Monday, May 28, 2012

Reclaiming the land: A week of direct action and sumud in the West Bank / Se réappropier la terre: un week end d'actions directes et de sumoud en Cisjordanie, 28.05.2012

Tuqu', reclaiming lands close to Teqoa settlement, 26.05.2012

Building homes in Um Fagarah, South Hebron, 26.05.2012

Women action in Nabi Saleh Spring; 27.05.2012

It was a great week end of direct actions and "sumud" in the West bank. "Sumud" is an Arabic term, quite difficult to translate, with characterize the steadfastness of many Palestinians simply to hold on to their lives and lands and never give up. A resistance that is not often publicized but that is deep and well-entrenched in Palestinian society, especially in rural areas. 

There were at least three direct successful actions organized just this week end. On Saturday, the farmers of Palestinian farmers of Tuqu' village, together with activists, manage to reach their lands close to the illegal settlement of Teqoa. The farmers have not been able to work on these lands since 5 years. Soon after they arrived, settlers and Israeli army and police arrived and attempted to stop their work. Settlers were accompany with guns and dogs to scare the farmers; in vain. The settlers were freely going around the Palestinians, taking pictures and videos from close, making nasty comments to try to provoke..all in vain. The Palestinian farmers, some of them very old, just ignore them and work around the trees. They also ignore the Israel soldiers and police who also tried to stop them from time to time. Some Israeli soldiers even tried to snatch some of the tools. Repeatedly the Israeli commander was asked to request the settlers to leave from the Palestinian private lands but he did nothing and the settlers continued their provocation.  After two hours, the Israeli army brought a closed military zone order and ordered the Palestinians and activists to leave the area while the settlers were allowed to stay. It was a blatant example to see where the Israeli army stands: with the settlers. The signs of collusion were all over, with Israeli soldiers and police concerting with the settlers about what to do; talking and joking with them.
 Still the action was considered as a success, as lands were reached and worked on. The Palestinian farmers vow to come back and not let their lands abandoned and taken over by the settlers.

On the same day; home building was organized in the small community of Um Fagarah in the South Hebron Hills.
 Um Fagarah is a small village located in Area "c" under full Israeli military and administrative control. The village's economy has been heavily affected by settlers' attacks targeting their main source of income, sheep. The village consists of a handful of caves, tents and some stone constructions. On November 24 2011, the Israeli army demolished several huts, the mosque and detained two girls.On April 2012,  electricity pylons were also demolished. The village has no paved road and no access to electricity or water systems. It is clear from all the policies used by the Israeli army and settlers that they want the community to go. But the Palestinians from Um Fagarah are adamant to stay in their lands. Last week, a campaign has been launched to build homes, even without permits which are never anyway provided by the Israeli authorities. Israeli and international activists joined the villagers and work all day. At the end of last Saturday, a home was almost completed and now another one is also nearly done. The aim is to build 15 houses in this community and then move to another place in South Hebron. To build where the Israeli army previously demolished sends a strong message that the Palestinians are not only staying and not giving up; but are actively resisting and putting in place continuous tactics to face any attempt to ethnically cleansed them from some areas, and are able to network to raise awareness on their cause, even in the most remote areas.

The next day, another direct action was organized in Nabi Saleh. It is the second time that a women-only action took place in the Nabi Saleh spring. Palestinian, Israeli and international women came together to the spring of Nabi Saleh which was confiscated two years ago by the settlers to have a picnic. The action can sound a bit trivial but again it is a direct way to reclaim the land as Palestinian and to say: we will not leave the area to the settlers. Already the settlers did change the place, by adding some benches and wooden decks, and also some Hebrew and Israeli flags. At the beginning activists put down the Israeli flags. 
The fact that there were only women obviously confuses the Israeli soldiers and the settlers. They just dont know how to deal with a group of women. One Israeli soldier apparently asked to see the man in charge! The women just continued to sing and enjoy their picnic, even when a couple of settlers; one of them armed walked around the spring; obviously very angry to find some Palestinian women with Kuffieh and singing loudly in Arabic. Ultimately they were asked by the Israeli soldiers to leave, and they did. At the end there were some very interesting discussion between the women about what to do next and what could be expected from the participation of Israeli women activists in an action that was primarily intended to be led by the Palestinian women who unfortunately were outnumbered yesterday . Those debates are certainly useful and food for thoughts. Such actions reveal the potential of women-only action but also the need to bring it to another level.

These three successful actions of reclaiming lands by direct actions were inspiring for anyone participating. For sure, they were also some aspects that need to be reflecting on so that they can improve. It is only if they are repeating over time and in many places that one could hope for a long-term result. But  I do not want to sound that these actions are setting an example for the "good kind" of resistance; I do think that change will come from different directions, where different tactics, such as BDS; demonstrations or direct actions will all have their role to play. They are complementary not exclusive of each other.


