Thursday, August 30, 2012

More demolition in Bedouin communities, in the desert East of Behlehem / Démolitions dans une communauté de Bedouins vivant dans le désert à l'Est de Bethléem, 30.08.2012


(c) Anne Paq/, demolition, east Bethlehem; 30.08.2012

Remains of structures after a demolition conducted by the Israeli army the day before in the Al Kurshan Bedouin community, in the Judean desert, East of Dar Salah, Bethlehem region, August 30, 2012.The demolition targeted 4 families belonging to the extended Al Kurshan family who live in the Judean desert in two different close locations, East of Dar Salah village in the Bethlehem area. In total, all of the 4 residential structures and 3 animal shelters were demolished, leaving nothing standing and 24 people homeless, including 12 children. Several tents which were provided by international agencies following the previous demolitions a few months ago were also confiscated.  The Israeli army claims that the Al Khurshan families have to leave the area because they live inside the firing zone 914.


Ce qui reste des habitations et abris d'animnaux après une démolition menée par l'armée israélienne la veille dans la communauté bédouine Al Kurshan, dans le désert de Judée, à l'Est de Dar Salah, dans la  région de Bethléem, 30 Août 2012.
Les démolitions ont affectées 4 familles appartenant à la famille étendue Al Kurshan  qui vivent dans le désert de Judée dans deux endroits à proximité Au total, l'ensemble des 4 structures résidentielles et 3 abris pour animaux ont été démolis, ne laissant rien debout et 24 personnes sans-abri, dont 12 enfants. Plusieurs tentes qui avaient été fournies par des organismes internationaux à la suite des précédentes démolitions il ya quelques mois ont également été confisquées. L'armée israélienne a indiqué aux  familles qu'elles devaient quitter la région selon le pretexte qu'ils vivent à l'intérieur de la zone de tir 914.

Wednesday, August 29, 2012

Another day of demolition in Palestine / Un autre jour de démolition en Palestine

(c) Anne Paq/, South Hebron Hills, 28.08.2012

Demolition in Susiya village (photos 1-3) and in Khirbet Zanuta and Tiran community
Photo 10: Palestinians from Tiran community rebuilding an animal shelter the same day the Israeli army demolished 3  in the village, South Hebron Hills, August 28, 2012/ Des Palestiniens de la communauté de Tiran reconstruisent un abri pour leur animaux le même jour que les autorités israéliennes en ont démoli trois.


 This was another day of demolition in South Hebron Hills. The same day that an Israeli judge absolved the Israeli state of its responsibility in the killing of US activist Rachel Corrie, crushed to death by an Israeli military Caterpillar bulldozer.
Water wells  were especially targeted. In total 5 were demolished. Without water, people cannot stay as it becomes too costly to buy water tanks. 2 residential structures were also demolished; leaving more Palestinian homeless. 9 animal shelters were also demolished; leaving the sheep under a burning sun. The same day, other demolitions took place in Jericho and in Nablus area.

Report by Sean O'Neill on +972 on one of the demolition:

Israeli army destroys water cisterns and dwellings in southern West Bank

Israeli bulldozers entered the Palestinian village of Zenuta in the South Hebron Hills Tuesday morning and demolished water cisterns, residential dwellings and sheep stables, devastating the small community of only seven families. 
By Sean O’Neill

Zenuta, West Bank – At around 10 a.m. on Tuesday, a group of Palestinians from the village of Zenuta watched from across a valley in the South Hebron Hills as two Israeli army bulldozers suddenly appeared and destroyed their village’s water cisterns, cave dwellings and stables. The village, divided by a valley, is just 3 kilometers from the Green Line, at the southern tip of the West Bank.
The bulldozers in Zenuta were accompanied by five army jeeps, three vehicles from the Israeli Civil Administration, and a charter bus of Israeli soldiers, trying to keep activists and members of the press from entering the village. A group of about 20-25 Palestinian men, women, and children who were there at the time sat in front of one of the bulldozers in an effort to stop them. They were quickly removed, however, by the army and the destruction commenced.

