Sunday, June 26, 2011

We will not be uprooted / Nous ne serons pas deracinés, Al Fasayel, Jordan Valley, 25.06.2011

(c) Anne Paq/, 25.06.2011, Al Fasayel, Jordan Valley

We Will Not Be Uprooted – Tree Planting in Fasayel
by Jordan Valley Solidarity

Sunday, 26 June 2011 15:03

Today local and international activists joined families affected by last week’s demolitions in the Palestinian community of Fasayel in the occupied Jordan Valley as they planted 300 olive trees on their land. At around 5pm a group of 25 Palestinian and international activists joined 10 families whose homes were destroyed last week by the Israeli military (see article and video). The group planted olive trees for nearly 3 hours, putting down new roots in defiance of Israel’s brutal attempts to ethnically cleanse the village. Many of the trees were labeled with the names of Palestinian villages destroyed during the 1967 occupation, a symbolic act meant to connect the history of ethnic cleansing in Palestine to the ethnic cleansing taking place today in Fasayel.

On June 14, 2011, the Israeli army destroyed the homes of 18 families in the village of Fasayel. The families have been without shelter for over a week now, and have still received no meaningful aid. While several families have left the area, many others have remained steadfast on their land, and are determined to rebuild their lives.


Des Palestiniens et internationaux ont planté des oliviers dans la communauté d'Al Fasayil dans la Vallée du Jourdain ce 25.06.2011. 18 residences avaient été démolies par les autorités israéliennes à Al Fasayil le 14/06/2011 laissant plus de 100 Palestiniens sans abri.

Friday, June 24, 2011

A Bulldozer against the Wall in Bil'in / Un Bullodzer contre le Mur a Bil'in

(c) Anne Paq/, Bil'in, 24.06.2011

Seven Injured by Troops Gunfire as Bil’in Celebrate the Removal of the Old Wall Print E-mail
24.06.11 - 15:50

Ghassan Bannoura/PNN Exclusive – Seven people were injured on Friday as Bil’in villagers in central West Bank celebrated the removal of the old Israeli wall built on their lands. The six locals and one French activist sustained moderate wounds as they were hit in the arms and legs by gas bombs fired by Israeli soldiers.

Villages all over the West Bank followed Bil’in's steps in conducting weekly protests against the Israeli built wall on their lands. Today protests were reported in Nili’in and Nabi Saleh in central west Bank and al Ma’ssara village in the south. In Nabi Saleh troops injured a nine year old girl and arrested one international activist. In Nil’in many were treated for the effects of tear gas inhalation while in al Ma’ssara soldiers did not allow people to reach the construction site of the wall.

Residents of Bil’in started to organize a weekly nonviolent protest against the Israeli wall six and half years ago. In September 2007 the villagers continued protesting; and the legal proceedings managed to get to the Israeli Supreme Court of Justice, to order a halt to the wall construction. The court ruled for a re-routing of the section of wall built on Bil'in's land. Due to the ruling, the villagers got back 275 of the 600 acres Israel took for the wall and the nearby settlement of Modi’in Illit. In 2004 the International Court of Justice in The Hague ruled the Israeli wall illegal.

In February of last year and after two years of stalling the Israeli army began rerouting the wall by constructing a new one. This week the new wall was finished and army bulldozers started to remove the old one away; a scene that Bil’in villagers are not accustomed to.

“Today we celebrate,” Explained Rateb Abu Rahmah , the media coordinator of the Popular Committee Against the Wall and settlement “it’s a victory for our popular resistance; this was accomplished by hard six years and half of resistance.”

Today like every Friday the protest started after the midday prayers, in addition to Israeli and international supporters who joined the struggle of Bil’in since it started; Palestinian PM Salam Fayyad and Arab MK Mohamed Baraka joined today’s protest.

Every week an Israeli army unit stops the villagers from going through the gate of the wall by firing tear gas canisters, causing dozens to suffer gas inhalation. Today seven were injured as they were hit in the arms and legs by gas bombs fired by troops. The army used live rounds and chemical water known to local as “Skunk” for the bad smell it produces.

“We will continue the struggle, we still live under occupation and we still have land trapped behind the wall and the settlement is built on.” Says Abu Rahmah.

Even with the peaceful nature of the Bil’in protests the army faced it with violence; leading to death. In January 2010 Jawaher Abu Rahmah was killed due to severe tear gas inhalation. Her brother Bassem was killed as well when an Israel soldier shot him in the chest with a tear gas bomb in April of 2009. Locals estimate that 1400 people were injured by the army fire in Bil’in protests since they started and as many as 140 people arrested.


Lors d'une scène assez extraordinaire, les manifestants ont percuté un bulldozeur dans le Mur (ici sous formes d'une serie de haute clôture électrifiées) lors de la manifestation hebdomadaire contre le Mur à Bil'in, 27.06.2011. Cet acte est survenu après l'armée israélienne ait déclaré qu'elle allait finalement se conformer à une ordonnance de 2007 de la Cour Suprême israélienne selon laquelle le tracé du Mur devait être changé.
En raison de la décision, les villageois de Bil'in devraient recuperer 275 des 600 hectares pris illégalement par Israël pour le Mur et la colonie voisine de Modi'in Illit.
Des gaz lacrymogènes, tiré par l'armée israélienne, sont allés à l'intérieur du bulldozeur, conduit par un manifestant palestinien qui a du faire demi tour. Plusieurs blessés ont été signalés.

Demonstration against the Wall in Bil'in/ Manif contre le Mur, Bil'in, 24.06.2011

(c) Anne Paq/, Bil'in, 24.06.2011

Wednesday, June 22, 2011

New demonstrations in Deir Qadis / Nouvelles manif a Deir Qadis, 21.06.2011

(c) Anne Paq/, Deir Qadis, 21.06.2011

A demonstration against the settlement's expansion took place in the West Bank village of Deir Qadis, on 21.06.2011.
Since last week, Deir Qadis has been organizing demonstrations against the confiscation of their lands due to the expansion of a nearby settlement. The march of the protesters towards the bulldozers was attacked by Israeli soldiers who fired scores of tear gas canisters which provoked massive fire. Today the protesters did not manage to stop the bulldozer, which was protested by a large number of Israeli soldiers. The villagers are not deterred, even by the use of live ammunition against them, and are continuing their demonstrations against the illegal grab of their lands.