C'était un week end rempli d'actions directes et de "Sumoud" en Cisjordanie. 
 "Sumoud" est un terme arabe, assez difficile à traduire, qui caractérise l'attitude ferme de nombreux Palestiniens de simplement s'accrocher à leurs vies et à leurs terres sans jamais abandonner et partir. Une forme de résistance, très ancrée dans le quotidien,  qui ne trouve pas beaucoup de répercussion dans les médias , mais qui est profonde et bien enracinée dans la société palestinienne, en particulier dans les zones rurales.
Il y avait au moins trois actions directes réussies organisées ce week-end. Le samedi, les fermiers palestiniens du village de Tuqu ', accompagnés d'activistes, sont parvenus à atteindre leurs terres à proximité de la colonie illégale de Teqoa. Les agriculteurs n'avaient pas été en mesure de travailler sur ces terres depuis 5 ans!  Peu après leur arrivée, les colons et
la police et l'armée israélienne sont arrivés et ont tenté d'arrêter leur travail. Les colons, pour certains armés; étaient accompagnés de chiens pour intimider les fermiers et activistes, en vain. Les colons ont été libres de se promener  autour des Palestiniens, de prendre des photos et des vidéos, de faire des commentaires désagréables pour essayer de les provoquer .. en vain. Les fermiers palestiniens, dont certains étaient très vieux, les ont ignorés et ont continué leur travail autour des arbres. Ils ont aussi ignorer les soldats israéliens et la police qui ont également essayé de les arrêter de temps à autre. Certains soldats israéliens ont même essayé d'arracher à quelques-uns leur outils. À plusieurs reprises les Palestiniens ont demandé au commandant israélien d'ordonner aux colons de quitter ces terres palestiniennes privées, mais il n'a rien fait et les colons ont poursuivi sans cesse leurs provocations. Après deux heures, l'armée israélienne nous a présenté un ordre de zone militaire fermée et a ordonné aux Palestiniens et activistes de quitter les lieux  alors que les colons ont été autorisés à rester. C'etait encore un exemple flagrant de la manière dont l'armée israélienne soutient en toute circonstance les colons. Les signes de collusion étaient partout: les soldats et la police israéliennes n'arrêtaient pas de se concerter avec les colons sur la démarche à suivre, et de discuter et de plaisanter avec eux.
 Toutefois l'action a été considérée comme un succès, dans la mesure où les fermiers ont pu atteindre ey travailler sur leurs terres ne serait-ce que deux heures.
Le même jour, la construction de maisons était aussi organisée dans la petite communauté de Um Fagarah Um dans les collines
du Sud d'Hébron, une zone très isolée, où les petites communautées sont souvent la cible d'attaques de colons et subissent de nombreuses démolitions .

Um Fagarah est un petit village situé en zone "c" sous le contrôle militaire et administratif israélien. L'économie du village a été durement touchée par les attaques des colons ciblant leur principale source de revenus: l'elevage. Le village se compose de quelques grottes aménagées de manière très rudimentaire, de tentes et de quelques constructions en pierre. Le 24 Novembre 2011, l'armée israélienne a démoli plusieurs habitations ainsi que la mosquée et a arrêté deux jeunes filles qui protestaient contre les démolitions. En Avril 2012, les pylônes électriques ont également été démolis. Le village n'a pas de route goudronnée et aucun accès aux réseaux d'électricité ou d'eau. Il est clair de toutes les politiques utilisées par l'armée israélienne et les colons qu'ils veulent en finir avec la communauté de Um Fagarah. Mais les habitants restent fermes dans leur volonté de rester sur leurs terres. La semaine dernière, une campagne a été lancée pour construire des maisons, même sans permis qui ne sont jamais de toute façon fournis par les autorités israéliennes. Des activistes israéliens et internationaux se sont joints aux villageois et ont travaillé avec eux toute la journée. Samedi dernier, une maison a été presque terminée et maintenant une autre est également presque achevée. L'objectif est de construire 15 maisons dans cette communauté et de passer ensuite à une autre localité de la région. Construire là où l'armée israélienne a précédemment démoli envoie un message fort que les Palestiniens ne sont pas seulement près é rester et à ne pas abandonner leurs terres, mais qu'ils résistent d'une manière très concrète et active en mettent constamment en place des tactiques pour faire face à toute tentative visant à
nettoyer ethniquement  certaines régions de leurs habitants, et qu'ils sont capables de développer des réseaux de solidarité pour sensibiliser le public à leur cause, même dans les zones les plus reculées.
Le lendemain, une autre action directe était organisée à Nabi Saleh. Cest la deuxième fois qu'une action menée par les femmes a eu lieu à la source d'eau principale de Nabi Saleh. Des Palestiniennes, avec des femmes israéliennes et internationales se sont rejointes autour de la source, confisqué il ya deux ans par les colons, pour partager un pique-nique. L'action peut sembler un peu triviale, mais c'est encore un moyen direct de se réapproprier les terres palestiniennes spoliées et une manière de dire: nous ne laisseront pas ces terres palestiniennes aux colons. Déjà, les colons se sont appropriés la source, en y ajoutant quelques bancs et terrasses en bois, et aussi des drapeaux israéliens et des panneaux en hébreu. Au tout début du picniques, des activistes ont arraché les drapeaux israéliens, signifiant ainsi que cette action se veut être politique.
Le fait qu'il n'y avait que des femmes confond évidemment les soldats israéliens et les colons. Ils ne ne sais pas comment réagir face à un groupe de femmes déterminées. Un soldat israélien a apparemment demandé à voir l'homme en charge! Les femmes ont juste continué à chanter et à profiter de leur pique-nique, même quand quelques colons; l'un d' entre eux armé, sont arrivés et ont marché autour des femmes, de toute évidence très en colère de trouver des femmes palestiniennes avec des Kuffieh qui chantaient bruyamment en arabe. Finalement, ils sont partis à la demande des soldats israéliens, et ils l'ont fait.
 A la fin du pique-nique; il y a eu aussi une discussion très intéressante entre les femmes au sujet de futures actions et ce qui est attendu de la participation des femmes activistes israéliens dans une action qui était au départ principalement destinée à être dirigée par les femmes palestiniennes qui etaient malheureusement pas en grand nombre hier. Ces débats sont très utiles et des pistes de réflexion ont été lancées afin que toutes les femmes soient sur la même longueur d'ondes sur le but et la manière dont ce genre d'ations doivent être menées. Ces actions révèlent tout le potentiel des actions menées seulement par des femmes mais aussi la nécessité de les amener à un autre niveau et d'assurer une participation prépondérante des Palestiniennes.
Ces trois actions assez réussies de réappropriation des terres par des actions directes ont été une vraie  source d'inspiration pour tous ceux qui y ont participé. Certes, ils y avaient également certains aspects qui laissaient à désirer qui doivent nourrir une réflexion afon d'améliorer les actions futures.  C'est aussi seulement si elles se répètent au fil du temps et qu'elles se multiplient dans des nombreux endroits que l'on pouvait espérer un résultat à long terme, au-delà des changements très concrets qu'ils puissent apporter aux communautés qui en béneficient.
 Mais je ne veux pas que mes propos sonnent comme si ce type actions étaient un exemple pour le "bon type" de la résistance.  Je pense que le changement viendra de différentes directions, où des tactiques différentes, telles que le BDS,les manifestations de masse  ou des actions directes ont toutes leur rôle à jouer. Elles sont complémentaires et pas exclusives les unes des autres.