In total, four water cisterns, two caves, two houses and six stables were destroyed. Zenuta is a small village of seven families with a herd of 400 sheep.  The army destroyed the houses of two families, each with seven children, as well as six stables holding sheep. Perhaps most devastating of all in a region starved for water, the army bulldozed the village’s cisterns, holding water collected from winter rains.  The cisterns cost NIS 15,000 each, an incredible toll amounting to about a year and half’s wages for the average Palestinian worker in the area.  The cisterns had been filled with water after a winter that brought the best rainfall in at least 10 years, according to residents of the area.  Now two young boys walked around with the only two bottles of water left in the village offering it to visitors.
Mohammed Khaled Samamry, the owner of one of the houses destroyed, was indignant.  “Can you live without water?” he asked, his hand trembling slightly with frustration.  ”What can we do without water?  What can we drink?  You see what they do to us, the Israelis?  They left the kids sitting under the sun, the sheep in the field.  Where will we sleep tonight?”
A handful of children sat quietly, shocked and sad, in the midst of twisted metal rods and pots and pans scattered on the ground.  The sheep wandered aimlessly in a field, nibbling at the straw.
According to Israeli activists, three tents were also destroyed Tuesday morning in Susya, a nearby village that is under threat of demolition. The tents were built by the UN’s OCHA department, and were destroyed by the army once before, last November.
The destruction comes in the midst of a wider threat to the villages in this region. In July, Israel issued orders to wipe out the nearby villages of Jinba, Farkheti, Majaz, Sfai, Khoruba, Tabban, Mirkez, and Halawah. Demolition orders have also been issued for structures in the villages of Mufagara and Tuba. In all, over 1,500 residents are at risk of losing their homes.
Sean O’Neill is a freelance journalist based in Jerusalem. Mairav Zonszein contributed to this report. 


Ce fut encore une autre journée de démolition dans les collines au Sud d'Hébron. Le jour même où un juge israélien a absous l'Etat d'Israël de sa responsabilité dans le meurtre de l'activiste américaine Rachel Corrie, écrasée par un bulldozer Caterpillar de l'armée israélienne alors qu'elle essayait d'empêcher la démolition d'une maison palestinienne.

Les puits d'eau étaient particulièrement visés. Au total de 5 ont été démolis. Sans eau, les Palestiniens ne ne peuvent pas rester dans cette région très aride car il devient trop coûteux d'acheter des réservoirs d'eau. 2 structures résidentielles ont été également démolies, laissant sans abri deux familles palestiniennes. 9 abris pour animaux ont également été démolis, laissant les moutons sous un soleil brûlant. Le même jour des démolitions ont eu lieues à Jericho et dans la région de Naplouse.

No justice for Rachel Corrie

 Photo 1: Poster commemorating the US activist Rachel Corrie, in a youth center in Rafah; Gaza Strip, October 16, 2010. / Poster commémorant l'activiste américaine Rachel Corrie, dans un centre pour jeunes à Rafah, Gaza, 16.10.2010.

Photo 2: Location where Rachel Corrie was killed on 16 March 2003 by an Israeli military bulldozer in Rafah, Gaza Strip, October 16, 2010 / Lieu où Rachel Corrie a été tué le 16 Mars 2003 lorsqu'elle a été écrasée par un bulldozer caterpillar de l'armée israélienne, Rafah, Gaza; 16.10.2010

Following photos: Demonstration for Rachel Corrie and against demolition, Um Fagarah, South Hebron, 28.08.2012


ISM press release:

 The International Solidarity Movement (ISM) is deeply concerned by the verdict of Judge Oded Gershon that absolved Israel’s military and state of the 2003 murder of American ISM activist Rachel Corrie. Rachel was crushed to death by an Israeli army bulldozer while protesting the demolition of a Palestinian home in the Gaza Strip.

Despite the American administration stating that the Israeli military investigation had not been "thorough, credible and transparent" and the Israeli government withholding key video and audio evidence, Judge Gershon found no fault in the investigation or in the conclusion that the military and state were not responsible for Rachel’s death. Judge Gershon ruled  that Rachel was to blame for her own murder and classifies her non-violent attempt to prevent war crimes as proof that Rachel was not a “thinking person".

By disregarding international law and granting Israeli war criminals impunity Judge Gershon’s verdict exemplifies the fact that Israel’s legal system cannot be trusted to administer justice according to international standards.The ISM calls on the international community to hold Israel accountable by supporting the Palestinian call for boycott, divestment and sanctions (BDS) and continuing to join the Palestinian struggle in the occupied Palestinian territories.

Describing the situation in Gaza 2 days before she was killed, Rachel said, “I'm witnessing the systematic destruction of a people's ability to survive. It's horrifying.”  Rachel’s analysis holds true today, confirmed by the United Nations a day before this ruling, which reported that Gaza would not be "liveable" by 2020 barring urgent action.

