Wednesday, February 29, 2012

fuel crisis / Pénurie de carburant, Gaza city, 28.02.2012

(c) Anne Paq/, Gaza city, Gaza Strip, 28.02.2012

Palestinians queue with containers in front of a gas station in Gaza city, Gaza Strip, Tuesday, February 28, 2012. The fuel shortage is a recurrent problem in the Gaza Strip and also causes electricity cuts for several hours a day.

Des Palestiniens font la queue avec des récipients devant une station d'essence à Gaza, le mardi 28 Février, 2012. La pénurie de carburant est un problème récurrent dans la bande de Gaza. Cette pénurie entraîne aussi des coupures d'électricité pendant plusieurs heures par jour.

Friday, February 24, 2012

Entering the deadly zone, demonstration in front of Erez / Entrer dans la zone de mort: Manifestation devant Erez, Beit Hanoun, Gaza Strip, 28.02.2012

(c) Anne Paq/; Beit Hanoun, 28.02.2012

As my stay in Gaza becomes more and more intense, I am very late in posting on my blog. There is just too much things going on, and now I have a constant flow of images; from artists in Gaza to document humanitarian crisis, to going to the sea with the fishermen to the latest art exhibit.

But here are a few pictures of the today demonstration in Beit Hanoun, north of Gaza. As usual we walked to the direction of Erez to protest against the occupation and the fact that Israel prevents Palestinians to go to the zone besides the border. The demonstration was dedicated to Al Aqsa and to the Palestinian hunger striker Hannah Shalabi. All seemed quite peaceful, until we came under attack by tear gas and live ammunition which were shot nearby. Undeterred, some Palestinians and internationals stay a bit longer to conduct interviews on the spot, and sat down in defiance as a way of saying: we will be the ones to decide when we will leave.


Comme mon séjour à Gaza devient de plus en plus intense, je suis très en retard dans la mise à jour de mon blog. Il y a tout simplement trop de choses à faire, et je dois gérer un flux constantd'images; des artistes dans la bande de Gaza à la crise humanitaire, des pêcheurs aux expositions, etc.

Voici néanmoins quelques photos de la manifestation d'aujourd'hui à Beit Hanoun, au nord de la bande de Gaza. Comme d'habitude nous avons marché dans la direction du passage d'Erez pour protester contre l'occupation et le fait qu'Israël empêche les Palestiniens de se rendre dans les zones près de la frontière. La manifestation été consacrée à Al-Aqsa et à la prisonnière Palestinienne Shalabi Hannah, en grève de la faim depuis 13 jours pour protester contre sa détention administrative. Tout semblait assez paisible, jusqu'à ce que nous soyons attaqués par des gaz lacrymogènes et des balles réelles qui ont été tirés à proximité. Sans se décourager,certains Palestiniens et les internationaux sont restés plus longtemps et se sont assis en défiance des tentatives d'intimidation des israéliens, une certaine manière de dire: nous allons être ceux qui décidons à quel moment nous allons partir et finir la manifestion.

Sunday, February 19, 2012

Another airstrike of a civilian home / Une nouvelle attaque aérienne contre une maison de civils, Gaza, 19.02.2012

(c) Anne Paq/, Gaza city, 19.02.2012.
Last picture: Mohammad Ali Zaharna, a 1 year and 9 months old toddler who was injured during the airstrike / Dernière image: Mohammad Ali Zaharna, un bébé de 1 an et 9 mois qui a été blessé au cours de la frappe aérienne israélienne sur une maison palestinienne

This is the home of Ali Zaharna family, now with a huge hole in one of the bedroom due to an Israeli airstrike which happened in the middle of the night. This is the face of Mohammad Ali Zaharna, a 1 year and 9 months old toddler who escaped death. Mohammad was sleeping in a cradle next to his parents' bed when a projectile launched from an Israeli helicopter hit the wall of the bedroom. Glasses and pieces of the wall flew everywhere. Mohammad got cut on his head but miraculously was not seriously injured. If his cradle would have been on the other side of the bed, he would have been probably seriously injured or killed. This is a home where 15 people of the same family are living. Children, women, ordinary people. Whats on earth did they do to deserve to be attacked and terrorized in the middle of the night?

I so wanted to talk to you today about nice things of Gaza. about the beautiful sunset I saw on the beach where boys were laughing and playing football. About this painter that I take a portrait of and decided to do a painting of myself! About the activists, especially some incredible young women who will not give up however it is difficult to raise their voices in Gaza. About the increbible waves that we saw the last days and stormy weather, and the surfer who told me that he just feel "freedom" whenever he can surf.

But khalas, Gaza is Gaza and this was just another night where it came under the fire on one of the most powerful army in the world, another aerial attack which had to be reported, because we should never give up on reporting human rights abuses and injustice and even more importantly to act against them.

Forgive me if I save the beach photos for another time.


Voilà la maison de la famille d'Ali Zaharna, maintenant avec un énorme trou béant dans une des chambres en raison d'une frappe aérienne israélienne qui s'est déroulé au milieu de la nuit. Voici le visage de Mohammad Ali Zaharna, un bambin de 1 an et 9 mois, qui a échappé à la mort. Mohammad dormait dans un berceau à côté du lit de ses parents quand un projectile lancé à partir d'un hélicoptère israélien a frappé le mur de la chambre. Les verres et les débris du mur ont volé partout. Mohammad a été coupé sur sa tête, mais n'a pas été gravement blessé. C'est un miracle. Si son berceau aurait été de l'autre côté du lit, il aurait probablement été gravement blessé ou tué.