Friday, May 25, 2012

back to the protests in the West bank: Nabi Saleh / De retour aux manifestations en Cisjordanie: Nabi Saleh, 25.05.2012

(c) Anne Paq/, Nabi Saleh, 25.05.2012.

Nabi Saleh Women March to Confiscated Spring 
Nabi Saleh's women have taken forefront of this small villages' struggle. This week they led a women's march to the spring confiscated by settlers, nearly reaching it despite military violence. 

The army has blocked all entrances to Nabi Saleh this week, aiming to prevent dozens of supporters to reach the village's demonstration. Nevertheless, most activists were able to circumvent the checkpoints and make it to the village on time to join the protest. Some one hundred people participated in the march that left from the center of the village shortly after the Friday prayer and made its way towards the main road.
Protesters were instantly met by military violence in the form of tear-gas canisters, rubber coated bullets and extensive use of the "skunk" – a water canon containing foul-smelling liquid which is used to disperse protesters. While some clashes between the local youth and the army began to erupt, a group of approximately 20 women made its way to the spring that was confiscated by settlers of the adjacent Halamish. They were able to get approximately 15 meters from the spring when the army decided to push them back towards the village, mainly by using tear-gas canisters, some aimed directly at women, against the army's own open fire regulations.  At the same time, the army also raided the village and shot tear-gas canisters and rubber coated bullets inside residential areas. Two were injured from rubber coated bullets and were treated in the field. No arrests were reported.


Comme à son habitude l'armée israélienne n'hésite pas de changer ses tactiques pour essayer de supprimer les manifestions dans le village de Nabi Saleh. Ainsi aujourd"hui toutes les routes d'accès au village étaient fermées par des barrages. Les activistes n'en ont pas été découragés pour autant et sont parvenus à atteindre le village, pour la plupart en marchant par les montagnes.

La marche des manifestants s'est très vite heurtée à la repression brutale de l'armée israelienne qui a lancé des gaza lacrimogènes, tiré des balles en metal recouvertes en caoutchouc et a aspergé un liquide nauséabond directement sur les manifestants non-armés. 

Une des specificités du village de Nabi Saleh est la présence des femmes en première ligne. Celles-ci ont encore fait preuve de courage et de tenacité en descendant la colline en direction de la source d'eau du village confisquée par les colons deux ans auparavant. La tactique consistait à avancer en direction des soldats puis de s'asseoir; et de recommencer à avancer une par une, ce qui a réussi à destabiliser les soldats. Les activistes sont ainsi parvenues à se rapprocher de quelques dizaines seulement de la source. Mais les soldats ne pouvaient plus tolerer cet affront de ces femmes qui osaient les defier avec nulle autre armes que leur intelligence et courage. Alors ils se sont mis à leur jeter des vombes assourdissantes et des grenades de gaz lacrimogène, certaines tirées à hauteur des têtes. Le groupe de femmes a dû remonter au village, tandis que les affrontements entre les soldats et les jeunes palestiniens continuaient. Mais elles ont montré, encore une fois, qu'elles avaient toute leur place dans la résistance populaire. Parmi elles, une jeune femme palestinienne, non-voyante est descendue guidée par ses camarades de lutte. Elle porte en elle certainement plus de courage que tous ses soldats israéliens, qui n'ont pas hésité à tirer sur un groupe de femmes non-armées afin de les tenir à distance. Qu'ils soient assurés qu'elles reviendront, semaine après semaine jusqu"à ce que justice soit faite.

Wednesday, May 23, 2012

Witnessing Life in Gaza through the Lens

Witnessing Life in Gaza through the Lens

Posted by on May 23, 2012 in Featured Articles | No Comments
I just came back from my fourth trip to Gaza. I am a French photographer based in Bethlehem for many years and a member of the photo collective Activestills. For over 5 years I have been involved in the community-based film-making project Voices Beyond Walls, co-founded by Nitin Sawhney, the co-director of the upcoming film Flying Paper...continue reading.

Saturday, May 19, 2012

Another side of Gaza / Un autre côté de Gaza, May 2012

(c) Anne Paq/Activestills. org; Gaza Strip; May 2012.

This series is not meant to say that Gaza is all beautiful and has no problem. I came back sick from Gaza, I think partly because of the physical exhaustion. This is a tough place. But also from all the stories I heard and from the general situation. I visited families in refugee camps who live in very dire conditions: up to 11 people in one small room, some people have to sleep in the kitchen or above the toilets. In those families several members are often sick, from children having asthma to mental illness. In one house, a woman had her legs broken in different parts because the roof fell on her. No jobs, no hope in the future, confined to a tiny space without electricity for several hours every day: how can one stay sane?  A family that I have been visiting before are still living in tents after they decided that they could not stay in their houses after it was shelled two times (in one bombing one woman, mother of 5 children was killed). So yes the general situation is very grim and desperate.