The verdict is a green light for Israeli soldiers to use lethal force against human rights defenders and puts Palestinian and International human rights defenders in mortal danger.
This will not deter us. As long as our Palestinian sisters and brothers want our presence, the ISM will continue to find ways to break Israel’s siege, and stand in solidarity with the Palestinian people. As Rachel’s mother Cindy put it, “There were children behind the walls of the home Rachel was trying to protect...We should have all been there”.

Judge Gershon’s verdict is a travesty of justice but it is not exceptional.  As a rule the Israeli legal system provides Israeli soldiers impunity to commit murder. The only Israeli soldier convicted of manslaughter since the outbreak of the second Intifada in 2000 was Taysir Hayb, a Bedouin citizen of Israel for shooting British ISM volunteer Tom Hurndall in the back of the head with a sniper rifle as Tom was carrying a child to safety. At least 6,444 Palestinians have been killed by the Israeli occupation forces in this period, with no justice for them or their families.


L'Etat israélien exonéré de la mort d'une pacifiste américaine

Le avec AFP et Reuters | • Mis à jour le

Un tribunal israélien a rejeté, mardi 28 août, une plainte au civil déposée par les parents de la pacifiste américaine Rachel Corrie, tuée en 2003 par un bulldozer militaire israélien durant une manifestation. La jeune femme de 23 ans avait été écrasée alors qu'elle s'opposait avec d'autres membres du Mouvement international de solidarité et des Palestiniens à la destruction d'une maison palestinienne à Rafah, au sud de la bande de Gaza.

Contestant la décision de l'armée de clore le dossier, la famille de Rachel Corrie avait déposé en mars 2010 une plainte contre l'Etat d'Israël et le ministère de la défense en demandant un dédommagement symbolique d'un dollar.

Le juge a estimé que l'Etat israélien n'était pas responsable des "dommages causés" dans la mesure où ils s'étaient produits en temps de guerre. "Je suis parvenu à la conclusion qu'il n'y a pas eu de négligence de la part du conducteur du bulldozer", a affirmé Oded Gershon. Le juge a également affirmé que l'enquête de la police militaire avait été menée correctement.
Il a conclu que la mort de Rachel Corrie résultait d'un accident tout en rejetant les accusations selon lesquelles un film vidéo sur ce qui s'était passé avait été détruit.
Des témoins, pacifistes et Palestiniens, avaient par ailleurs affirmé que le bulldozer avait délibérément écrasé Rachel Corrie. Ils ont assuré que la manifestation s'était prolongée pendant plus de deux heures et que les militants étaient clairement visibles par le conducteur du bulldozer.
A la sortie de l'audience, l'avocat de la famille, Me Hussein Abou Hussein, a annoncé que la famille allait faire appel. "Le verdict est fondé sur des faits déformés et aurait pu être rédigé par le procureur. Nous allons faire appel", a affirmé l'avocat.
"Nous sommes bien entendu profondément attristés et profondément troublés par ce que nous avons entendu aujourd'hui de la part du juge Oded Gershon", a affirmé Cindy Corrie, la mère de Rachel, aux journalistes peu après la lecture du verdict.

Qui était Rachel Corrie, morte sous les chenilles d'un bulldozer israélien ?

Le | • Mis à jour le
"Je suis en Palestine depuis deux semaines et une heure, et les mots me manquent encore pour décrire ce que je vois", raconte Rachel Corrie dans un courriel envoyé le 7 février 2003 à sa famille, qui vit à Olympia, dans l'Etat de Washington, aux Etats-Unis. "Je ne sais pas si beaucoup d'enfants ici ont jamais vécu sans voir des trous d'obus dans leurs murs et les miradors d'une armée d'occupation les surveillant constamment depuis les proches alentours", déplore-t-elle, prenant pour la première fois conscience de l'enfance privilégiée qu'a été la sienne. 
Les courriels de Rachel Corrie ont été publiés en anglais par le Guardian ( 1 et 2) et réunis dans un petit livre en PDF par l'organisation If America knew.

Alors âgée de 23 ans, Rachel Corrie est partie fin janvier 2003 s'installer à Rafah, une ville de 140 000 habitants dans la bande de Gaza, avec sept autres volontaires américains et britanniques du Mouvement de solidarité internationale (ISM), pour jouer les boucliers humains entre la population palestinienne et l'armée israélienne. Depuis le début de la seconde intifada en septembre 2000, les habitants de ce petit territoire palestinien vivent au rythme des incursions de l'armée, qui procède à des arrestations, des bombardements et des destructions de maisons en représailles aux attentats-suicides perpétrés sur le sol israélien.