Voilà la
maison où
vivent 15 personnes d'une même famille . Des femmes; des enfants, des gens ordinaires. Qu'ont-ils dont fait pour mériter d'être attaqués et terrorisés au milieu de la nuit?

Je voulais tellement vous parler aujourd'hui des belles choses de Gaza. Du magnifique coucher de soleil que j'ai vu aujourd'hui sur la plage où des jeunes adolescents riaient et jouaient au football. De ce peintre que j'ai pris un portrait et qui a tout à coup décidé de me peindre! Des activistes, en particulier de certaines
jeunes femmes incroyables qui n'abandonnent pas même si c'est difficile de faire entendre leur voix à Gaza. Des vagues incroyables que nous avons vu ces derniers jours et du temps orageux, du surfeur qui m'a dit combien il se sentait libre dès qu'il peut surfer.

Mais khalas, Gaza est la bande de Gaza et ce fut juste une autre nuit où une nouvelle fois, cette petite bande de terre s'est trouvée sous le feu de l'une des plus puissantes armées du monde, une autre attaque aérienne qui doit être signalée, parce que nous ne devons jamais abandonner de décrier les violations des droits humain et l'injustice et, encore d'agir afin qu'ils cessent.

Pardonnez-moi si je vais conserver les photos de la plage pour une autre fois.

Friday, February 17, 2012

Protest and action in Gaza for Khader Adnan / Manifestations et actions de solidarité à Gaza pour Khader Adnan, 16 and 17.02.2012

(c) Anne Paq/Activestills. org, Gaza city, 16 and 17.02.2012.
First 5 photos from the 17.02.2012, the rest taken the previous day on 16.02.2012.

Two different kind of demonstrations
Above is a series of pictures taken during actions for Khader Adnan, a political Palestinian prisoner who has entered his 62th day of hunger strike to protest his administrative detention. Mainstream media just start to report on his struggle. Protests in support of Khader have been organized since the beginning of his hunger strike but have not attracted the expected crowds, despite the facts that Khader's struggle is not for himself but for the thousands of Palestinian prisoners locked up in Israeli jails.

Since I arrived in Gaza; I occasionally go to the protest tent which has been set up in front of the international committee of the red cross building. Some beds are inside used by the few Palestinians who joined the hunger strike. Usually you can find between 10 to 30 people there. on Mondays the number are larger as some members of the families of prisoners. Now that Khader Adnan has entered a critical stage, there is finally a bit more mobilization. Yesterday at the tent protest, his name was written with the blood of supporters on a banner. A few Palestinians went up to the crossroads to stand with posters on the sidewalk. I stood up next to Ebaa, a young Palestinian woman activist. Just after a few minutes we had a Palestinian coming to us that this is not "proper" for girls in Gaza to stand in the street. Ebaa did not back down and respond with such an eloquence that he did not know what to answer and left us. Read from Ebaa herself description of the reactions of people.

Activism anywhere is difficult but I think in Gaza this is extremely restricted for women. If many find ways through tweeter or blogs to express themselves, it seems difficult to participate to independent public events or demonstrations. On the 15 of March event calling for unity last year, many women were actually attacked. Many of the activists here have been also regularly summoned for interrogations. Ebaa also stood at the streets with posters for Khader Adnan on the day before, she also was regularly insulted from the cars passing or given bad looks. This is quite a difference with the West bank, especially when we know the protests of Nabi Saleh where the women are actually leading the demonstration.

Today there was another kind of demonstration organized by different parties. Hundreds of Palestinians participated, many holding their party flags. They gathered in front of the podium where different political leaders talked. What was really disturbing for me is that no woman was in sight. Not one.

People stressed that this was the first time since a long time that the parties came together.
But everybody was holding their own party flags and I did not see any Palestinian flags. Shouldn't it be the reverse? Were these people coming from their heart or because their leaders told them to do so? Can we see a real change coming in Palestine without the involvement of women? I believe not.
Will Khader Adnan open a new way and uplift the spirit of the Palestinian struggle? I hope he will.

Khader Adnan: No food without freedom

Friday is the 62nd day of the Palestinian prisoner's protest against his detention by Israel.

Al Jazeera

Sixty-one days. That is how long it’s been since Khader Adnan has eaten.

The 33-year-old Palestinian was taken from his home in Arrabeh village near Jenin in the occupied West Bank at 3:30am on December 17. One day later he began his hunger strike to protest against the "humiliation and policy of administrative detention". Adnan, like hundreds of other Palestinians, was arrested under a military order that Israel has named "administrative detention", which allows prisoners to be held without charge or trial for periods of up to six months, spells that can be renewed indefinitely.

Sahar Francis is a lawyer with Addameer, a prisoner rights groups based in the West Bank city of Ramallah, and a member of Khader Adnan’s legal team. She visited the hunger striker in Ziv hospital in Safad, Israel, on Friday.

She described her client, who remains shackled to his hospital bed, as "mentally perfect, but physically very weak".

Francis told Al Jazeera that Adnan was being given only glucose and other sugars through an intravenous drip, but refusing anything else that would be considered a breach of his protest. Doctors told Francis that he could suffer from a heart attack or from the failure of other internal organs and die at any moment.