However, Gaza has some inner beauty that I also wanted to show. People of Gaza amazingly find strength and way of coping that are sometimes breathtaking. I cannot help thinking that without the siege and occupation that place would be one of the greatest on the Mediterranean. A place where I would like to take my friends, especially my Palestinian friends from the West bank. Right now this sounds like an impossible dream, but a dream we should all keep fighting for.  Gaza deserves, as the rest of Palestine, its freedom.


Cette série n'est pas destinée à montrer que dans la bande de Gaza il n'y a pas de problème et que tout va bien. Bien au contraire.
Je suis revenue malade de la bande de Gaza, je pense en partie à cause de l'épuisement physique. mais aussi à cause de toutes les histoires que j'ai entendues et de la situation générale. J'ai visité des familles dans des camps de réfugiés qui vivent dans des conditions révoltantes: jusqu'à 11 personnes dans une petite pièce, certaines personnes doivent dormir dans la cuisine ou au-dessus des toilettes. Dans ces familles, souvent plusieurs membres sont malades, des enfants ayant de l'asthme ou des maladies de peau à des maladies mentales. Dans une maison, une femme a eu les jambes brisées à plusieurs endroits  parce que le toit s'est écroulé sur elle. Aucune perspective d'emploi, aucun espoir dans l'avenir, coincés dans un espace confiné sans electricité plusieurs heures par jour: comment peut-on rester sain d'esprit dans ces conditions? Une famille que j'ai été visitée plusieurs fois vit encore sous des tentes après avoir décidé qu'ils ne pouvaient pas rester dans leurs maison déjà  bombardée deux fois (dans une des attaques, une mère de 5 enfants a été tuée). Alors oui la situation générale est très sombre et désespéré.

 Cependant, la bande de Gaza a une beauté intérieure que je voulais aussi montrer. Les gens de Gaza étonnamment trouvent la force et des manière de faire face. La mer est une source d'inspiration et un des seuls espaces pour respirer un peu. 

Je ne peux pas m'empêcher de penser que, sans le siège et l'occupation, Gaza serait un des plus grands joyaux de la Méditerranée. Un endroit où je voudrais emmener mes amis, et surtout mes amis palestiniens de la Cisjordanie. À l'heure actuelle cela semble un rêve impossible, mais un rêve que nous devrions tous continuer à poursuivre. Gaza mérite, comme le reste de la Palestine, sa liberté.

Friday, May 18, 2012

Ilan Pappé: the boycott will work, an Israeli perspective/ Ilan Pappe: Le boycott d'Israël est la bonne méthode, une perspective israélienne

Ilan Pappé: the boycott will work, an Israeli perspective PDF Print E-mail
Written by Ilan Pappe   
Tuesday, 15 May 2012 20:46
In the second of our exclusive extracts from "The Case For Sanctions Against Israel," Ilan Pappé, celebrated Israeli Historian and author, argues that the BDS movement is the best means to end Israel's oppressive occupation and prevent another Nakba.
By Ilan Pappe
 I have been a political activist for most of my adult life. In all these years, I have believed deeply that the unbearable and unacceptable reality of Israel and Palestine could only be changed from within. This is why I have been ceaselessly devoted to persuading Jewish society—to which I belong and into which I was born—that its basic policy in the land was wrong and disastrous.
As for so many others, the options for me were clear: I could either join politics from above, or counter it from below. I began by joining the Labor Party in the 1980s, and then the Democratic Front for Peace and Equality (Hadash), when I declined an offer to join the Knesset.
At the same time, I focused my energies on working alongside others within educational and peace NGOs, even chairing two such institutions: the left-Zionist Institute for Peace Studies in Givat Haviva, and the non-Zionist Emil Touma Institute for Palestinian Studies. In both circles, veteran and younger colleagues alike sought to create constructive dialogue with our compatriots, in the hope of influencing present policy for future reconciliation. It was mainly a campaign of information about crimes and atrocities committed by Israel since 1948, and a plea for a future based on equal human and civil rights.

For an activist, the realization that change from within is unattainable not only grows from an intellectual or political process, but is more than anything else an admission of defeat. And it was this fear of defeatism that prevented me from adopting a more resolute position for a very long time.
After almost thirty years of activism and historical research, I became convinced that the balance of power in Palestine and Israel pre-empted any possibility for a transformation within Jewish Israeli society in the foreseeable future. Though rather late in the game, I came to realize that the problem was not a particular policy or a specific government, but one more deeply rooted in the ideological infrastructure informing Israeli decisions on Palestine and the Palestinians ever since 1948. I have described this ideology elsewhere as a hybrid between colonialism and romantic nationalism.[1]
Today, Israel is a formidable settler-colonialist state, unwilling to transform or compromise, and eager to crush by whatever means necessary any resistance to its control and rule in historical Palestine. Beginning with the ethnic cleansing of 80 percent of Palestine in 1948, and Israel’s occupation of the remaining 20 percent of the land in 1967, Palestinians in Israel are now enclaved in mega-prisons, bantustans, and besieged cantons, and singled out through discriminatory policies.
Meanwhile, millions of Palestinian refugees around the world have no way to return home, and time has only weakened, if not annihilated, all internal challenges to this ideological infrastructure. Even as I write, the Israeli settler state continues to further colonize and uproot the indigenous people of Palestine.

Admittedly, Israel is not a straightforward case study in colonialism,[2] nor can the solutions to either the 1967 occupation or the question of Palestine as a whole be easily described as decolonization. Unlike most colonialist projects, the Zionist movement had no clear metropolis, and because it far predates the age of colonialism, describing it in that way would be anachronistic. But these paradigms are still highly relevant to the situation, for two reasons. The first is that diplomatic efforts in Palestine since 1936 and the peace process that began in 1967 have only increased the number of Israeli settlements in Palestine, from less than 10 percent of Palestine in 1936 to over 90 per cent of the country today.

