economic relations between Israel and the PA within the Oslo framework, and which turned out to be mostly about ensuring Israel's economic domination of the Palestinian market and has prevented the development of an independent Palestinian economy.

Where the protests will go from there? It is still unclear. 


Cela a été une journée de grève et de protestation à Bethléem aujourd'hui contre l'augmentation du coût de la vie en Palestine.

Ce matin, les conducteurs d'équipement lourd ont bloqué la circulation à l'intersection principale de Bethléem pour protester contre le coût élevé du carburant et de la nourriture. Tous les transports publics ont été arrêtés et la plupart des magasins étaient en grève.

À la fin de l'après-midi, des centaines de Palestiniens, principalement des jeunes, ont marché jusquà  la Muquata, le siège de l'autorité palestinienne dans la ville de Bethléem en Cisjordanie pour protester et ont appelé à la démission du gouvernement de l'Autorité palestinienne de Salam Fayyad et à l'arrêt aux politiques d'austérité économiques néolibérales. Des chants contre l'autorité palestinienne en général et le Président Abbas ont également été entendus. La police palestinienne est restéé à l'intérieur de la Muquata et aucun incident n'a eu lieu, contrairement à d'autres endroits comme Hébron et Naplouse, où des affrontements violents ont éclaté entre les manifestants et la police palestinienne, causant de nombreux blessés.

Les manifestants dénoncent l'augmentation continue des impôts, des coupures aux salaires du secteur public et des conséquences nefastes du Protocole de Paris sur les relations économiques, un accord signé avec Israël en 1994, qui a défini les relations économiques entre Israël et l'Autorité palestinienne dans le cadre des accords d'Oslo, et qui s'est révélé être un instrument pour Israël afin de s'assurer de sa domination économique sur marché palestinien et a empêché le développement d'une économie palestinienne indépendante.

Dans quelles directions et jusqu'où vont aller ses manifestations? c'est ecnore trop tôt pour le dire.

Wednesday, September 05, 2012

Palestinians protest high cost of living / Les Palestiniens manifestent contre le cout de la vie, Deheishe refugee camp, Bethlehem, 05.09.2012

(c) Anne Paq/, Deheishe refugee camp, Bethlehem, 05.09.2012

Palestinians block traffic in in the main street in front of Deheishe refugee camp, Bethlehem; September 5, 2012, protesting the high cost of living and calling for the resignation of the Palestinian National Authority governement of Salam Fayyad.

Des Palestiniens ont bloqué le trafic et manifesté dans la rue principale, au camp de réfugiés de Deheishe à Bethléem pour protester contre l'augmentation du coût de la vie et ont appelé à la démission du Gouvernement de l'Autorité nationale palestinienne mené par Salam Fayyad.

Subscribe to Activestills newsletter!!

 The first newsletter will be out by the 10th September and you need to first subscribe to get it.

Activestills to which I am a proud member is a collective of Israeli, Palestinian, and international photographers, united by a conviction that photography is a vehicle for social change.

For years, we have been documenting many political and social issues in Israel/Palestine, including the Palestinian popular struggle.

The newsletter will allow you to be up to date with our latest photos and projects.
Sign up below or use this link.