Prônant l'action directe et non-violente, les volontaires internationaux de l'ISM sont conscients des risques qu'ils prennent, mais ils se croient protégés par leur passeport étranger et entendent faire bénéficier les Palestiniens de cette protection. "Personne ne peut imaginer ce qu'il se passe avant de l'avoir vu – et même alors, on a toujours conscience que notre expérience ne reflète pas la réalité : du fait des difficultés auxquelles l'armée israélienne serait confrontée si elle tuait un citoyen américain non-armé ; du fait que j'ai, moi, les moyens d'acheter de l'eau quand l'armée détruit des puits et surtout parce que j'ai la possibilité de partir", raconte ainsi Rachel Corrie dans le courriel envoyé le 7 février.
Pourtant, le 16 mars 2003, Rachel Corrie va mourir sous les chenilles d'un bulldozer de l'armée israélienne alors qu'elle tentait d'empêcher la destruction de maisons. Première volontaire étrangère tuée par l'armée israélienne dans la bande de Gaza, Rachel Corrie est devenue un symbole de la mobilisation internationale en faveur des Palestiniens. Une pièce de théâtre basée sur ses écrits personnels a été jouée dans plus de dix pays ; l'un des bateaux engagés dans la flottille Free Gaza, le MV Rachel Corrie, porte son nom.

Rien ne prédestinait Rachel Corrie à devenir un symbole. Née le 10 avril 1979 à Olympia, une petite ville de la côte Ouest des Etats-Unis, la jeune femme grandit dans une famille peu militante. Dans ses écrits personnels, que Katharine Viner a utilisés pour la pièce de théâtre Mon nom est Rachel Corrie, l'Américaine raconte avoir commencé à militer pour la paix après le 11-Septembre, avec peu à peu l'envie d'aller voir sur le terrain à quoi ses impôts servaient. Après un stage avec l'ISM, elle part fin janvier 2003 dans la bande de Gaza.

Cachant la blondeur de ses cheveux sous un foulard, Rachel Corrie va vivre pendant plusieurs semaines le quotidien des habitants de Rafah, qui l'hébergent et la choient en signe de gratitude. "J'ai très peur pour les gens ici. Hier, j'ai vu un père emmener ses deux petits enfants, qui lui tenaient la main, hors de portée des tanks, des snipers, des bulldozers et des jeeps parce qu'il pensait que sa maison allait exploser. Jenny et moi sommes restées dans la maison avec plusieurs autres femmes et deux petits bébés. (...) J'étais terrifiée à l'idée de penser que cet homme trouvait moins risqué de marcher à portée des viseurs des tanks avec ses enfants que de rester chez lui. J'ai vraiment eu peur qu'ils soient tous abattus et j'ai essayé de rester postée entre eux et le tank", raconte-t-elle dans un courriel adressé à sa mère, le 27 février.
Chaque jour, Rachel et les autres volontaires s'interposent ainsi entre la population palestinienne et les tanks, les bulldozers ou les tireurs d'élite de l'armée israélienne. Des images qui la poursuivent la nuit, raconte-t-elle, dans ses cauchemars mais l'adrénaline a toujours raison de sa peur. Dans son dernier courriel, adressé le 28 février 2003 à son père, elle lui dit : "Ne t'inquiète pas trop pour moi, pour le moment je suis plus inquiète par le fait que nous ne soyons pas très efficaces. Je ne me sens pas particulièrement en danger."