De nouvelles manifestation contre l'expansion de la colonie ont lieu presque quotidiennement dans le village de Deir Qadis en Cisjordanie, le 21.06.2011.
Depuis la semaine dernière, Deir Qadis a commencer à organiser des manifestations contre la confiscation de leurs terres en raison de l'expansion d'une colonie voisine. La marche non-violente des manifestants vers les bulldozeurs a été tout de suite attaquée par des soldats israéliens qui ont tiré des dizaines de bombes lacrymogènes sur les manifestants, ce qui a provoqué des incendies. Aujourd'hui, les manifestants n'ont pas réussi à arrêter le bulldozeur, qui était protégé par un grand nombre de soldats israéliens. La volonté de résistance des Palestiniens de Deir Qadis n'a cependant pas été brisée, même par l'utilisation de balles réelles contre eux, et ils poursuivent avec courage leurs manifestations contre l'accaparement illégal de leurs terres.

Tuesday, June 21, 2011

Criminalizing the Popular Resistance / Rendre criminelle la resistance populaire

(c) Anne Paq/, Khaled Zwahra just before his arrest, Al Naksa Day Demonstration, Qalandia refugee camp, 05.06.2011

See below an update on Khaled Zwahra who was abducted during a demonstration in Qalandia checkpoint on 05.06.2011. I was standing just a few meters away when Khaled was violently taken away by Israeli soldiers in their jeep. Some minutes before the "abduction", Khaled was courageously trying to stop the military truck that is used to spread the infamous "skunk" on protesters. The skunk is an horrible and noxious chemicals-based liquid which carries an awful smell which can make you throw up. Khaled got soaked into the liquid and was later on pepper sprayed in the face to make him go. Then he stood up in defiance in front of the Israeli soldiers, refusing to go, claiming for his legitimate rights.

He then sat down in front of a military jeep which was trying to intimidate the protesters and invade the refugee camp. This is where the soldiers had enough of all these "outrageous" acts of resistance and jumped on him. I basically watched him all the time before his arrest as he was one of the most active in front of the soldiers. When I followed up on him, I was stunned to hear that he was charged with stone throwing! he did not of course.

Well...this is not first time really that Palestinians active in the popular resistance got charged with made-up charges. Khaled comes from Nabi saleh, a village which organizes weekly popular resistance protests for more than a year and an half and has faced an incredible level of repression by the Israeli army.

So yes- Standing for your rights as a Palestinian using non-violent tactics to protest has become a crime for Israel. While Western governments condemn vehemently the crackdown on protesters in other Arab Countries, their silence is screaming when it comes to Palestinians. Khaled is not a criminal, he is a Palestinian, an activist, a human rights defender, a hero of our time.

Khaled Zwahra was detained on 5.6.2011 during Naksa Day protests in
Qalandia while blocking an army vehicle that was about to invade further into residential areas of Qalandia).

He was taken to Atarot police station (in Qalandia industrial area, operated by
the border police), where he was suspected of participating in an unauthorized
demonstration and disturbing a policeman/soldier on duty.
Only the following day, 2 border policeman - one of whom wrote a report
on the day of arrest, incriminating Khaled only for the above mentioned offenses -
"remembered" that he also threw stones, and gave a very weak statement
against him.

Although there are several videos and photographs that show that Khaled was
arrested while blocking the army vehicle, and despite the weakness of
the border policemen testimonies, on June 12th he was indicted and charged also with
"stone throwing". The military court in Ofer ordered his arrest until the end of the proceedings.

Khaled's lawyers appealed against the remnant decision and on June 15th
there was a hearing in the military court of appeals. We are currently
waiting for the appeals court decision regarding the arrest, and making an
effort to get the decision as soon as possible.

The first hearing in the trial itself (reading of the indictment and
answering to the charges) will take place on July 13th.


Voir ci-dessous une mise à jour sur le cas de Khaled Zwahra, qui a été "enlevé" lors d'une manifestation contre l'occupation au checkpoint de Qalandia 05.06.2011. Je me tenais juste à quelques mètres de lui quand Khaled a été violemment embarqué par des soldats israéliens dans leur jeep. Quelques minutes avant l'«enlèvement» Khaled s’était mis courageusement devant le camion militaire qui est utilisé pour propager l'infâme "skunk" sur les manifestants. Ce liquide nauséabond et nocif, à base de produits chimiques, dégage une odeur terrible qui peut vous faire vomir. Khaled était trempé et a été ensuite aspergé de spray poivré dans le visage. Mais refusant de partir, il a continué à se tenir debout au mépris des soldats israéliens et à revendiquer ses droits légitimes. Il faisait le signe de la victoire à quelques centimètres des soldats.

Il s'est assit en face d'une jeep militaire qui tentait d'intimider les manifestants et d'envahir le camp de réfugiés. C'est là que les soldats en ont eu assez de tous ces «scandaleux» actes de résistance et ont sauté violemment sur lui.

J'avais mon objectif braqué sur Khaled tout le temps comme il était l'un des plus actifs devant les soldats. J'ai donc suivi tous ces gestes alors qu'elle n'a pas été ma stupéfaction quand j'ai appris qu'il était accusé de jets de pierres!

Enfin ... ce n'est pas la première fois vraiment que des palestiniens actifs dans la résistance populaire se font mettre en prison à cause de charges d'accusation fabriqués. Khaled vient de Nabi Saleh, un village qui organise des manifestations hebdomadaires depuis plus d'un an et demi et fait face à un niveau incroyable de répression par l'armée israélienne.