Adnan's family and legal team were hoping that he would be released this week when his case went before a military appeals court. However, the appeal was denied and the court ordered that Adnan must finish the four month administrative detention, set to end on May 8.

In response to Al Jazeera’s request for an interview, the Israeli military sent a statement that read:

"Khader Adnan was arrested with an administrative arrest warrant for activities that threaten regional security. This warrant was authorised by a judicial review."

Francis and Adnan's legal team argue that, after losing some 40kg from more than 60 days without food, Adnan is wheelchair-bound and too weak to pose a risk to anyone.

Amnesty International and Human Rights Watch have both called on the Israeli authorities either to release Adnan or immediately charge him with criminal offences and have him tried.

Prison knowledge

For Adnan, like many Palestinians in the occupied territories, incarceration is not an uncommon experience. According to Addameer, in January there were more than 4,400 Palestinian "political prisoners" in Israeli jails. Of them, 310 were being held under administrative detention.

Adnan, who in the past was convicted of being a spokesperson for the Islamic Jihad armed group, has, according to his family, been detained nine times since his first arrest as a student activist in 1999.

It was soon after his first imprisonment that he met Mousa Abu Maria in Ashkelon prison. Abu Maria, the same age as Adnan, explained to Al Jazeera how, for many, prison is like a "university", where prisoners teach each other about global struggles and discuss how they relate to their own as Palestinians.

"The old prisoners tell the new prisoners about history of the past and when people make hunger strike[s] and how the situation changed," he said.

The history lessons seem to spread quickly through the prisons.

"The first time that people start to talk about hunger strike, I started to hear from them about how they [could] start. Sometime[s] they started to talk room to room about hunger strike and the goal in going on hunger strike."

The stories, Abu Maria said, "give you power and hope".

One of the stories commonly told among Palestinians inside Israeli prisons is of the ten republican prisoners in Northern Ireland who died as a result of their hunger strike in 1981. Most famous among them was 27-year-old Provisional IRA member Bobby Sands, who was elected to the British parliament during his fast, and died after 66 days of refusing to eat. This, and other hunger strikes and organised actions, were believed to have improved prisoners' conditions and made gains for their nationalist cause.

Since the rise of a Palestinian nationalist movement in the late 1960s and 1970s to combat Israeli occupation, hunger striking has been a common tactic among Palestinian prisoners that, according to Addameer's Francis, has frequenty succeeded in improving the conditions of their incarceration.

Stories such as Sands', Abu Maria said, "made us think that hunger strike is the only way a prisoner can resist".

Abu Maria served almost five years of his prison sentence and was released in 2003. However, like Adnan, he faced ongoing harassment from Israeli officials. Abu Maria's home and that of his family was later raided by Israeli soldiers, and he was eventually rearrested and placed under administrative detention in 2009.

Abu Maria told Al Jazeera that not knowing what the charges against him were - and when he would be released - made being jailed all the more difficult. He said the more than 14 months he spent under administration detention was "a really bad time in my life".

"Now Khader is in a bad condition, and any time he can die," Abu Maria said.

With protests in solidarity with Khader Adnan already happening both in the occupied territories and inside Israel, Abu Maria said there would be widespread rage if Adnan were to die.

"I believe, if he dies, the situation in Palestine will change very fast. We can have a third intifada ["uprising"]."

Few options left

With the military's case against prisoners kept secret to both the defendant and legal teams, Addameer's Francis said defending clients under administrative detention is incredibly difficult, if not impossible.

"You don’t have any tools to build a defence," Francis said. "This is the most serious problem for any lawyer in administrative detention cases."

She pointed out that, while administrative detention may be considered short-term, Addameer has documented cases showing prisoners kept in jail for up to six to eight years, with their detention renewed every six months.

In 2009, the UN committee against torture expressed concern with the "inordinately lengthy periods" that Israel gives prisoners and reported that it could constitute cruel, inhuman or degrading treatment.

"Administrative detention thus deprives detainees of basic safeguards, including the right to challenge the evidence which is the basis for the detention, warrants are not required, and the detainee may be de facto in incommunicado detention for an extended period, subject to renewal."

After a millitary court rejected Adnan's appeal on Monday, Francis is hoping that Israel's high court will agree to review his case, including its secret evidence, in the coming days - and make a decision to release him, by either cancelling his sentence or shortening it to the time he has already served. "This is the last channel [available to us] in the Israeli legal system," Francis said.

Randa Adnan, Khader's pregnant wife and the mother of the couple's two young daughters, told the UK's Independent on Thursday: "I know my husband. He will not change his mind. I expect him to die."

With no media allowed access to prisoners, Adnan's own words have only been available through a letter that he gave to one of his lawyers on a recent visit. The Ma'an news agency, based in the occupied West Bank, published parts of the letter translated into English:

"The Israeli occupation has gone to extremes against our people, especially prisoners. I have been humiliated, beaten, and harassed by interrogators for no reason, and thus I swore to God I would fight the policy of administrative detention to which I and hundreds of my fellow prisoners fell prey."

"Here I am in a hospital bed surrounded with prison wardens, handcuffed, and my foot tied to the bed," the letter continued. "The only thing I can do is offer my soul to God, as I believe righteousness and justice will eventually triumph over tyranny and oppression."