Thus it seems that the message from the peace brokers, mainly Americans ever since 1970, is that peace can be achieved without any significant limit being placed on the settlements, or colonies, in Palestine. True, settlers have periodically been evicted from Gaza settlements and some other isolated outposts, but this did not alter the overall matrix of colonial control, with all its systematic daily abuses of civil and human rights.
The occupation of the West Bank and the Gaza Strip, the oppression of the Palestinians inside Israel, and the denial of the refugees’ right of return will continue as long as these policies (occupation, oppression, and denial) were packaged as a comprehensive peace settlement to be endorsed by obedient Palestinian and Arab partners.

The second reason for viewing the situation through the lens of colonialism and anti-colonialism is that it allows us a fresh look at the raison d’être of the peace process. The basic objective, apart from the creation of two separate states, is for Israel to withdraw from areas it occupied in 1967.
But this is contingent upon Israeli security concerns being satisfied, which Prime Minister Netanyahu has articulated as the recognition of Israel as a Jewish state, and the rest of Israel’s political center has articulated as the existence of a demilitarized future Palestinian state only in parts of the occupied territories. The consensus is that, after withdrawal, the army will still keep an eye on Palestine from the Jewish settlement blocs, East Jerusalem, the Jordanian border, and the other side of the walls and fences surrounding the West Bank and the Gaza Strip.

Whether or not the Quartet, or even the present US administration, seeks a more comprehensive withdrawal and a more sovereign Palestinian state, no one in the international community has seriously challenged the Israeli demand that its concerns first be satisfied. The peace process only requires a change in the Palestinian agenda, leaving the Israeli agenda untouched.
In other words, the message from abroad to Israel is that peace does not require any transformation from within. In fact, it even leaves Israel room for interpretation: the Israeli government, apprehensive of the reaction of hardline settlers, was unwilling to evict them from isolated posts in the occupied territories. That even the weak Palestinian leadership has refused to accept this rationale has allowed the Israelis to claim that the Palestinians are stubborn and inflexible, and therefore that Israel is entitled to pursue unilateral policies to safeguard its national security (the infamous “ingathering policy,” as coined by Ehud Olmert).[3]

Therefore, it seems safe to conclude that the peace process has actually deterred the colonizer and occupier from transforming its mentality and ideology. As long as the international community waits for the oppressed to transform their positions, while validating those upheld by the oppressor since 1967, this will remain the most brutal occupation the world has seen since World War II.
The annals of colonialism and decolonization teach us that an end to the military presence and occupation was a condition sine qua non for meaningful negotiations between colonizer and colonized even to begin.

An unconditional end to Israel’s military presence in the lives of more than three million Palestinians should be the precondition for any negotiations, which can only develop when the relationship between the two sides is not oppressive but equal.
In most cases, occupiers have not decided to leave. They were forced out, usually through a prolonged and bloody armed struggle. This has been attempted with very little success in the Israel-Palestine conflict. In fewer cases, success was achieved by applying external pressure on the rogue power or state in the very last stage of decolonization. The latter strategy is more attractive. In any case, the Israeli paradigm of “peace” is not going to shift unless it is pressured from the outside, or forced to do so on the ground.
Even before one begins to define more specifically what such outside pressure entails, it is essential not to confuse the means (pressure) with the objective (finding a formula for joint living). In other words, it is important to emphasize that pressure is meant to trigger meaningful negotiations, not take their place. So while I still believe that change from within is key to bringing about a lasting solution to the question of the refugees, the predicament of the Palestinian minority in Israel, and the future of Jerusalem, other steps must first be taken for this to be achieved.
What kind a pressure is necessary? South Africa has provided the most illuminating and inspiring historical example for those leading this debate, while, on the ground, activists and NGOs under occupation have sought nonviolent means both to resist the occupation and to expand the forms of resistance beyond suicide bombing and the %ring of Qassam missiles from Gaza. These two impulses produced the BDS campaign against Israel. It is not a coordinated campaign operated by some secret cabal. It began as a call from within the civil society under occupation, endorsed by other Palestinian groups, and translated into individual and collective actions worldwide.
These actions vary in focus and form, from boycotting Israeli products to severing ties with academic institutes in Israel.

Some are individual displays of protest; others are organized campaigns. What they have in common is their message of outrage against the atrocities on the ground in Palestine—but the campaign’s elasticity has made it into a broad process powerful enough to produce a new public mood and atmosphere, without any clear focal point.
For the few Israelis who sponsored the campaign early on, it was a definitive moment that clearly stated our position vis-à-vis the origins, nature, and policies of our state. But in hindsight, it also seems to have provided moral sponsorship, which has been helpful for the success of the campaign.
Supporting BDS remains a drastic act for an Israeli peace activist. It excludes one immediately from the consensus and from the accepted discourse in Israel. Palestinians pay a higher price for the struggle, and those of us who choose this path should not expect to be rewarded or even praised. But it does involve putting yourself in direct confrontation with the state, your own society, and quite often friends and family. For all intents and purposes, this is to cross the final red line—to say farewell to the tribe.