Donc oui-Se battre pour vos droits en tant que Palestinien en utilisant des tactiques non-violentes pour protester est devenu un crime selon Israël. Alors que les gouvernements occidentaux condamnent avec véhémence la répression contre les manifestants dans les autres pays arabes, leur silence est criant quand il s'agit des Palestiniens. Khaled n'est pas un criminel, il est un Palestinien, un militant, un défenseur des droits humains, un héros de notre temps.

mise à jour
Khaled Zwahra a été arrêté le 06/05/2011 lors de la manifestations pour commémorer la Naksa à Qalandia alors qu'il bloquait un véhicule militaire qui s'apprêtait à envahir les zones résidentielles de Qalandia.

Il a été emmené au poste de police de Atarot (dans la zone industrielle de Qalandia, exploité par la police des frontières), où il a ete soupçonné de participer à une manifestation non autorisée et d'avoir perturbé un policier / soldat en faction.
Seul le les jour suivant, deux policier des frontières - l'un d'eux avait deja écrit un rapport le jour de l'arrestation qui incriminait Khaled seulement pour les infractions mentionnées ci-dessus - se sont "rappelé" qu'il avait également jeté des pierres, et ont fait une déclaration très faible contre lui.

Bien qu'il existe plusieurs vidéos et des photographies qui montrent que Khaled a été
arrêté alors qu'il bloquait le véhicule de l'armée, et malgré la faiblesse des témoignages des policiers des frontières, le 12 Juin il a été inculpé et accusé aussi pour «jets de pierre". Le tribunal militaire d'Ofer a ordonné son arrestation jusqu'à la fin de la procédure.

Les avocats de Khaled ont fait appel à la décision et le le 15 Juin
il y eu une audience à la cour d'appel militaire. Nous sommes actuellement en attente
de la décision du tribunal d'appel concernant l'arrestation, nous faisons un
effort pour obtenir la décision dès que possible.

La première audience du procès lui-même (la lecture de l'acte d'accusation et
la reponse aux accusations) aura lieu le 13 Juillet.

Sunday, June 19, 2011

Video: SKunk Shower / Douche avec le "skunk", un liquide chimique nauseabond, Bil'in demonstration, 17.06.2011

a little taste of the "skunk"...some brave Palestinians stood in the middle of it in defiance. One of them another time has to shave his head because the smell with no go way from his hair!

un petit aperçu du liquide infâme utilisé par les soldats israéliens pour tenir les manifestants a distance ... certains Palestiniens courageux sont restés debout en milieu. Lors d;une autre manifestation, l'un d'entre eux a même du raser sa tête a cause de l'odeur qui ne voulait pas partir de ses cheveux!

Friday, June 17, 2011

Demonstration against the Wall in Bil'in/ Manif contre le Mur, Bil'in, 17.06.2011

Photos by: Anne Paq/

A group of Palestinians, Israelis and Internationals demonstrate against the Wall in the West Bank village of Bil'in on 17.06.2011. As soon as the demonstrators arrived near the Wall, the Israeli soldiers showered them with a noxious water-based chemical spray, tear gas and sound bombs, and later rubber metal-coated bullets. Tear gas canisters provoked fires. When the demonstrators tried to stop the fire, they were again attacked by tear gas canisters and rubber bullets. Several olive trees burned and several injuries were reported.

Un groupe de Palestiniens, Israéliens et Internationaux ont manifesté contre le Mur dans le village de Bil'in en Cisjordanie le 17.06.2011. Dès que les manifestants sont arrivés près du Mur, les soldats israéliens les ont arrosés avec un spray à base d'un liquide chimique nocif qui dégage une odeur nauséabonde, des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes, et plus tard les soldats ont utilisé des balles en caoutchouc. Les grenades lacrymogènes ont provoqué des incendies. Quand les manifestants ont essayé de les contenir, ils ont de nouveau été attaqués par des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Plusieurs oliviers ont brûlé et plusieurs blessés ont été signalés.

Thursday, June 16, 2011

“She can die as far as I’m concerned” Israeli Soldier at Nabi Saleh Demo – 13.5.2011 – video

B’TSelem, June 12, 2011

Firing tear gas directly as protesters and using excessive force against them is illegal. B’Tselem has demanded an investigation.

Une video édifiante de B'Tselem qui montre comment les soldats israéliens font un usage de la force disproportionné de la force contre des manifestants non-armés. B'tselem a demandé une enquête, notamment sur le fait que les soldats aient tiré sciemment des grenades lacrimogenes directement sur les manifestants. Un soldat Israelien repond a un manifestant qui tente d’empêcher le passage a tabac d'une femme: "En ce qui me comcerne, elle peut bien mourir!".

Tuesday, June 14, 2011

Large-Scale Demolitions in Fasayil, Jordan Valley, 14.06.2011

Photos by Anne Paq/Activestills, Al Fasayil, 14.06.2011

Another 100 Palestinians made homeless- who cares?

Today I woke up by a phone call very early by Jordan Valley Solidarity. I know these very early mornings phone calls are not about wishing me a good day...rather they always come with bad news, generally home demolitions, which always occur very early to prevent protests and press coverage. Bulldozers were indeed in Fasayil, a Palestinian village in the Jordan Valley that I visited many time. I knew I would arrive after the departure of the Israeli army but I tried to hurry up, gathering my gear- my camera, my phone, several bottles of water. Jordan Valley is known for its heat. It took me about two hours to reach the place, only to find a grim scene of demolitions. Tents were upside down, many belongings were buried. Women and children, shocked, were sitting around. Some under the few trees that are around. Men were commenting, giving interviews to some televisions or ngos who came to make their assessment. They lost everything in a few minutes. I wandered around, talked with some women even if I could not understand everything, I was trying to pay attention and listen to their stories. “Why?” they asked me, and “Look, they even destroyed our food, we do not have even bread”. There is nothing to answer back, except that I felt sorry. Dust, broken furniture and broken families. At the back of the demolitions, you could see the green and flourishing settlement of Tomer. Now all these Palestinians families are left without a shelter under a burning sun. When asked where they will sleep tonight, they answered: “here. We are going to rebuild right away. We have nowhere to go.”