Follow Matthew Cassel on Twitter: @justimage


Deux différents types de manifestations

Ci-dessus, une série de photos prises lors d'actions et de manifestations qui se sont déroulées ces deux derniers jours à Gaza pour Khader Adnan, un prisonnier politique palestinien qui a conclu sa
62eme journée de grève de la faim pour protester contre sa détention administrative. Les médias traditionnels ne commencent que maintenant de parler de son combat alors qu'il a atteint un seuil critique. Des protestations en soutien Khader ont été organisées en Palestine depuis le début de sa grève de la faim, mais n'ont pas attiré les foules attendues, malgré le fait que Khader lutte non pas seulement pour lui mais pour les milliers de prisonniers palestiniens enfermés dans les prisons israéliennes.

Depuis mon arrivée à Gaza, je me rends occasionnellement à la tente de protestation qui a été mis en place en face du Comité international de la Croix Rouge (CICR). Certains lits à l'intérieur sont utilisés par les quelques Palestiniens qui ont entamé une grève de la faim en solidarité avec Khader. Habituellement, vous pouvez trouver à la tente entre 10 à 30 personnes. Les lundis des membres des familles des prisonniers augmentent le nombre de personnes.

Maintenant que Khader Adnan est entré dans une phase critique, il y a enfin une plus grande mobilisation des Palestiniens et des médias. Des manifestations ont été également organisées en Israël et à l'international. Hier lors de la manifestation à la tente, son nom a été écrit
sur une bannière avec le sang de plusieurs activistes.

Quelques Palestiniens ont aussi enfin quitté la tente et se sont mis à un carrefour en brandissant les posters pour Khader Adnan. Je me suis tenue avec une affiche à côté d'Ebaa, une jeune activiste palestinienne. Juste après quelques minutes un Palestinien est venu nous voir pour nous expliquer que pour des femmes, se tenir au bord de la route n'était pas «convenable» à Gaza. Ebaa ne s'est pas laissée intimider et lui a répondu avec une telle éloquence qu'il ne savait pas quoi répondre et nous a laissé tranquille. Lire la description des réaction by Ebaa sur son blog ici.

L'activisme est difficile partout, mais j'ai réalisé à quel point c'etait difficile pour les activistes femmes dans la bande de Gaza. Beaucoup trouvent des moyens pour s'exprimer grâce à tweeter ou à leur blogs, mais il semble difficile de participer à des événements ou des manifestions publiques
indépendantes. Le 15 Mars 2011, lors de la manifestions appelant à l'unité, de nombreuses femmes ont été attaquées. Bon nombre des activistes ici ont également été régulièrement convoqué pour des interrogatoires. Ebaa m'a expliqué comment la veille, alors qu'elle se tenait aussi sur le bord de la rue avec un poster pour Khader Adnan, avait également été régulièrement insultée par les conducteurs des voitures qui passaient. C'est une différence assez notable avec la Cisjordanie où les femmes sont généralement présentes dans les manifestations, surtout quand on connait les protestations à Nabi Saleh, où les femmes sont au premier plan et mènent souvent les manifestations.

Aujourd'hui il y avait une manifestation organisée par les différents partis. Le contraste avec le petit nombre de la veille était assez frappant car là des centaines de Palestiniens ont participé. beaucoup brandissaient le drapeau de leur parti (Fateh? Hamas, PLFP; etc.). Ils se sont rassemblés devant le podium où différents dirigeants politiques ont fait leur discours. Ce qui était vraiment troublant pour moi, c'est qu'aucune femme était présente. Pas une seule!

Les médias ont souligné que c'était la première fois depuis longtemps que les partis se sont retrouvés à Gaza autour d'une cause. Mais tout le monde tenait les drapeaux de son propre parti et je n'ai pas vu de drapeaux palestiniens. Ne devrait-on pas plutôt voir l'inverse? Aussi, est-ce que les personnes présentés à cette manifestation organisée par les partissont venues en suivant leurs coeurs ou parce que leurs dirigeants leur a dit de le faire? Peut-on voir un réel changement en Palestine, sans la participation active des femmes? Je ne le crois pas.
Est-ce que Khader Adnan ouvrira une nouvelle voie et élevera l'esprit de la lutte palestinienne? J'espère qu'il le fera.

Plus d'info sur Khader Adnan:

Khader Adnan dans un état cri­tique alors qu’il continue sa lutte contre les vio­la­tions israé­liennes des droits de l’Homme

Addameer, mercredi 15 février 2012

publié pa AFPS

Le 13 février 2012, la cour d’appel mili­taire israé­lienne a rejeté l’appel contre la détention admi­nis­trative de Khader Adan. La décision du tri­bunal ordonne le maintien en détention de Khader pour la durée totale de l’ordre de détention admi­nis­trative de 4 mois, à expi­ration le 8 mai 2012.

La décision prise aujourd’hui fait suite à une audience sans conclusion de la cour d’appel qui a eu lieu le 9 février dans une chambre d’hôpital du Centre médical Zif, à Safad, à cause de son état de santé cri­tique. Khader Adnan est en grève de la faim depuis 58 jours et sa santé continue de se détériorer.