Habillée d'un gilet orange fluo et armée d'un haut-parleur, Rachel Corrie bataille pendant deux heures avec les autres volontaires pour tenter d'empêcher l'avancée d'un bulldozer. "Rachel a tenu tête au bulldozer seule parce qu'elle connaissait cette famille et parce qu'elle pensait que son action était juste. S'approchant de plus en plus de Rachel, le bulldozer a commencé à pousser la terre sous ses pieds. A quatre pattes, elle essayait de rester au sommet de la pile qui ne cessait de monter. A un moment elle s'est retrouvée assez haut, presque sur la pelle. Suffisamment près pour que le conducteur puisse la regarder dans les yeux. Puis elle a commencé à s'enfoncer, avalée dans la terre sous la pelle du bulldozer. Le bulldozer n'a pas ralenti, ne s'est pas arrêté. Il a continué à avancer, pelle au niveau du sol, jusqu'à lui passer sur tout le corps. Alors il s'est mis en marche arrière, la pelle toujours au sol, et lui est repassé dessus", poursuit Dreg Sha.
"Rachel gisait sur le sol, tordue de douleur et à moitié enterrée. Sa lèvre supérieure déchirée saignait abondamment. Elle ne put que dire 'je me suis cassé le dos'. Après ça elle n'arriva plus à dire son nom ni même à parler. (...) Mais on pouvait voir son état se détériorer rapidement. Des signes indiquant une hémorragie interne à la tête apparurent bientôt. Après environ un quart d'heure des brancardiers sont arrivés et l'ont emmenée à l'hôpital", raconte Dreg Sha. Rachel Corrie est morte des suites de ses blessures à l'hôpital.

Quatre autres volontaires, présents sur les lieux, ont confirmé cette version des faits au journal en ligne Electronic Intifada, le 19 mars 2003. Des photographies qu'ils ont prises ce jour-là, diffusées également par le site, semblent confirmer leur version. Pourtant, cette thèse a toujours été contestée par l'armée israélienne. Selon son porte-parole, le conducteur de l'engin ne l'aurait pas vue, car elle était dans un angle mort.
Aux termes de son enquête, l'armée a conclu que Rachel Corrie a été tuée "alors qu'elle perturbait les opérations menées sur le terrain par des bulldozers" militaires. "Corrie n'a pas été tuée parce que le bulldozer l'a écrasée ou du fait de l'action de cet engin, mais parce que des amas de terre et des matériaux de construction poussés par le bulldozer l'ont ensevelie", avait affirmé le rapport d'enquête de l'armée, dont le Guardian avait obtenu copie. L'armée a aussi accusé Rachel Corrie et les autres militants d'ISM d'avoir contribué à cette mort "par leur comportement illégal et irresponsable". Le procureur général militaire a fermé le dossier dès 2003 et aucune mesure disciplinaire n'a été prise.
Contestant cette décision, la famille avait déposé, en mars 2010, une plainte au civil contre l'Etat d'Israël et le ministère de la défense en demandant un dédommagement symbolique d'un dollar. Au cours du procès, un officier israélien présent le 16 mars 2003 a pour la première fois témoigné en public de l'"accident". L'officier, dont le quotidien israélien Haaretz rapporte le témoignage (en anglais), a indiqué que les militants avaient été sommés de quitter les lieux, notamment avec des gaz lacrymogènes et que l'armée s'est déplacée à de multiples reprises. "A mon grand regret, après la huitième fois, (Corrie) s'est cachée derrière un talus. Le conducteur du D9 ne l'a pas vue. Elle a pensé qu'il l'avait vue", a-t-il dit au tribunal, confirmant le témoignage du conducteur. Le juge Oded Gershon, du tribunal du district de Haïfa, a donné raison à l'armée, en rejetant le 28 août 2012, la plainte de Craig et Cindy Corrie. Ces derniers ont décidé de faire appel.

Saturday, August 25, 2012

Under the heat and under siege: demo in Nabi Saleh / Sous la chaleur et assiégée: manifestation à Nabi Saleh, 24.08.2012

Photo 1 and 2: (c) Oren Ziv /
Other photos: (c) Anne Paq/

Back to the demonstrations after a long 2 month-break. Nabi Saleh still organizes weekly demonstration against the occupation and settlements and face tremendous violence from the Israeli army which is using all kind of tactics to suppress and stop the demonstration. 
Tactics start by actually trying to prevent activists to enter the village. This Friday was no different with Israeli soldiers blocking the main entrance of the village and checking all cars and buses. 
But in Palestine, there are always ways around. I had to beg the drivers to drive a few more hundreds meters so that I could get off and run off the hill, hoping that the Israeli soldiers would not have the time to see me. The sun was burning and I arrived all exhausted even before the start of the demonstrations. I got updated on my arrival of the latest Israeli military invasions and how during Ramadan, they particularly came to the village just before Iftar- the moment when Palestinians were about to break their fast. 