This was a large-scale demolition which took place in Fasayil al-Wusta, affecting an estimated 103 Palestinians from 18 families, including 64 children in the Jordan Valley, on 14.06.2011. Some 21 structures, including 18 residential structures and three animal shelters were demolished. All electricity cables were also cut. The community had received a number of demolition orders in March 2011.

So, more than 100 Palestinians again were forcibly displaced and made homeless. Back home, I checked the news. The demolitions were reported on Palestinian news agencies but not in the main Israeli news agencies. 100 Palestinians made homeless does not seem to be worth reporting.

The Palestinian organization Badil sets the overall number of internally displaced Palestinians at 450,000.


Encore 100 Palestiniens sans abri-qui s'en soucie?

Aujourd'hui, j'ai été réveillée par un appel téléphonique très tôt du groupe Jordan Valley Solidarity. Je sais que ces appels très tôt le matin ne sont pas de bon augure et n'ont pas pour but de me souhaiter une bonne journée ... plutôt ils viennent toujours avec de mauvaises nouvelles, généralement des démolitions de maisons, qui se produisent toujours très tôt pour empêcher les protestations et la couverture médiatique. On m'annonce en effet que les bulldozers sont à Fasayil, un village palestinien de la vallée du Jourdain que j'ai visité de nombreuses fois. Je savais que j'allais arriver après le départ de l'armée israélienne, mais j'ai essayé quand même de me dépêcher alors j'ai réuni rapidement mon équipement, mon appareil photo, mon téléphone,et plusieurs bouteilles d'eau. La vallée du Jourdain est connue pour sa chaleur étouffante en été. Il m'a fallu environ deux heures pour atteindre Fasayil, seulement pour trouver une scène déprimante de démolitions. Des tentes étaient détruites et enfouies à moitié dans la terre. Les femmes et les enfants, choqués, étaient assis avec un air hagard. Certains s'étaient mis à l'ombre des quelques arbres qui parsèment le terrain. Les hommes essayaient de récupérer ce qu'ils pouvaient des débris, faisaient des commentaires, et certains donnaient des interviews à des chaines de télévisions ou des ONG qui sont venues pour faire leur évaluation. Les Palestiniens ont tout perdu en quelques minutes, et pourtant il faut évaluer méthodiquement leurs pertes, mais comment les quantifier. Comment mesurer la valeur d'un foyer? Et surtout quelles sont les réponses appropriées? Les organisations internationales passent avec leurs experts et laissent leurs cartes de visite, mais lorsqu'ils partent, les Palestiniens se retrouvent seuls face au désastre. L'aide d'urgence se fait attendre, et quant à l'action politique n'en parlons même pas.

J'ai erré dans ce paysage désolé, parlé surtout avec des femmes, même si je ne pouvais pas tout comprendre, j'ai essayé de faire attention et d'écouter leurs histoires. "Pourquoi?" m'ont-elle demandé, et "regarde, ils ont même détruit notre nourriture, nous n'avons pas même du pain". Il n'y a rien à répondre, sauf de leur dire que je suis sincèrement désolée et que je vais transmettre leurs histoires. La poussière, les meubles cassés et les familles brisées me laissent un arrière gout amer.

A l'arrière des démolitions, on pouvait voir la colonie israélienne de Tomer, verte et épanouie alors que toutes ces familles Palestiniennes se retrouvent sans abri sous un soleil brulant. Lorsqu'on leur demande où ils vont dormir ce soir, ils ont répondu sans hésitation: "Ici. Nous allons reconstruire immédiatement. Nous n'avons nulle part où aller. "

Il s'agissait d'une démolition à grande échelle qui a eu lieu dans Fasayil al-Wusta et a affecté une centaine de Palestiniens appartenant à 18 familles, dont 64 enfants dans la vallée du Jourdain, le 14.06.2011. 21 structures, dont 18 bâtiments résidentiels et trois abris pour les animaux ont été démolies. Tous les câbles d'électricité ont également été arrachés. La communauté avait reçu un certain nombre d'ordres de démolition en Mars 2011.

Ainsi, plus de 100 Palestiniens ont été déplacés de force et se retrouvent sans abri. De retour à la maison, j'ai vérifié les nouvelles. Les démolitions ont été signalés par les agences de presse palestiniennes, mais dans aucune des principales agences de presse israéliennes. Le fait que les autorités israéliennes aient rendu 100 Palestiniens sans abri, dont de nombreux enfant, ne semble pas être valoir la peine d'être signalé.

L'organisation palestinienne Badil définit le nombre total de Palestiniens déplacés à 450.000.

Monday, June 13, 2011

BOYCOTT New cartoons series by Carlos Latuff / Une nouvelle serie de caricatures par Carlos Latuff

BDS campaigners all around the world, you are free to use these artworks in your materials.

Cette serie pour soutenir la campagne de Boycott (BDS) est libre d'utilisation.

Sunday, June 12, 2011

Update: Mahmoud Zwahra managed to travel / Mahmoud Zwahra a reussi a voyager

Mahmoud went back to the border, after being rejected the day before. This time, he managed to pass...never give up!

Mahmoud est retourné à la frontière ou il avait été rejeté la veille...cette fois il a réussi à passer. Il ne faut jamais abandonner!

Saturday, June 11, 2011

Israeli tries to silence Palestinian human rights defenders / Israel tente de reduire au silence les militants palestiniens pour les droits humains.

(c) Anne Paq/, archives pictures, Mahmoud Zwahra, Al Ma'sara

Mahmoud Zwahra, member of the Popular Struggle Coordination Committee and of Al Ma'sara Popular Committee against the wall, was stopped today on his way to Europe at Allenby Bridge by the Israeli authorities and was denied travelling outside, although he has all the necessary documentation (visa, and flight ticket. He was not given any explanation, and when he insisted on getting one, he was violently removed from the bridge.