Dans la décision de la Cour d’appel confirmant la détention admi­nis­trative de Khader, le juge Moshe Tirosh a déclaré que selon des infor­ma­tions secrètes, mises à la dis­po­sition du juge mais pas à la dis­po­sition de Khader ni de ses avocats, la décision de la cour était "équi­librée". Il a également com­menté que les infor­ma­tions secrètes confirment que Khader Adnan est un diri­geant poli­tique du parti du Jihad Isla­mique. Dans sa décision, le juge Tirosh n’a tenu aucun compte des nom­breux argu­ments des avocats de Khader, dont l’absence de preuve que Khader Adnan ait mené des acti­vités jus­ti­fiant sa détention ; que la détention admi­nis­trative est uti­lisée d’une manière arbi­traire, et que l’affiliation à un parti poli­tique fait partie du droit à la liberté d’expression, de réunion et d’affiliation politique.

De plus, en réponse à la décla­ration de Khader pendant l’audience d’appel du 9 février, au cours de laquelle il a exposé les détails de la torture et des trai­te­ments inhu­mains et dégra­dants qu’il a subis par les forces de l’occupant israélien depuis son arres­tation, le pro­cureur mili­taire a affirmé que ces allé­ga­tions étaient exa­gérées et n’avaient pas eu lieu de la manière décrite par Khader. Com­mentant l’état de santé de Khader, dont la vie est menacée, le jusge Tirosh a déclaré que seul Khader est à blâmer pour son état de santé dans la mesure où il est le résultat de son choix de pour­suivre sa grève de la faim et que son état médical n’influencerait pas la décision de détention administrative.

Samer Sama’n, avocat d’Addameer, a pu voir Khader au Centre médical Zif, à Safad, aujourd’hui. Selon Khader, des forces du service péni­ten­tiaire israélien (SPI) ont mené une fouille totale de sa chambre le 10 février, en dépit du fait que depuis qu’il est dans sa chambre d’hôpital, les forces du SPI ont continué à lui attacher un bras et la jambe opposée à son lit. Khader a également dit qu’hier, 12 février, le per­sonnel du SPI a menacé de lui attacher les quatre membres, pour des raisons qu’il a jugé peu claires.

Des médecins de Médecins pour les Droits de l’Homme-Israël ont été auto­risés à lui rendre visite aujourd’hui et à l’examiner. Cet examen n’est que le troi­sième depuis qu’il a com­mencé sa grève de la faim. Son état de santé, déjà à un stade où sa vie est menacée, continue de se dété­riorer et il éprouve des dou­leurs extrêmes. Pour plus de détails sur son état de santé actuel, se mettre en contact direc­tement avec Médecins pour les Droits de l’Homme.

Addameer condamne la décision prise par le juge Tirosh de la cour d’appel israé­lienne, en mépris fla­grant à la situation médicale de Khader Adnan, en danger de mort. De plus, Addameer pro­teste contre l’exploitation et la vio­lation fla­grante du droit inter­na­tional par la Cour d’appel israé­lienne pour couvrir sa poli­tique illégale et la caté­go­ri­sation de tous les partis poli­tiques pales­ti­niens comme partis ter­ro­ristes, et pro­teste également contre le fait qu’aucune enquête sérieuse n’ait été entre­prise à partir de la relation faite par Khader des tor­tures, abus et trai­te­ments inhu­mains et dégra­dants qu’il a subis. Addameer tient Israël pour res­pon­sable de la vie de Khader Adnan, dont la santé est entrée dans une phase cri­tique alar­mante qui aura main­tenant des consé­quences irré­ver­sibles et pourrait le conduire à la mort à tout moment.

Addameer tient pour res­pon­sable la com­mu­nauté inter­na­tionale, qui n’a pas agi pour sauver la vie de Khader. Addameer exige que l’Union euro­péenne, les Nations-​​Unies et le Comité inter­na­tional de la Croix-​​Rouge inter­viennent immé­dia­tement auprès d’Israël avant qu’il ne soit trop tard. De plus, Addameer salue tous les efforts de soli­darité locaux et inter­na­tionaux faits au nom de Khader, et exhorte tous les indi­vidus à continuer à attirer l’attention sur cette question des plus urgentes.

Tuesday, February 14, 2012

Entering the deadly zone, demonstration in front of Erez / Entrer dans la zone de mort: Manifestation devant Erez, Beit Hanoun, Gaza Strip, 14.02.2012

(c) Anne Paq/, Beit Hanoun, Gaza Strip, 14.02.2012

Palestinian and international protesters carry posters and shout slogans in support of Khader Adnan during the weekly demonstration into the no-go zone near Erez crossing, Beit Hanoun, Tuesday, February 14, 2012. The no-go zone, an area where Palestinians who entered are at risk of being shot, has been enforced by the Israeli authorities all along the Green Line between Gaza Strip and Israel. The limits are unclear, Palestinians had been routinely shot in an area up to 1,500 meters from the border. The protesters walked until 50 meters from the Israeli Erez crossing, despite the threatening presence of Apache helicopters in the sky.

The demonstration was dedicated to Khader Adnan, a political Palestinian prisoner, who has entered his 59th day of hunger strike to protest his administrative detention.


Un groupe de manifestants palestiniens et internationaux ont brandis des affiches et crié des slogans en soutien à Khader Adnan pendant la manifestation hebdomadaire dans la "no-go zone" en marchant vers le passage de Erez près de Beit Hanoun, ce mardi 14 février , 2012. La "no-go" zone est une zone imposée par les autorités israéliennes où tout Palestinien qui y pénètre risque d'être pris pour cible. Elle se situe tout au long de la Ligne verte entre la bande de Gaza et Israël. Les limites ne sont pas claires, des Palestiniens ont été pris pour cible d'une manière arbitraire à une distance allant jusqu'à 1500 mètres de la frontière. Les manifestants ont réussi à marcher jusqu'à 50 mètres de Erez, malgré la présence menaçantes d'hélicoptères dans le ciel.

