Monday, September 29, 2008

Al Kader night Jerusalem 26.09.2008

(c) Anne Paq/; Jerusalem; 26.09.2008
and al quds was theirs; if only for one night. but some Palestinians remained stuck at Bethlehem checkpoint as most permission ended at 7pm. Al Qader night is an important night of Ramadan. Many muslims stay up all the night to pray.The atmosphere in the old city was wonderful. I wish i could see other nights like this in Jerusalem.

et Jerusalem etait serait-ce que pour une nuit.
mais beaucoup de Palestiniens n'ont pas pu se rendre à Jerusalem comme beaucoup de permissions se terminaient à 19h. La nuit de Al Qader est une nuit tres speciale durant le mois du Ramadan. De nombreux mulsumans restent eveillés toute la nuit à prier. l'atmosphere dans la vieille ville etait merveilleuse. J'aimerais voir plus souvent des nuits comme cela à Jerusalem.

Al Kader night Jerusalem 26.09.2008

(c) Anne Paq/; Jerusalem; 26.09.2008

Sunday, September 28, 2008

Qalandia checkpoint on the last Friday of Ramadan/ Checkpoint de Qalandia lors du dernier vendredi du Ramadan

(c) Anne Paq/activestills. Qalandia checkpoint, 27.09.2008.

Qalandia checkpoint on the last Friday of Ramadan/ Checkpoint de Qalandia lors du dernier vendredi du Ramadan

(c) Anne Paq/Activestills, Qalandia checkpoint, 27.09.2008

Thousands of Palestinian muslims try to reach Jerusalem on the last Friday of Ramadan through Qalandia checkpoint. Some of them started to queue at the checkpoint from 5 am. Access was restricted to men over 50 and women over 45 years old. Several young Palestinians were detained.

Des milliers de Palestiniens ont essayé d'atteindre Jérusalem, pour le dernier vendredi du Ramadan. Certains d'entre eux ont commencé à faire la queue au poste de contrôle de Qalandia des 5 heures du matin. L'accès était limité aux hommes plus de 50 ans et les femmes de plus de 45 ans. Plusieurs Palestiniens ont été détenus

Bethlehem checkpoint on the last Friday of Ramadan/ Checkpoint de Bethleem lors du dernier vendredi du Ramadan

(c) Anne Paq/Activestills. Bethlehem checkpoint, 27/09/2008.

Thousands of Palestinian muslims try to reach Jerusalem on the last Friday of Ramadan through Bethlehem checkpoint. Some of them started to queue at the checkpoint from 5 am. Access was restricted to men over 50 and women over 45 years old.

Des milliers de Palestiniens ont essayé d'atteindre Jérusalem, pour le dernier vendredi du Ramadan. Certains d'entre eux ont commencé à faire la queue au poste de contrôle de Bethléem des 5 heures du matin. L'accès était limité aux hommes plus de 50 ans et les femmes de plus de 45 ans.

Thursday, September 25, 2008

refugees worried about the right of return

Open Letter to President Mahmoud Abbas

To: President Mahmoud Abbas
Chair of the Palestine Liberation Organization Executive Committee
President of the Palestinian National Authority

League of Arab States
Non-Aligned Movement
Organization of the Islamic Conference

Re: The Rights of Palestinian Refugees and the Final Status Negotiations

Dear Mr. President,

Greetings of Return

We, the undersigned Palestinian refugee organizations, civil society movements and institutions in the Palestinian homeland and in exile are national organizations working to defend the right of return. We appeal to you now because we are convinced that the alignment of the official Palestinian position and the position of the Palestinian people with regards to the final status negotiation issues is of the highest priority. Foremost among these issues is the cause of the Palestinian refugees.

We are convinced that the alignment of popular and official positions is the main guarantee of a strong Palestinian position in the current negotiation process, which is taking place in a local, regional and global context that jeopardizes the national rights of the Palestinian people. In this context, we are concerned in particular about the rights of Palestinian refugees and internally displaced persons to return to their original lands and properties, restitution of their homes, lands and properties and compensation for damages incurred over the past 60 years. Based on the fact that all of these rights are guaranteed under international law, and based on our awareness of the enormous pressures faced by Palestinian negotiators and the tactics of negotiations, such as secrecy with regards to the negotiation proceedings, we call upon you to adopt a negotiation strategy that is based on openness with the entirety of the Palestinian people - irrespective of their current place of residence - regarding all aspects and details of the negotiation process. Implementation of the Palestinian refugees' right of return was and continues to be the main purpose for which the Palestine Liberation Organization (PLO) was established, a purpose which forms the central pillar of the PLO's legitimacy as the sole legitimate representative of the Palestinian people. Transparency and candidness of our representatives with all sectors of our society will guarantee that our rights are best defended, and strengthen our position in the face of enormous pressures.