He was scheduled to meet various groups in diplomats in different European countries for advocacy.

In the past, several human rights Palestinian activists and members of the popular committees were also denied traveling in an attempt to silence Palestinian voices in the international arena.


Mahmoud Zwahra, membre actif du Comité de coordination de la lutte populaire et du Comité populaire contre le Mur du village de Al Ma'sara , s'est vu aujourd'hui empêché de quitter la Palestine pour l'Europe, les autorités israéliennes lui ont refusé le passage par Allenby Bridge vers la Jordanie alors qu'il avait toute la documentation nécessaire (visa et billet d'avion). On ne lui a donné aucune explication, et quand il a insisté pour en avoir une, il a été repoussé de force et renvoyé de Allenby.

Mahmoud devait rencontrer différents groupes et des diplomates dans plusieurs pays européens.

Dans le passé, plusieurs militants des droits humains palestiniens et des membres des comités populaires se sont vus également refuser de voyager par les autorités israéliennes qui essayent ainsi de faire taire les voix palestiniennes sur la scène internationale.

Friday, June 10, 2011

Demonstration in Beit Ijza and Biddu against the Wall / Manif contre le Mur a Demonstration in Beit Ijza and Biddu, 10.06.2011

(c) Anne Paq/Activestills,org, Beit Ijza, 10.06.2011

This Friday, as every Friday in Palestine, demonstrations were held in different locations against the Wall, the settlements..well against the occupation. This Friday, what was interesting is that, besides the usual places, some demonstrations were happening in at last four new locations: Beit Ijza, Kafer Malek, Shuqba and Tuwani. From the information I gathered so far. In Shuqba, protesters dismantled razor-wire fence surrounding an illegal Israeli quarry where guards shot live ammunition at demonstrators last week while in Kafer Malek the demonstrators managed to chase away some settlers who tried to start a new outpost. This is quite significant, not only about what happened, but also in the increase in the number of villages demonstrating. This has been completely ignored by the medias, even the Palestinian ones. Is the popular struggle "boycotted"?

I was in Biddu, or rather a very small village besides it called Beit Ijza, which is located very close to settlements.

Palestinians from Beit Ijza and Biddu together with Israelis demonstrate against the Wall in the West Bank village of Beit Ijza, on 10.06.2011. A prayer was held in front of the gate who has been remained almost totally closed since the beginning of the year, making agricultural work impossible for many farmers. Some 1500 dunums are on the other side of the wall, with many olive trees. At the beginning of the building of the Wall, the Israeli authorities told them that their agricultural work would not be affected and that farmers would have access to their lands....all proved to be lies.

After the prayer, the demonstrators attempted to break the gate, claiming their right to access their lands. Some youth throw stones against the Israeli jeeps and the Israeli soldiers attacked the demonstrators with tear gas. Palestinians declared that they will organize another protest next week.


Ce vendredi, comme tous les vendredis en Palestine, des manifestations ont eu lieu dans différents endroits contre le Mur, les colonies .. enfin contre l'occupation. Ce qui était intéressant ce vendredi, c'est que, outre les lieux habituels, des manifestations étaient organisées dans quatre nouveaux villages: Beit Ijza, Kafer Malek, Shuqba et Tuwani. D'apres les informations que j'ai recueillies jusqu'à présent, à Shuqba, les manifestants ont démonté une section de la clôture entourant une carrière israélienne illégale où un garde de sécurité avait tiré à balles réelles sur des manifestants la semaine dernière alors qu'à Kafer Malek les manifestants ont réussi à déloger les quelques colons qui ont tenté d'installer un nouvel avant-poste. Ces évènements sont assez significatifs, non seulement pour ce qui s'est passé, mais aussi dans l'augmentation du nombre de villages qui organisent des manifestations. Mais cela a été complètement ignoré par les médias, même les palestiniens. Est-ce la lutte populaire est "boycottée"?

Quant à moi, j’étais à Biddu, ou plutôt un tout petit village limitrophe appelé Beit Ijza, qui est situé très près de colonies.

Des Palestiniens de Beit Ijza et Biddu avec des Israéliens ont manifesté contre le Mur. Une prière a eu lieu en face du portail (qui permet de passer de l'autre cote du Mur ici sous formes de grillages électrifiés et de barbelés) qui a resté presque totalement fermé depuis le début de l'année, ce qui rend impossible le travail agricole pour de nombreux fermiers. Environ 1500 dunums sont de l'autre côté du Mur, avec de nombreux oliviers. Au début de la construction du Mur, les autorités israéliennes leur avaient pourtant promis que leur travail agricole ne serait pas affectée et que les agriculteurs auraient accès à leurs terres .... mais cela s'est avéré n’être qu'un tissu de mensonges.

Après la prière, les manifestants ont tenté de forcer l'ouverture du portail pour revendiquer leur droit à accéder à leurs terres. Certains jeunes ont jetté des pierres contre les jeeps israéliennes et les soldats israéliens ont attaqué les manifestants avec des gaz lacrymogènes. Les confrontations n'ont pas duré très longtemps. Les Palestiniens ont déclaré qu'ils organiseront une autre manifestation la semaine prochaine.

Monday, June 06, 2011

Israeli Occupying Forces repress Nakba Day demonstration / l'armee israelienne attaque la manifestation pour la Naksa a Qalandiya,05.06.2011

(c) Anne Paq/, Qalandiya refugee camp, 05.06.2011

“Not Afraid”, Qalandiya refugee camp, 05.06.2011

Once again, Palestinians went courageously to demonstrate in different locations: in the West Bank, in Gaza, in Syria where they walked towards the Golan Heights (occupied by Israel since 1967), in Lebanon (but they were prevented to walk to the borders to the Israeli border)..the occasion was the Naksa Day, which commemorates the 1967 war and the beginning of the occupation of the West Bank and the Gaza Strip (and the Golan heights and the Sinai which was later given back by Israel).
The message was everywhere the same: 44 years of occupation is enough! Palestinians will not be silenced to further accept the regime of oppression they are facing and the continuous loss of their lands. The essence of it was well expressed by one of the signs carried in Qalandiya demonstration: "Listen occupiers, we are the people who will not be humiliated!".
Again, the price was very high (during the last wave of demonstrations for Nakba Day., 15 Palestinians were killed and hundreds were wounded), with 23 Palestinians killed and hundreds also injured. They were all unarmed.