La manifestation était dédiée à Khader Adnan, un prisonnier politique palestinien, qui a atteintson 59e jour de grève de la faim pour protester contre sa détention administrative.

Voir l'article de Adameer:

Khader Adnan dans un état critique alors qu'il continue sa lutte contre les violations israéliennes des droits de l'homme

Par Addameer

13.02.2012 - Aujourd'hui 13 février 2012, la cour d'appel militaire israélienne a rejeté l'appel contre la détention administrative de Khader Adan. La décision du tribunal ordonne le maintien en détention de Khader pour la durée totale de l'ordre de détention administrative de 4 mois, à expiration le 8 mai 2012. La décision prise aujourd'hui fait suite à une audience sans conclusion de la cour d'appel qui a eu lieu le 9 février dans une chambre d'hôpital du Centre médical Zif, à Safad, à cause de son état de santé critique. Khader Adnan est en grève de la faim depuis 58 jours et sa santé continue de se détériorer.

Protestation devant le quartier général de la Croix-Rouge à Gaza le 13 février 2012
Dans la décision de la Cour d'appel confirmant la détention administrative de Khader, le juge Moshe Tirosh a déclaré que selon des informations secrètes, mises à la disposition du juge mais pas à la disposition de Khader ni de ses avocats, la décision de la cour était "équilibrée". Il a également commenté que les informations secrètes confirment que Khader Adnan est un dirigeant politique du parti du Jihad Islamique. Dans sa décision, le juge Tirosh n'a tenu aucun compte des nombreux arguments des avocats de Khader, dont l'absence de preuve que Khader Adnan ait mené des activités justifiant sa détention ; que la détention administrative est utilisée d'une manière arbitraire, et que l'affiliation à un parti politique fait partie du droit à la liberté d'expression, de réunion et d'affiliation politique.

De plus, en réponse à la déclaration de Khader pendant l'audience d'appel du 9 février, au cours de laquelle il a exposé les détails de la torture et des traitements inhumains et dégradants qu'il a subis par les forces de l'occupant israélien depuis son arrestation, le procureur militaire a affirmé que ces allégations étaient exagérées et n'avaient pas eu lieu de la manière décrite par Khader. Commentant l'état de santé de Khader, dont la vie est menacée, le jusge Tirosh a déclaré que seul Khader est à blâmer pour son état de santé dans la mesure où il est le résultat de son choix de poursuivre sa grève de la faim et que son état médical n'influencerait pas la décision de détention administrative.

Samer Sama'n, avocat d'Addameer, a pu voir Khader au Centre médical Zif, à Safad, aujourd'hui. Selon Khader, des forces du service pénitentiaire israélien (SPI) ont mené une fouille totale de sa chambre le 10 février, en dépit du fait que depuis qu'il est dans sa chambre d'hôpital, les forces du SPI ont continué à lui attacher un bras et la jambe opposée à son lit. Khader a également dit qu'hier, 12 février, le personnel du SPI a menacé de lui attacher les quatre membres, pour des raisons qu'il a jugé peu claires.

Des médecins de Médecins pour les Droits de l'Homme-Israël ont été autorisés à lui rendre visite aujourd'hui et à l'examiner. Cet examen n'est que le troisième depuis qu'il a commencé sa grève de la faim. Son état de santé, déjà à un stade où sa vie est menacée, continue de se détériorer et il éprouve des douleurs extrêmes. Pour plus de détails sur son état de santé actuel, se mettre en contact directement avec Médecins pour les Droits de l'Homme.

Addameer condamne la décision prise par le juge Tirosh de la cour d'appel israélienne, en mépris flagrant à la situation médicale de Khader Adnan, en danger de mort. De plus, Addameer proteste contre l'exploitation et la violation flagrante du droit international par la Cour d'appel israélienne pour couvrir sa politique illégale et la catégorisation de tous les partis politiques palestiniens comme partis terroristes, et proteste également contre le fait qu'aucune enquête sérieuse n'ait été entreprise à partir de la relation faite par Khader des tortures, abus et traitements inhumains et dégradants qu'il a subis. Addameer tient Israël pour responsable de la vie de Khader Adnan, dont la santé est entrée dans une phase critique alarmante qui aura maintenant des conséquences irréversibles et pourrait le conduire à la mort à tout moment.

Addameer tient pour responsable la communauté internationale, qui n'a pas agi pour sauver la vie de Khader. Addameer exige que l'Union européenne, les Nations-Unies et le Comité international de la Croix-Rouge interviennent immédiatement auprès d'Israël avant qu'il ne soit trop tard. De plus, Addameer salue tous les efforts de solidarité locaux et internationaux faits au nom de Khader, et exhorte tous les individus à continuer à attirer l'attention sur cette question des plus urgentes.

Addameer Prisoner Support and Human Rights Association
P. O. Box: 17338, Jerusalem
Tel: +972 (0)2 296 0446 / 297 0136
Fax: +972 (0)2 296 0447

Source : Addameer

Monday, February 13, 2012

Trial in the case of Victorio Arrigoni resumes in Gaza / Le procès pour le meutre de Victorio Arrigoni reprend à Gaza, 13.02.2012

(c) Anne Paq/, Khan Yunis, 10.02.2012.