This is why any one of us deciding to join the call should make such a decision wholeheartedly, and with a clear sense of its implications.
But there is really no other alternative. Any other option—from indifference, through soft criticism, and up to full endorsement of Israeli policy—is a wilful decision to be an accomplice to crimes against humanity. The closing of the public mind in Israel, the persistent hold of the settlers over Israeli society, the inbuilt racism within the Jewish population, the dehumanization of the Palestinians, and the vested interests of the army and industry in keeping the occupied territories—all of these mean that we are in for a very long period of callous and oppressive occupation. Thus, the responsibility of Israeli Jews is far greater than that of anyone else involved in advancing peace in Israel and Palestine. Israeli Jews are coming to realize this fact, and this is why the number who support pressuring Israel from the outside is growing by the day. It is still a very small group, but it does form the nucleus of the future Israeli peace camp.
Much can be learned from the Oslo process. There, the Israelis employed the discourse of peace as a convenient way of maintaining the occupation (aided for a while by Palestinian leaders who fell prey to US–Israeli deception tactics). This meant that an end to the occupation was vetoed not only by the “hawks,” but also the “doves,” who were not really interested in stopping it. That is why concentrated and effective pressure on Israel needs to be applied by the world at large. Such pressure proved successful in the past, particularly in the case of South Africa; and pressure is also necessary to prevent the worst scenarios from becoming realities.
After the massacre in Gaza in January 2009, it was hard to see how things could get worse, but they can—with no halt to the expansion of settlements, and continuing assaults on Gaza, the Israeli repertoire of evil has not yet been exhausted. The problem is that the governments of Europe, and especially the US, are not likely to endorse the BDS campaign. But one is reminded of the trials and tribulations of the boycott campaign against South Africa, which emanated from civil societies and not from the corridors of power.
In many ways, the most encouraging news comes from the most unlikely quarter: US campuses. The enthusiasm and commitment of hundreds of local students have helped in the last decade to bring the idea of divestment to US society—a society that was regarded as a lost cause by the global campaign for Palestine. They have faced formidable foes: both the effective and cynical AIPAC, and the fanatical Christian Zionists. But they offer a new way of engaging with Israel, not only for the sake of Palestinians, but also for Jews worldwide.

In Europe, an admirable coalition of Muslims, Jews, and Christians is advancing this agenda against fierce accusations of anti-Semitism. The presence of a few Israelis among them has helped to fend off these vicious and totally false allegations. I do not regard the moral and active support of Israelis like myself as the most important ingredient in this campaign. But connections with progressive and radical Jewish dissidents in Israel are vital to the campaign. They are a bridge to a wider public in Israel, which will eventually have to be incorporated. Pariah status will hopefully persuade Israel to abandon its policies of war crimes and abuses of human rights. We hope to empower those on the outside who are now engaged in the campaign, and we are empowered ourselves by their actions.
All of us, it seems, need clear targets, and to remain vigilant against simplistic generalizations about the boycott being against Israel for being Jewish, or against the Jews for being in Israel. That is simply not true. The millions of Jews in Israel must be reckoned with. It is a living organism that will remain part of any future solution. However, it is first our sacred duty to end the oppressive occupation and to prevent another Nakba—and the best means for achieving this is a sustained boycott and divestment campaign.

This article is an original extract from The Case for Sanctions Against Israel, published by Verso on 15th May 2012, in which a cast of international voices argue for boycott, divestment and sanctions. The book features contributions from: John Berger, Slavoj Žižek, Angela Davis, Mustafa Barghouti, Ken Loach, Neve Gordon, Naomi Klein, Omar Barghouti, Ilan Pappe and many more.
The Case for Sanctions Against Israel
Audrea Lim (Editor)
Publication: 15th May 2012
ISBN: 978 1 84467 450 3
Price: £9.99
256 pages
Publisher: Verso Books
Ilan Pappe is a professor of History at the University of Exeter. His many books include The Ethnic Cleansing of Palestine, Gaza in Crisis (with Noam Chomsky) and, most recently, The Idea of Israel.

Le boycott d'Israël est la bonne méthode

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button
J’ai été militant politique pendant presque toute ma vie d’adulte. Durant toutes ces années, j’ai cru profondément que la réalité insupportable et inacceptable d’Israël et de la Palestine ne pourrait être changée que de l’intérieur. C’est pourquoi je me suis sans cesse consacré à persuader la société juive – à laquelle j’appartiens et dans laquelle je suis né – que sa politique fondamentale était erronée et désastreuse.

Comme pour tant d’autres, les options pour moi étaient claires : je pouvais m’engager dans la politique par le haut ou m’y opposer par le bas. J’ai d’abord adhéré au Parti travailliste dans les années 80, puis au Front démocratique pour la Paix et l’Égalité (Hadash). Ce fut le moment où j’ai refusé de devenir membre de la Knesset.

En même temps, je me suis concentré sur la collaboration avec d’autres au sein des ONG d’éducation et de paix, et même sur la présidence de deux de ces institutions : l’Institut sioniste de gauche des études de la paix à Givat Haviva et l’Institut non-sioniste Emil Touma d’Études Palestiniennes. Dans ces deux groupes, les collègues âgés comme les plus jeunes ont cherché à ouvrir un dialogue constructif avec nos compatriotes, dans l’espoir d’influencer la politique du moment en vue d’une réconciliation à venir. C’était principalement une campagne d’information sur les crimes et les atrocités commis par Israël depuis 1948 et un appel à un avenir qui reposerait sur les droits humains et civiques.

Pour un militant, se rendre compte que le changement de l’intérieur est inaccessible, non seulement résulte d’un processus intellectuel ou politique, mais surtout c’est admettre la défaite. C’était précisément cette peur de la défaite qui m’a très longtemps empêché d’adopter une position plus résolue.

Après presque trente ans de militantisme et de recherche historique, je me suis convaincu que l’équilibre des forces en Palestine et en Israël, faisait obstacle à toute possibilité de transformation au sein de la société israélienne juive dans un avenir prévisible. Bien que plutôt sur le tard, j’en suis venu à me rendre compte que le problème n’était ni une politique particulière ni un gouvernement particulier, mais un enracinement très profond dans l’infrastructure idéologique qui influence les décisions israéliennes sur la Palestine et les Palestiniens depuis 1948. J’ai déjà décrit cette idéologie comme un hybride entre le colonialisme et le romantisme romantique.