On 05.06.2011, I went to the protest organized in Qalandiya checkpoint. I missed the beginning of the protest when the demonstrators were standing in front of the checkpoint but witnesses and videos showed that as soon as they began attempting to protest, the Israeli occupying forces violently attacked them. Israeli soldiers ran towards the protestors, using tear gas grenades, sound bombs and pushing them. When I arrived , most of the crowd (a few hundreds) was already a few hundreds meters away from the checkpoint, and the Israeli soldiers were already inside the refugee camps, shooting with comfort from roof tops. Tear gas canisters were raining on the heads of the few demonstrators who were trying from time to time to walk towards the checkpoint. Some shebabs (young Palestinian men) were trying to respond to soldiers' invasion of the camp by stones. Rubber coated bullets were also used. Ambulances were coming and going. I went further up next to the Israeli soldiers near to the checkpoint and I found out that there were still a few protesters near them. They were scattered and seemed quite unsure about what to do...but suddenly a group came together and stood next to some Israeli soldiers. They started shouting in their face...the first rank was actually two young Palestinian women, one of them was just a few centimeters from the face of an Israeli officer...They were so strong. “Mich raifeen, Mich Raifeen!” (we are not afraid!), they kept shouting. The Israel soldiers became nervous and they eventually violently pushed back the group and threw a sound grenade which exploded in the middle of the ear was buzzing for a moment. People gathered again, sang and confronted the Israeli soldiers, refusing to yield to the power of force. Again..more tear gas thrown in the middle. The Palestinians would simply not give up, so the Israeli soldiers brought the military truck which is very well know by protestors: the truck spreads the “skunk” water, a noxious water-based chemical spray, an horrible liquid which stinks and makes you want throwing up. If you get it on your clothes, you can just throw them. The smell never goes away. Some Palestinians blocked the truck, only to be showered soon with the infamous liquid. Still they stood. Israeli soldiers had to use pepper spray in their faces to make them leave. Still they came back and continued shouting. The truck went away, a jeep came, a few Palestinians sat in front of it in defiance. That was too much for the Israeli soldiers...they jumped of
one of the Palestinian, violently grabbed him and threw him into a military jeep. I found out later that he is accused of having thrown stones. I was watching him when he was arrested and before..what he was doing was only non violently protesting. This has become a crime in Israel.

The protest was not over. The Israeli soldiers attempted to make more arrests, but they were unsuccessful. At the back, and on the sides of the camp, the sound of tear gas grenades and sound bombs continued. When I left, the clashes were continuing, but I had enough for the day.


"Nous n'avons pas peur!", camp de réfugiés de Qalandiya, 05.06.2011

Une nouvelle fois, les Palestiniens ont courageusement manifesté dans plusieurs lieux: en Cisjordanie, à Gaza, en Syrie, où ils ont marché vers le plateau du Golan (occupé par Israël depuis 1967), au Liban (mais l'armée libanaise les a empêchés de marcher vers la frontière israélienne) .. L'occasion était de marquer la Journée de la Naksa, qui commémore la guerre de 1967 et le début de l'occupation de la Cisjordanie et la bande de Gaza (et le plateau du Golan et le Sinaï qui a ensuite été rendu par Israël).
Le message était partout le même: 44 ans d'occupation, c'est assez! Les Palestiniens ne seront pas réduits au silence et ne vont jamais accepter le régime d'oppression auxquels ils sont confrontés et la perte continue de leurs terres. L'essence du message a été bien exprimé par l'un des panneau brandi dans la manifestation de Qalandiya: "Ecoute occupants, nous sommes le peuple qui ne sera pas humilié!".
Encore une fois, le prix a été très élevé (au cours de la dernière vague de manifestations lors du Jour de la Nakba, le 15 mai, 15 Palestiniens ont été tués et des centaines ont été blessés), avec 23 Palestiniens tués et des centaines blessés. Ils étaient tous sans armes.