Today the trial related to the case of the murder of Victorio Arrigoni, an Italian activist and journalist killed in Gaza in April 2011, resumed in the city of Gaza. Vic was an activist, member of the International solidarity movement. He was allegedly murdered by an obscure salafist group after he was kidnapped. Much has been said about how great Vik was and how much he is missed. I will not add more to this.

I went to the trial of some of his alleged murderers without any great expectations. We will probably never know the full story. Breizat and Omari, who were considered to be the leaders of the Salafist group, were killed by a special unit chosen by Hamas a couple of days after Vik’s body was found in their Nusseirat hideout. We can also raise doubts on the quality of the legal proceedings. The last hearing lasted only a few minutes and was postponed as the witnesses called by the defence did not even show up. For a good report on the case read this article by Michele Giorgio.

We were only a few internationals- 7 in total. It seems to be rather small, but I was told to my surprise that during the last sessions there were only 2 internationals present. Considering that in the court room, there was very few places and actually just around 15 people, we were showing a good presence in support of Vik, half of the court room. The other half were relatives of the defendants. The room was simple. As women we had to sit at the back, and also we were told not to cross our legs. We did not have a translator. We observed, and it was particularly outrageous to see some of the defendants, accused of murder, smiling and waving at relatives. The prosecutor did not ask much questions, and seemed passive. Three witnessed were called; and the hearing lasted for about one hour.

From what was summarize for us after, nothing really new was said. Much of the discussion revolve around finding more about the politics of the defendants. It seems that the direction taken is to put much of the blame on Breizat and Omari,and presenting the defendants as just puppets of them.

The next court session will be held on 27 February. Until now; the defendants have not yet explained directly why Vik was kidnapped and murdered. I am not sure we will have the answers. Today there were not many Palestinians in support of Vik. I remember the outrage and the crying of the people of Gaza just after Vik was killed. Where were they today? Even if you don't give too much credit to the current court system in Gaza, I would have wished to see more people to wash away the smiles of the murderers of Vik, the son and hero of Palestine.

The next hearing session will be held on 27th February.


Aujourd'hui, le procès relatif à l'assassinat de Victorio Arrigoni, un activiste et reporter italien tué dans la bande de Gaza en Avril 2011, a repris dans la ville de Gaza. "Vic" était un activiste membre du mouvement de solidarité international (ISM) . Il a été assassiné par un groupe obscure salafiste après avoir été enlevé. Beaucoup a été dit sur la personnalité admirable de Vik et à quel point il manque à tous ceux qui l'ont connu. Je ne vais pas en rajouter plus à ce sujet.

Je me suis rendue au procès de ses assassins présumés sans grandes attentes. Nous ne saurons probablement jamais la vérité complète sur ce qui s'est passé. Breizat et Omari, considérés comme les leaders du groupe salafiste, ont été tués
dans leur repaire à Nusseira par une unité spéciale choisie par le Hamas quelques jours après que le corps Vik ait été retrouvé. Nous pouvons également soulever des doutes sur la qualité de la procédure judiciaire. La dernière audience a duré seulement quelques minutes et a été reportée car les témoins appelés par la défense ne se sont même pas présentés! Plus de détails peuvent être trouvé dans cet article.

Nous étions
seulement quelques internationaux-7 au total. Cela m'a paru peu, mais, à ma grande surprise, on m'a dit que durant les sessions précédentes, il n'y avait seulement que deux internationaux présents. Enfin, en considérant que dans la salle d'audience il n'y avait finalement que très peu de place et seulement 15 personnes, nous avons montré une bonne présence pour la mémoire de Vik, en remplissant la moitié de la salle d'audience. L'autre moitié étaient des proches des accusés. La salle d'audience était simple, voire spartiate. En tant que femmes, nous avons dû nous asseoir à l'arrière, et aussi on nous a dit de ne pas croiser nos jambes. Nous n'avons pas eu un traducteur. Nous nous sommes donc contentés de faire acte de présence et d' observer. Il a été particulièrement révoltant de voir certains des accusés sourire et saluer de la main des membres de leur famille d'une manière détendue. Le procureur n'a pas posé beaucoup de questions, et semblait très passif. Trois témoins ont été appelés, et l'audience a duré environ une heure.

D'après ce qui nous a été résumé pour nous après l'audience, rien de vraiment nouveau n'a été révélé. Une grande partie de la discussion a tourné autour des idées politique des accusés. Il semble que la direction prise dans ce procès est d'imputer la plus grande responsabilité sur Breizat et Omari, déjà morts, et de présenter les accusés comme de simples marionnettes.

La prochaine session du tribunal aura lieu le 27 Février. Jusqu'à présent, les accusés n'ont pas encore expliqué
directement pourquoi Vik a été enlevé et assassiné. Je ne suis pas sûre que nous aurons les réponses.

Aujourd'hui il n'y avait pas beaucoup de Palestiniens en soutien de Vik. Je me souviens de la colère et les pleurs du peuple de Gaza juste après que Vik ait été tué. Où étaient-ils aujourd'hui? Même si vous ne donnez pas trop de crédit au système judiciaire en cours à Gaza, j'aurais souhaité voir plus de gens aujourd"hui pour laver les sourires des assassins de Vik, le fils et héros de la Palestine.