Aujourd’hui, Israël est un redoutable état colon-colonialiste qui refuse de changer et de compromettre et qui ne demande qu’à écraser par tous les moyens nécessaires, la résistance – quelle qu’elle soit – à son contrôle et à son autorité en Palestine historique. À commencer par le nettoyage ethnique de 80 pour cent de la Palestine en 1948, et l’occupation par Israël des derniers 20 pour cent du pays en 1967, les Palestiniens d’Israël sont enfermés dans des méga-prisons, des bantoustans et des cantons assiégés, et mis à part au moyen de politiques discriminatoires.

Pendant ce temps, des millions de réfugiés palestiniens partout dans le monde n’ont aucune possibilité de retourner chez eux, et les années n’ont fait qu’affaiblir, si ce n’est annihiler, toute contestation contre cette infrastructure idéologique. À ce moment précis où j‘écris ces lignes, l’état-colon israélien continue sans cesse sa colonisation et le déracinement de la population autochtone de la Palestine.

L’occupation de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza, l’oppression des Palestiniens à l’intérieur d’Israël, et la négation du droit au retour des réfugiés continueront tant que ces politiques (occupation, oppression et déni) seront présentées comme un accord de paix global destiné à être approuvé par des interlocuteurs palestiniens et arabes obéissants.

Message que les pays étrangers envoient à Israël : la paix n’exige pas une transformation issue de l’intérieur. En conséquence, on peut conclure sans risque de se tromper que le processus de paix a dissuadé le colonisateur et l’occupant de transformer sa mentalité et son idéologie. Tant que la communauté internationale attendra que les opprimés transforment leurs positions, alors qu’elle approuve celles tenus par l’oppresseur depuis 1967, cette occupation restera la plus brutale que le monde ait jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les annales du colonialisme et de la décolonisation nous apprennent que la fin de la présence et de l’occupation militaires était une condition sine qua non pour qu’au moins commencent les sérieuses négociations entre colonisateurs et colonisés.

La fin inconditionnelle de la présence militaire dans la vie de plus de trois millions de Palestiniens devrait être la condition préalable pour n’importe quelle sorte de négociation, ce qui ne peut se développer qu’à partir du moment où les relations entre les deux partis ne sont pas oppressives, mais au contraire, sur pied d’égalité.

Dans la plupart des cas, l’occupant ne s’est pas décidé à partir. On l’a forcé à s’en aller, généralement à la suite d’un long combat sanglant. On a tenté cela sans grand succès dans le conflit israélo-palestinien. Dans quelques cas, le succès s’est réalisé au moyen d’une pression extérieure sur la puissance ou l’état hors-la-loi à l’ultime stade de décolonisation. Cette dernière stratégie est plus séduisante. En tout cas, le paradigme israélien de « paix » ne changera pas, à moins qu’une pression s’exerce de l’extérieur ou qu’il y ait une contrainte sur le terrain.

Avant même de commencer à définir plus précisément ce que suppose la pression extérieure, il ne faut pas confondre les moyens (la pression) avec le but (trouver une formule pour vivre ensemble). En d’autres termes, il est important de souligner que la pression a pour objectif de déclencher de sérieuses négociations, de ne pas prendre leur place. Par conséquent, tandis que je pense toujours que le changement de l’intérieur est essentiel pour une solution durable au problème des réfugiés, à la situation difficile de la minorité palestinienne en Israël et à l’avenir de Jérusalem-Est, on doit prendre d’abord d’autres mesures pour y arriver.

Quelle sorte de pression est-il nécessaire d’exercer ? L’Afrique du Sud a fourni l’exemple historique le plus éclairant et édifiant à ceux qui dirigent ce débat, tandis que, sur le terrain, les militants et les ONG sous occupation ont cherché des moyens non-violents pour à la fois résister à l’occupation et développer les formes de résistance qui se distancient des attentats suicides et de la kyrielle de roquettes Qassam tirées depuis Gaza. Ces deux impulsions ont provoqué la campagne BDS contre Israël. Ce n’est pas une campagne coordonnée menée par quelque cabale secrète. Elle a commencé sous la forme d’un appel venu de la société civile sous occupation, sanctionné par d’autres groupes palestiniens et transformé en actions individuelles et collectives partout dans le monde.

Les formes et les objectifs de ces actions varient, du boycott des produits israéliens à la rupture des liens avec les institutions académiques d’Israël.

Certaines sont des manifestations individuelles de protestation ; d’autres sont des campagnes organisées. Ce qu’elles ont en commun, c’est leur message d’indignation devant les atrocités sur le terrain en Palestine – mais l’élasticité de la campagne l’a transformée en un vaste processus capable de produire un état d’esprit et un climat nouveaux parmi le public, sans point central clairement déterminé.

Pour les quelques Israéliens qui ont soutenu la campagne dès le début, ça a été un moment définitif qui exposait nos positions sur les origines, la nature et la politique de notre état. Mais avec du recul, cela semble avoir apporté un soutien moral qui a contribué au succès de la campagne.

Soutenir le mouvement BDS reste un acte radical pour un militant de la paix israélien. Celui-ci s’exclut immédiatement du consensus et des idées répandues en Israël. Les Palestiniens paient plus chèrement leur combat, et ceux parmi nous qui choisissent ce chemin ne doivent s’attendre ni à une récompense ni même à des éloges.