Le 05.06.2011, je suis allée à la manifestation organisée au checkpoint de Qalandiya, qui se situe entre Ramallah et Jérusalem. J'ai manqué le début de la manifestation lorsque les manifestants se tenaient devant le checkpoint, mais des témoins et des vidéos ont montré que dès qu'ils ont commencé de manifester, les forces d'occupation israéliennes ont attaqué violemment les manifestants. Les soldats israéliens se sont précipité vers les manifestants, utilisant des grenades lacrymogènes, des bombes assourdissantes et en les repoussant violemment. Quand je suis arrivée, la plupart des manifestants(quelques centaines) étaient déjà à quelques centaines de mètres du du checkpoint, et les soldats israéliens avaient déjà pris position à l'intérieur du camps de réfugiés, certains sur les toits d'où ils pouvaient tirer en toute tranquillité. Des grenades lacrymogènes pleuvaient sur la tête de la poignée de manifestants qui tentaient de temps à autre de marcher vers le checkpoint. Certains shebabs (jeunes hommes palestiniens) ont essayé de répondre à l'invasion du camp par des jets de pierres. Des balles en caoutchouc ont également été utilisées. Les ambulances allaient et venaient. J' ai marché en rasant les murs jusqu'au checkpoint à côté des soldats israéliens et j'ai alors découvert qu'il y avait encore quelques manifestants. Ils étaient dispersés et peu nombreux et semblaient ne pas être très sûrs de savoir quoi faire ... mais tout à coup le groupe s'est rassemblé devant quelques soldats israéliens qui tiraient sur la foule au loin. Les manifestants ont commencé à crier et chanter ... le premier rang était en fait deux jeunes femmes palestiniennes, l'une d'entre elle n'était qu'à quelques centimètres du visage d'un officier israélien ... Elles étaient si fortes: " Mich Raifeen! Mich Raifeen!" (Nous n'avons pas peur!), n'arrêtaient-ils pas de crier. Les soldats israéliens sont devenus nerveux devant ces attaques verbales insupportables et ils ont finalement violemment repoussé le groupe et ont lancé une bombe assourdissante qui a explosé au milieu des jambes du groupe ... mon oreille é a sifflé pour un moment. Les manifestants se sont rassemblé à nouveau, ont chanté et confronté les soldats israéliens, refusant de céder à la puissance de la force. Encore une fois .. plus de gaz lacrymogène jeté en plein milieu. Mais les Palestiniens ne voulaient simplement pas renoncer, de sorte que les soldats israéliens ont amené le camion militaire qui est très connu par les manifestants: le camion qui propage le "skunk" , un liquide infâme composé de produits chimiques nocifs qui propage une odeur insupportable et vous donne envie vomir. Si vous en prenez sur vos vêtements, vous pouvez simplement les jeter. L'odeur ne disparaît jamais. Certains Palestiniens se sont mis devant le camion pour le bloquer, ils ont été rapidement aspergé par le liquide infâme. Pourtant ils se sont tenus debout. Les soldats israéliens ont dû utilisé du gaz poivré sur leurs visages pour les faire partir. Mais ils sont revenus et ont continué à crier. Le camion est parti, une jeep est venue, des Palestiniens se sont assis sur la route pour lui bloquer le passage. C'en était trop pour les soldats israéliens ... ils ont sauté de
l'un des palestiniens, l'ont violemment empoigné et l'ont jeté dans une jeep militaire. J'ai découvert plus tard qu'il est accusé d'avoir jeté des pierres. Je ne l'ai pas quitté des yeux quand il a été arrêté et juste avant .. il n'a rien fait d'autre que de manifester d'une manière non-violent. Cela est devenu un crime en Israël.

La manifestation n'était pas terminée. Les soldats israéliens ont tenté de faire plus d'arrestations, mais sans succès. A l'arrière, et sur les côtés du camp, le bruit des grenades lacrymogènes et des bombes assourdissantes a continué. Quand je suis partie, les affrontements se poursuivaient, mais j'en avais assez pour cette fois.

VIDEO Israeli Occupying Forces repress Nakba Day demonstration / VIDEO l'armee israelienne attaque la manifestation pour la Naksa a Qalandiya,05.06

Qalandiya refugee camp, 05.06.2011

Thursday, June 02, 2011

Protest against Jerusalem Day / Manifestation contre le Jour de Jerusalem, 01.06.2011

All photos by Anne Paq/Activestills.

A nightmare in white and blue

A group of activists protested against the march organized for Jerusalem Day, in the Palestinian neighborhood of Sheikh Jarrah, on 01.06.2011. Thousands of settlers and right wing Israelis marched through Sheikh Jarrah and East Jerusalem as part of the Jerusalem day which commemorates the capture of East Jerusalem during the 1967 war. The right wing Israelis were filmed singing “death to leftists” and “Mohammad is dead”. The march went ahead under tight security as 3,000 border police and police were deployed all over the city.

Early afternoon, I went to Sheikh Jarrah, a Palestinian neighborhood in East Jerusalem, in which many Palestinians families were evicted in the last three years, just to be replaced by Israeli settlers. Groups of settlers were already there as well as activists and Palestinian residents, all getting ready for the big march, either to be participants (settlers and right wing Israelis) or to protest against it. Settlers put loudspeakers on the roof top of one of the houses they managed to conquer: the music, at full volume, was unbearable (mostly religious or nationalist Israeli songs)

The state-sponsor event celebrates the capture of East Jerusalem in the 1967 war and what the Israelis called “the reunification” of Jerusalem. Except that the annexation of East Jerusalem by Israel has never been recognized by the international community (all embassies are therefore in Tel Aviv) and international law: East Jerusalem remains an occupied territory. For the first time, the march was planned to start in East Jerusalem and went through Damascus gate. This is purely provocative but reflects the policy of the current Israeli government who keeps repeating: Jerusalem is ours, will remain indivisible and is our eternal capital. Not only they repeat it but they back their words with action: settlements are developing in an incredible pace, thousands of Palestinians see their Jerusalem ID revoked under several excuses, evictions and house demolitions are on the rise as well as harassment and arrests of Palestinians, including children. Last week, a law was voted to replace all the names of the quarters in Jerusalem by Hebrew names!
So yes many things to celebrate for the right wing Israelis....
In Sheikh Jarrah, a rather small but determined left wing activists and Palestinian residents face the settlers groups and protest courageously against the march. The Israeli settlers shouted at them, singing racists slogan and trying to make fun of the activists who tried to stood in their position despite the fact to be totally outnumbered. The Israeli police soon intervened and violently pushed the activists further away. Two were arrested, one was threw on the floor and was subsequently bleeding. The settlers were delighted. Palestinian residents also continue to protest. One Palestinian resident wore a tshirt where “we will never give up” was written and was holding a Palestinian flag. An old Palestinian lady kept shouting in English to the settlers: “You thieves! You occupiers! This is my land here! All the lands is Arab, and also the trees!”. Another was was banging with a metal stick to a pole to disturb the songs of the settlers. No, surely these people are not giving up.

The settlers then left to join the big march, going from Sheikh Jarrah to the wailing wall, passing through Damascus road. The crowd was really impressive. A sea of Israeli flags. Many of them were really young, they were dancing and singing as if they were in a collective rave. Palestinians residents had to stay behind police barriers. While passing by, the right wing Israeli often insulted them and provoked, also banging on the shut doors of the Palestinian shops.
I came across two French tourists who were in shock. The woman told me: “I cannot stand this! All these people, so young, so full of hate, they were insulting even Palestinian children!”. “Yes, I said, “this is the real face of Israel and its fascist trends, all protected and supported by the state.” . Earlier, two old Israeli activists also told me, visibly also in shock: “ We never saw something like that. This is scary”.
I came back also in a state of a shock. But the taxi driver, a Palestinian from Al Tur in East Jerusalem, comforted me: “Don't worry, they can sing whatever they want, we are still here!”.