The dozens of demonstrators walked down the road of the village and then took the path down the hill in an attempt to reach the spring of the village which was confiscated by the settlers. The Israeli soldiers soon appeared and blocked the way to the Spring. A few brave women activists who tried to bypass them were immediately arrested. A few children managed to slip through; crossed the road and found themselves a few meters from the entrance of the spring, only to be stopped by a settler and Israeli soldiers. The settler was threatening them, as well as the Israeli soldiers. As of these children represented a big threat to "Israel security". As it became very tensed, Nariman Tamimi, a prominent activist from the village, also crossed the street to be near her daughter and relatives. She refused to leave and was then arrested despite the fact, lets say it again, that she was standing on the lands of her village!  Israeli soldiers twisted the arms of the children who were trying to free her from Israeli soldiers. I was up in the hill and could hear their screams, and they ran after the jeep which was taken away Nariman. In total other three women were arrested (2 Palestinians and one Israeli activist) and one American cameraman. 

The other demonstrators were pushed up the hill by Israeli soldiers using tear gas. In the village the Israeli soldiers were obviously ready to invade.  5 Israeli jeeps and one water-canon truck were just stationed at the entrance. 

They did invade the village in a totally disproportionate way, using live ammunition to disperse the youth and then conducting a house-to-house search for the shebabs. The sight of dozens of Israel soldiers going around a tiny Palestinian village looks somehow unreal. During the search, they threw tear gas and sound bombs at houses for no reason other than terrorizing the population. In one house a brawl erupted and there was actually a physical fight between the Israeli soldiers and the Palestinians. As photographers we could not get really close as some family members of this family were aggressive towards the journalists. A shot was fired then there were screams to bring a car, and an rather old Palestinian man left while shouting at the Israeli soldiers while holding his hand. The information then came out that an Israeli soldier fired a rubber-coated metal bullet at point blank, the Palestinian man lost his finger...all because Israeli soldiers invaded his house and wanted to arrest a bunch of kids who were throwing stones.

There were also some reports than a 92 year-old grandmother was hit by two rubber-coated metal bullets. So today from small kids to elderly and people sitting in their homes, no one in Nabi Saleh was immune from the brutal attacks by the Israeli military army.

During the night the 4 women were released, the American cameraman is still detained.


Retour aux manifestations après une longue pause de 2 mois. Nabi Saleh organise toujours ses manifestations hebdomadaires contre l'occupation et les colonies et doit faire face à une répression très violente de l'armée israélienne qui utilise toutes sortes de tactiques pour réprimer et arrêter la résistance.
Ces tactiques commences en essayant d'empêcher les militants d'entrer dans le village. Ce vendredi n'a pas été différent: les soldats israéliens bloquaient l'entrée principale du village et verifiaient toutes les voitures.
Mais en Palestine, il y a toujours des moyens de contourner les obstacles. J'ai dû supplier le conducteur de mon taxi collectif de me conduire à quelques centaines de mètres du barrage militaire afin que je puisse descendre et monter en courant la colline, en espérant que les soldats israéliens n'auraient pas le temps de me voir et de m'appréhender. Le soleil était brûlant et je suis arrivée épuisée avant même le début des manifestations. A mon arrivée, j'ai pu avoir les nouvelles sur les dernieres invasions militaires israéliennes et la manière dont pendant le ramadan, les soldats israéliens arrivaient souvent au village juste avant l'Iftar-le moment où les Palestiniens étaient sur le point de rompre leur jeûne.
Les dizaines de manifestants ont descendu la route du village et ont ensuite pris le chemin des collines, afain de tenter; une nouvelle fois,  d'atteindre la source du village qui a été confisqué par les colons. Les soldats israéliens sont vite apparus et ont bloqué le chemin vers la source. Quelques  femmes activistes courageuses qui ont tenté de les contourner ont été immédiatement arrêtées. Mais des enfants ont réussi à se faufiler ont travervé  la route et se sont retrouvés à quelques mètres de l'entrée de la source avant d'être arrêtés par un colon et des soldats israéliens. Le colon les a menaçé, ainsi que les soldats israéliens. Comme si ces enfants représentaient une grande menace pour la «sécurité d'Israël». Comme la scène devenait de plus en plus tendue; , Nariman Tamimi, une activiste de premier plan du village, a également traversé la route pour être près de sa fille et des autres enfants de sa famille. Lorsqu'elle a refusé de partir, alors qu'elle est le rappelons-nous sur les terres de son village, elle a été arrêtée. Les soldats israéliens ont tordu les bras des enfants qui tentaient de la libérer de l'emprise d'autres soldats. J'étais sur le haut de la colline et pouvais encore entendre leurs cris stridents. Deux filles ont alors couru après la jeep qui a enlevé Nariman. Au total, trois autres femmes ont été arrêtées (2 Palestiniennes et une activiste israélienne) et un cameraman américain.
Les autres manifestants ont été poussés jusqu'en haut de la colline par les soldats israéliens qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Dans le village, d'autres soldats israéliens se tenaient prêts à l'envahir. Pas moins de 5 jeeps israéliennes et un canon à eau étaient stationnés à l'entrée.
Ils ont alors envahi le village d'une manière totalement disproportionnée, en utilisant des balles réelles pour disperser des jeunes, puis en effectuant une fouille de maison en maison pour les shebabs. La vue de dizaines de soldats israéliens qui envahissent un petit village palestinien avec quelque chose d'irréel. Lors de la perquisition, ils ont lancé des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes sur les maisons sans aucune autre raison apparente que de terroriser la population.  Dans une maison une bagarre a éclaté et il y avait effectivement un combat physique entre les soldats israéliens et les Palestiniens de la maison. En tant que photographes nous ne pouvions pas vraiment proches car certains membres de cette famille étaient agressifs envers les journalistes. Une détonation a eclaté, et il y eu des cris réclamant une voiture pour un blessé. Un Palestinian
plutôt âgé est sorti en criant sur les soldats israéliens en se tenant sa main . L'information a par la suite été divulguée qu'un soldat israélien a tiré une balle en métal recouvert de caoutchouc à bout portant, l'homme palestinien aurait perdu son doigt ... tout cela parce que les soldats israéliens ont envahi sa maison et voulait arrêter une bande de gamins qui lançaient des pierres.
Il a aussi été par la suite rapporté que la
grand-mère du martyr Mustafa Tamimi; agée de de 92 ans,  a été touchée par deux balles en métal recouvert de caoutchouc. Donc, ce vendredi des petits enfants aux personnes âgées et des gens, en passant par des habitants assis dans leurs maisons, personne à Nabi Saleh n'était à l'abri des attaques brutales de l'armée israélienne militaire.
Pendant la nuit, les 4 femmes ont été libérées, le caméraman américain est quant à lui toujours détenu.