Au contraire, cette action exige qu’on se confronte directement avec l’état, sa propre société et très souvent les amis et la famille. En réalité, c’est franchir la dernière ligne rouge – dire adieu à la tribu. Mais il n’y a vraiment aucune autre alternative. Toute autre option – de l’indifférence, à travers la critique modérée et jusqu’à l’adhésion totale à la politique israélienne – est une décision volontaire d’être le complice des crimes contre l’humanité. L’esprit fermé du public en Israël, l’emprise continuelle des colons sur la société israélienne, le racisme inné dans la population juive, la déshumanisation des Palestiniens, l’armée et l’industrie directement intéressées au maintien des territoires occupés – tout ceci veut dire qu’on doit s’attendre à une très longue période d’occupation brutale et oppressive. Ainsi, la responsabilité des Juifs israéliens est bien plus grande que celle de quelqu’un d’autre qui participe à la promotion de la paix en Israël et en Palestine. Les Juifs israéliens en viennent à se rendre compte de ce fait, et c’est pourquoi le nombre de ceux qui sont d’accord pour faire pression sur Israël de l’extérieur, grandit de jour en jour. C’est encore un très petit groupe, mais il forme vraiment la base du futur camp de la paix israélien.

On peut tirer beaucoup de leçons du processus d’Oslo. Là-bas, les Israéliens ont utilisé le langage de la paix comme moyen de maintenir l’occupation (avec l’aide des dirigeants palestiniens qui sont devenus la proie des tactiques de déception israéliennes), ce qui veut dire que les « colombes » aussi bien que les « faucons » ont mis leur veto à la fin de l’occupation, lesquels n’avaient aucun intérêt à y mettre fin. C’est pourquoi le monde dans son ensemble doit exercer une pression concentrée et efficace sur Israël. Une telle pression s’est montrée fructueuse dans le passé, particulièrement dans le cas de l’Afrique du Sud ; et la pression est également nécessaire pour empêcher les pires hypothèses de devenir des réalités.

Après le massacre de Gaza en janvier 2009, il était difficile de voir comment les choses pouvaient empirer, pourtant elles le peuvent : sans aucune fin à l’expansion des colonies, avec les assauts ininterrompus contre Gaza, le répertoire israélien du mal n’est pas encore épuisé. Le problème est que les gouvernements européens, et les États-Unis en particulier, ne sont pas près de sanctionner la campagne BDS. Mais on se souvient des tribulations de la campagne de boycott contre l’Afrique du Sud, qui avait son origine dans les sociétés civiles, non dans les allées du pouvoir.

À bien des égards, la nouvelle la plus encourageante arrive d’un endroit plutôt inattendu : les campus des États-Unis. L’enthousiasme et l’engagement de centaines d’étudiants de ce pays ont aidé, dans les dix dernières années, à introduire l’idée de désinvestissement dans la société américaine – société que les militants de la campagne internationale pour la Palestine considéraient comme une cause perdue. Ils font face à des ennemis redoutables : l’ « AIPAC » cynique et efficace et aussi les fanatiques chrétiens sionistes. Mais ils offrent une nouvelle façon de s’engager auprès d’Israël, non seulement pour les Palestiniens, mais aussi pour les Juifs partout dans le monde.

En Europe, une admirable coalition de Musulmans, de Juifs et de Chrétiens fait avancer ce programme, face aux accusations d’antisémitisme. La présence de quelques Israéliens parmi eux aide à repousser ces allégations méchantes et totalement fausses. Je ne considère pas le soutien moral et actif d’Israéliens comme moi, comme l’élément le plus important de cette campagne. Mais les relations avec les dissidents progressistes et radicaux israéliens sont essentielles pour la campagne. Ils constituent en Israël un pont avec un public plus large qui devra, en fin de compte, être incorporé. Traité en paria, Israël abandonnera, avec un peu de chance, sa politique de crimes de guerre et d’abus des droits de l’homme. Nous espérons donner les pleins pouvoirs à ceux qui se trouvent à l’extérieur, engagés dans la campagne, et nous avons nous-mêmes les pleins pouvoirs de par leurs actions.

Il semble que nous devons tous avoir des objectifs clairs et rester vigilants contre les généralisations simplistes sur le boycott qui est « contre Israël du fait que celui-ci est juif, ou contre les Juifs du fait qu’ils sont en Israël ». C’est tout simplement faux. Il faut compter avec les millions de Juifs d’Israël. C’est un organisme vivant qui fera toujours partie d’une future solution. Cependant, notre devoir sacré est en premier de mettre fin à l’occupation oppressive et d’empêcher une autre Nakba ; et le meilleur moyen d’y arriver est une campagne soutenue de boycott et un désinvestissement."

Ilan Pappé
: The boycott will work, an Israeli perspective.

Traduit par Chantal C. pour CAPJPO-EuroPalestine.
Ilan Pappé est un historien israélien émigré en Grande-Bretagne et exerçant à l’Université d’Exeter.

Tuesday, May 15, 2012

Commemorating the Nakba / Commémorer la Nakba, Gaza, 1505.2012

(c) Anne Paq/, Gaza, 15.05.2012

Palestinians commemorate the Nabka, which means "catastrophe" in Arabic, that befell the Palestinian people with the establishment of the state of Israel, on May 15.05.2012. The Nakba refers to the dispossession of hundreds of thousands of their life, land and home in 1948 when more than 700,000 Palestinians - two-thirds of the Palestinian population - fled or were forced into exile by Israeli troops.

Les Palestiniens commémorent la Nabka, ce qui signifie «catastrophe» en arabe, qui s'est abattue sur le peuple palestinien avec la création de l'Etat d'Israël, 15/05/2012. La Nakba désigne la dépossession de centaines de milliers de leur vie,  terre et  maisons en 1948, lorsque plus de 700.000 Palestiniens - les deux tiers de la population palestinienne à l'époque - ont fui ou ont été contraints à l'exil par les troupes israéliennes.