Un cauchemar en bleu et blanc

Un groupe d'activistes palestiniens, israeliens et internationaux ont protesté contre la marche organisée pour la "Journée de Jérusalem", dans le quartier palestinien de Sheikh Jarrah, le 01/06/2011. Des milliers de colons et d'Israéliens d'extreme droite ont défilé dans le quartier de Sheikh Jarrah de Jérusalem-Est dans le cadre de la journée de Jérusalem qui commémore la prise de Jérusalem-Est au cours de la guerre de 1967. Les Israéliens d'extreme droite ont été filmés en chantant "Mort aux gauchistes» et «Mohammad est mort". La marche s'est déroulée sous haute sécurité avec une impressionnante presence de 3.000 policiers dans toute la ville.

En début d'après midi, je me suis rendue à Sheikh Jarrah, ce quartier palestinienne à Jérusalem-Est où de nombreuses familles Palestiniens ont été expulsées au cours des trois dernières années, juste pour être remplacées par des colons israéliens. Des groupes de colons étaient déjà là, ainsi que des activistes et des habitants palestiniens, tous se préparant pour la grande marche, soit à être des participants (les colons et les Israéliens d'extreme droite ) ou pour protester contre elle. Les colons avaient installé des haut-parleurs sur le toit de l'une des maisons qu'ils ont réussi à conquérir: la musique à plein volume, était insupportable (pour la plupart des chansons religieuses ou nationalistes israéliens.

Les "célébrations" du Jour de Jerusalem ont été sponsorisé par l'Etat israélien qui veut ainsi célébrer la prise de Jérusalem-Est dans la guerre de 1967 et ce que les Israéliens ont appelé «la réunification» de Jérusalem. Sauf que l'annexion de Jérusalem-Est par Israël n'a jamais été reconnue par la communauté internationale (toutes les ambassades sont donc à Tel-Aviv) et par le droit international selon lequel Jérusalem-Est reste un territoire occupé. Pour la première fois, le depart de la marche était prévue à Jérusalem-Est pour ensuite continuer le long de la route 1 jusqu'a la porte de Damas, un lieu particulièrement symbolique pour les Palestiniens. Ce n'est pas seulement de la provocation mais les choix liés à l’évènement reflètent bien la politique de l'actuel gouvernement israélien qui ne cesse de répéter: Jérusalem est à nous, restera indivisible et est notre capitale éternelle. Non seulement ils le répètent, mais ils joignent l'action à leurs mots: les colonies se développent selon un rythme effrené, des milliers de Palestiniens ont vu leur identité de Jérusalem révoquées, les expulsions et les démolitions de maisons sont à la hausse ainsi que le harcèlement et les arrestations de Palestiniens, y compris les enfants. La semaine dernière, une loi a été votée pour remplacer tous les noms des quartiers de Jérusalem par des noms hébreux!

Alors oui,les Israéliens de droite et les colons ont de quoi se réjouir et faire la fête!
A Sheikh Jarrah, un groupe d'activistes certes modeste par leur nombre mais déterminé ont fait face avec beaucoup de courage au groupe de colons afin de protester courageusement contre la marche. Les colons israéliens face à eux criaient et chantaient des slogans racistes et ont essayé de tourner en ridicule les activistes sont restés neanmoins fermes dans leur position bien qu'ils étaient totalement en infériorité numérique.

La police israélienne est intervenue rapidement et a violemment repoussé les activites derrière une ligne de soldats. Deux activistes ont été arrêtés, l'un a été jeté sur le sol et s 'est relevé avec du sang sur le visage. Les colons étaient ravis. Les résidents palestiniens ont eux aussi continuer à protester. Un résident palestinien portait un T-shirt où était écrit «nous n'abandonnerons jamais" et tenait un drapeau palestinien. Une vieille dame palestinienne criait en anglais sur les colons: «Vous êtes des voleurs! Des occupants! C'est ma terre ici! Toutes les terres ici sont arabes, et aussi les arbres! ". Une autre femme tapait avec un bâton métallique sur un poteau afin de troubler les chant des colons. Non, sûrement, ces gens ne sont pas abandonner.

Les colons sont partie peu à peu pour rejoindre la grande marche, qui allait de Sheikh Jarrah au Mur des lamentations, en passant par la porte de Damas. La foule était vraiment impressionnante. Une mer de drapeaux israéliens. Beaucoup des participants étaient très jeunes, ils dansaient et chantaient comme s'ils étaient dans une rave collective, au son des chants nationalistes israéliens. Les Palestiniens ont dû rester derrière les barrières de police. En passant, les extrémistes israéliens ont souvent insulté et provoqué les Palestiniens.

Je suis tombée sur deux touristes français qui étaient en état de choc.Ce n'etait certainement pas l’idée qu'ils se faisaient de Jérusalem. La femme m'a dit: «Je ne peux pas supporter ça! Tous ces gens, si jeunes, si pleins de haine, ils insultaient même les enfants palestiniens! ". "Oui", je lui ai répondu, "c'est le vrai visage d'Israël et de ses tendances fascistes mais tout cela est protégé, soutenu et encouragé par l'Etat". Plus tôt, deux activistes israéliennes assez âgées m'ont aussi dit, visiblement aussi sous le choc: "Nous n'avons jamais vu quelque chose comme ça. C'est effrayant."

Je suis revenue chez moi aussi dans un état de choc. Mais le chauffeur de taxi, un Palestinien d'Al Tur à Jérusalem-Est, me consola: «Ne vous inquiétez pas, ils peuvent chanter ce qu'ils veulent, nous sommes toujours là!".