La prochaine audience aura lieu le 27 Fevrier.

Sunday, February 12, 2012

Collective punishment: series of airstrikes in Gaza: 1 Palestinian civilian killed / Punition collective: series de bombardements à Gaza; 12.02.2012

(c) Anne Paq/, Gaza City, al- Zaytoun, 12.02.2012

Israeli Warplanes Escalate Airstrikes on the Gaza Strip; Old Palestinian Man Killed and His Son Wounded in Gaza City PDF Print E-mail
Sunday, 12 February 2012 11:50, Palestinian Center for Human rights

Ref: 15/2012,

Saturday night, Israeli warplanes launched a series of airstrikes on civilian establishments and residential houses in different parts of the Gaza Strip. As a result of one of the airstrikes, an old Palestinian man was killed and his son was wounded in al-Zaytoun neighborhood in the east of Gaza City.

According to investigations conducted by the Palestinian Centre for Human Rights (PCHR), at approximately 11:50 on Saturday, 11 February 2012, an Israeli warplane fired a missile at an animal farm behind the car market, east of al-Zaytoun neighborhood in the east of Gaza City. The animal farm, which is located around 3,000 kilometers from the border between the Gaza Strip and Israel, belongs to Eyad Abdul Hadi Rajab. Abdul Karim Ibrahim al-Zaytouneya, 71, who is the guard of the targeted animal farm, was killed in the attack as his room in the farm was destroyed while he was inside. In addition, Mohammed, al-Zaytouneya's son, sustained severe bruises throughout the body as he was in the room with his father. The strike also resulted in the deaths of the majority of animals and birds in the farm and in heavy damage to the equipment and to a neighboring house.

Also last night, Israeli warplanes launched three similar airstrikes in Rafah and Khan Yunis in the south of the Gaza Strip. One of the airstrikes targeted an agricultural room in al-Qarara village, north of Khan Yunis. The room was totally destroyed. The second airstrike targeted a vacant room in a house belonging to al-Teir family in al-Shouka village, east of Rafah. The room was destroyed and set alight as a result. The third airstrike targeted an open area also in al-Shouka village.

PCHR strongly condemns these attacks, and:

1. Holds Israeli Occupation Forces (IOF) responsible for the deterioration of the situation in the Gaza Strip, and condemns crimes committed by IOF with total disregard for the lives of civilians;

2. Believes that it is time, in view of Israel's continued violations of the provisions of the Geneva Conventions, to convene a conference of the High Contracting Parties to the Geneva Conventions in order to take necessary measures to ensure protection for Palestinian civilians and their property in the occupied Palestinian territory.


De nouveaux bombardements à Gaza: pas moins de 4 la même nuit dans des endroits différents.
Un mort, Abdul-Karim Az-Zaytouna, un Palestinian agé de 71 ans qui gardait des hangards pour animaux dans une exploitation dans le quartier de al-Zaytoun à Gaza. C'etait le père de neuf enfants. Le missile a laissé un cratère de plusieurs mètres de diamètres, des animaux ont aussi péris dans le bombardement. La veille une fusée avait été tirée de Gaza sur Isräel, elle est tombée comme souvent dans un champ et n'a fait aucun dégâts. En riposte Israël utilise une force non seulement disproportionnée mais illégale: les peines collectives sont interdites selon le droit international. D'autres part, Israêl est tenu de prendre toutes les precautions nécessaires pour ne pas tuer de civils.
Abdul-Karim Az-Zaytouna était un civil, un travailleur, et un père de famille.
Le silence dans les medias français devant ces attaques à coup de missiles contre des civils est pour le moins perturbant.

Un martyr et deux blessés dans une série de raids aériens sionistes sur la Bande de Gaza
[ 12/02/2012 - 13:04 ]

Gaza – CPI

Des sources locales dans la Bande de Gaza ont déclaré que le citoyen Abdel-Karim Zaitouna, 71 ans, est tombé en martyre alors que deux autres ont été blessés dans un raid aérien sioniste ciblant des parcs à l'est du marché international de Palestine pour les voitures dans le quartier de Zaitoun dans la ville de Gaza

Les avions de l'occupation sioniste ont lancé une série de raids sur des cibles dans la Bande de Gaza, juste avant minuit, entraînant la blessure de deux citoyens palestiniens et la destruction de biens, dans une nouvelle escalade d'agression sioniste.

Des sources locales ont indiqué au correspondant du CPI que les avions de guerre sionistes ont bombardé un parcs près du marché des voitures à l'est de Gaza, causant au moins deux blessés. Les ambulances se sont précipitées sur les lieux pour les récupérer et chercher également d'autres victimes.

Les avions militaires sionistes avaient lancé plusieurs raids avant de commencer à cibler un groupe de résistants qui se trouvaient dans la zone de Zana à l'Est de Khan Younès, où le groupe a réussi à s'échapper, sans signaler de blessés, alors que l'aviation militaire sioniste a bombardé une terre vide près de l'école de Mohamed Kamel Agha à Karara sans signaler de victimes.

A Rafah, dans le sud de la Bande de Gaza, les avions de guerre sioniste ont bombardé un parc dans le quartier de Chawka à l'Est de Rafah, le détruisant complètement, et un autre raid sur l'Est du quartier de Chujaia à Gaza.