See also video by Bilal Tamimi:

Monday, August 13, 2012

South Hebron Hills: the Palestinian Wild West / Sud Hebron: le Wild West palestinien


(c) Anne Paq/, South Hebron Hills, 11.08.2012.

South Hebron Hills is like the Wild West. Being one of the most impoverished and isolated area in Palestine, it is mostly constituted by hills and scattered Palestinian traditional villages which rely on sheep and agriculture for livelihood. Another feature of the landscapes are the numerous settlements and outposts. Settlers in South Hebron hills are known to be among the most violent ones and Palestinians in the area face constant attacks and harassment from the settlers, with the backing of the Israeli army. Most of South Hebron hills are located in "area c", therefore under the total control of Israel. Building permits are never granted, while demolition orders are widely distributed and implemented.

In one of the latest developments, 12 villages are threatened with being totally wiped out of the map because they are located in the  "Firing zone 918".  Spread over 30,000 dunams, it includes twelve Palestinian villages, or hamlets: Tuba, Mufaqara, Sfai, Majaz, Tabban, Fakheit, Megheir Al-Abeid, Halaweh, Mirkez, Jinba, Kharuba and Sarura. According to OCHA figures, 1,622 people lived in the area in 2010, and according to local residents the number of inhabitants currently stands at about 1,800.

This Saturday I went along with Ta'ayush activists. Ta'ayush, which is mainly active in south hebron hills; is a grassroot organization which use non-violent direct actions such as accompanying Palestinian shepherds in areas close to settlements, or rebuilding houses.  They also work as a kind of civilian protection unit for Palestinians, using their bodies between the Palestinians and the settlers. In their work they have been beaten up by the Israeli settlers and arrested countless time.

We went with a shepherd close the the outpost of Avigail. The army arrived very soon and told us to go away. But the Ta'ayush activists actually know all the regulations and bring them along with them; confronting the Israeli soldiers with their own regulations and judiciary decisions. It sometimes works but sometimes not and the Israeli soldiers kick the Palestinian and activists out anyway. Ta'ayush which documents everything that is being said on the ground will then follow up with lawyer and files a complaint in order to reach some ruling or decision that can be then used to allow access.
This is one approach of actually engaging with the system and using it in order to achieve some concrete results.

On the field; the Israeli soldiers and settlers  behave like thugs. They think that because they have the power and the guns, they can do whatever they want. In our case, after much discussion, they just chased physically the sheep away after we refused to move as they did not show a "closed military zone" area. Therefore legally they had no reason to kick us out but they did. Settlers were not very far, and I even saw one settler giving orders to the Israeli soldiers to kick us out. Still for two hours, the Palestinian shepherd could go to this area and this is what is really important: to keep coming and working on the lands, despite the attacks and harassment.


La région au sud d'hébron est une sorte de Far West Palestinien. Etant l'une des zones les plus pauvres et isolées en Palestine, elle est surtout constituée de collines et de villages traditionnels  palestiniens disséminés qui dépendent de l'élevage (principalement moutons) et de l'agriculture pour leur subsistance. Une autre caractéristique des paysages sont les nombreuses colonies et les avant-postes. Les colons dans le Sud d'Hébron sont réputés pour être parmi les plus violents et les Palestiniens doivent constamment subir les attaques et le harcèlement des colons, avec le soutien de l'armée israélienne. La plupart des collines du sud d'Hebron sont situées dans la "zone C", donc sous le contrôle total d'Israël. Les permis de construire ne sont jamais accordés, tandis que des ordres de démolition sont largement distribués et executés.
Dans l'un des derniers développements, 12 villages sont menacés d'être totalement rayés de la carte parce qu'ils sont situés dans la "zone de tir 918". Répartie sur 30.000 dunums, elle comprend douze villages palestiniens, ou hameaux: Tuba, Mufaqara, SFAI, Majaz, Tabban, Fakheit, Megheir Al-Abeid, Halaweh, Mirkez, Jinba, Kharuba et Sarura. Selon les chiffres d'OCHA, 1622 personnes vivaient dans la région en 2010, et selon les habitants locaux le nombre d'habitants s'élève actuellement à environ 1.800.
Ce samedi je suis allée dans cette zone avec des activites de l'organisation Ta'ayush. Ta'ayush, qui est principalement actif dans cette région, est une organisation de terrain qui utilise les actions
directes non-violentes comme accompagner les bergers palestiniens dans les zones proches des colonies, ou la reconstruction de maisons. Ils travaillent aussi comme une sorte d'unité de protection civile pour les Palestiniens, en utilisant leur corps si nécessaire entre les Palestiniens et les colons. Lors de leurs activités, ils ont été battus par les colons israéliens et arrêté par l'armée à maintes reprises.
Nous sommes allés accompagner un berger avec ses moutons près de la colonie d'Avigail. L'armée est arrivée très vite et nous a ordonné de quitter la zone. Mais les activistes de Ta'ayush ont une connaissance approfondie de tous les règlements et les emmenent d'ailleurs avec eux afin de confronter les soldats israéliens avec leurs propres règlements et décisions judiciaires israéliennes. Cela fonctionne parfois, mais parfois pas, et les soldats israéliens même sans aucune base juridique prendont la décision de virer les Palestiniens et activistes. Ta'ayush qui documente tout ce qui est dit sur le terrain fera néanmoins un suivi avec leur avocat qui déposera une plainte en vue d'atteindre une certaine décision qui pourra ensuite être utilisé pour permettre l'accès et revenir dans la zone en queston. Il s'agit d'une approche très pragmatique d'utiliser le système, même si celui ci est profondément injuste,  afin de parvenir à des résultats concrets.
Sur le terrain, les soldats et les colons israéliens se comportent la plupart du temps comme des voyous. Ils pensent que parce qu'ils ont le pouvoir et les armes à feu, ils peuvent faire ce qu'ils veulent et imposer leurs lois aux Palestiniens. Dans notre cas, après beaucoup de discussions, ils ont chassé physiquement les moutons après nous ayons refusé de partir, alors qu'ils nous nous avaient pas montré un document déclarant la zone une "zone militaire fermée". Par conséquent juridiquement, ils n'avaient aucune raison de nous mettre dehors, mais ils l'ont fait. Les colons n'étaient pas très loin, et j'ai même vu un colon donner des ordres à des soldats israéliens pour nous expulser. Pendant deux heures, néanmoins alors que nous activistes de Ta'ayush parlementaient avec les soldats, le berger palestinien a pu utiliser cette zone et c'est ce qui est vraiment important: continuer à venir et  travailler sur les terres, malgré les attaques et le harcèlement.