It has been clear at all stages of the negotiations that this process aims to eliminate the core issue of the Arab/Palestinian struggle for freedom and justice: the Palestinian refugees and their rights of return and restitution. In fact, elimination of these central Palestinian/Arab demands form the center-piece of both Israeli and US policies. It is also no secret that during the so-called “Oslo Peace Process” these policies have employed insidious tactics in order to nullify these rights altogether. Such tactics include attempts to substitute the return and restitution of the refugees with monetary compensation; to reduce the number of those entitled to exercise these rights from over 7 million Palestinian refugees and internally displaced persons to a tiny minority, including so-called “hardship cases” that would be arbitrarily defined by Israel; to suggest that the refugees return to homes located in the areas administered by the Palestinian Authority; and other humiliating “trade offs” whereby Palestinians are expected to surrender the right of refugees to return to homes, lands and properties of origin in exchange for other rights and demands, such as self-determination, borders, the reclamation of Jerusalem and removal of the illegal settlement-colonies. The Palestinian leadership has rejected such degrading bargaining tactics in previous negotiations, notably those known as the second Camp David summit and the Clinton initiative. The late President Yasser Arafat rejected these tactics, and he was made to pay for that with his liberty and his life.

Whereas the rights of return, restitution and compensation are enshrined in international law and specifically affirmed in UN General Assembly Resolution 194 and UN Security Council Resolution 237;
Whereas we see that increasing US pressure aims to force Palestinian negotiators to agree to an obscure framework for a solution that is to be achieved by any means and at the soonest date, and that such a framework is largely for internal US consumption in the context of a US Presidential election;
Whereas it has become clear that the US administration is working on other fronts to market its obscure framework for a solution in the September 2008 session of the UN General Assembly;
Whereas we realize, as a result of our movement's long and difficult experience with Israeli politics, that Israeli political actors seek to solve the internal Israeli political crisis by venting destruction on the Palestinian front through various policies and practices, all of which work to entrench Israeli occupation, colonialism, and apartheid, and aim to attain international recognition of Israel as a 'Jewish State;'
Whereas Western and Israeli election platforms must not be employed to put pressure on the Palestinian negotiators, who should in no way be a party to the political maneuvers of US and Israeli political candidates, particularly in order to protect the legality, legitimacy, and sanctity of Palestinian national rights regardless of who emerges victorious in foreign elections;
Whereas we perceive the retreat of the once principled European position, and the transformation of this position into one that conforms to the US policy of total complicity and support for Israel;
Whereas we clearly see the weakness and inability of the Arab countries to take action or play any effective role;
Whereas we witness the sharp, painful and unprecedented deterioration in the internal Palestinian political arena;
Whereas it has become plain and obvious that powerful external pressures aim to annul Palestinian refugee rights, particularly the right to return to their original lands and properties and the restitution of these lands and properties;
Whereas Israel and the US, according to Israeli officials, are intensifying their efforts to reach a framework for a solution that is acceptable to both Israel and the US and will be viable regardless of the ruling party;

Whereas the primary measure of the legitimacy of any solution remains the extent to which it will lead to the exercise of the right of self-determination by the Palestinian people, including foremost the right of Palestinian refugees to choose to return to their original homes and lands regardless of their current place of refuge,

We approach you with this statement based on our strong desire to chart a way forward that is built on the highest levels of clarity and candidness with the Palestinian people; a way forward that aims to strengthen the Palestinian position in this sensitive stage of the Palestinian struggle; a way forward that ensures that any framework for a solution will include the following principles in clear and immutable language :

1. The rights of Palestinian refugees and internally displaced persons to return, restitution and compensation are fundamental rights under international law and relevant UN resolutions – particularly UN General Assembly Resolution 194 and UN Security Council Resolution 237. The content of these rights is non-negotiable irrespective of the manner in which they will be exercised;
2. The right of return is an individual right held by every Palestinian refugee and internally displaced person. This right is passed on from one generation to the next, based on the individual's choice on whether or not to return, an inalienable and indivisible right, and not affected by any bilateral, multilateral, or international treaty or agreement. Any such agreement must respect the fundamental precepts and principles of international law;
3. The right of Palestinian refugees and internally displaced persons to return is a collective right that is not limited to one group or another, and it is an integral part of the Palestinian right of self-determination;
4. The right of Palestinian refugees and internally displaced persons to return is not subject to referendum.

May you remain steadfast in our struggle for freedom and dignity
Drafted: August 2008


1. 194 Association (Syria)
2. Abassiya Association (Palestine)
3. Abnaa Al-Balad Center for the Defense of the Right of Return (Syria)
4. Aidun Group (Lebanon)
5. Aidun Group (Syria)
6. Al-Awda Palestine Network (Holland)
7. Al-Awda Palestine Right to Return Coalition (North America)
8. Arab Cultural Forum (Gaza, Palestine)
9. Arab Liberation Front
10. Arab Palestinian Front
11. Association for the Defense of the Rights of the Internally Displaced (Palestine)
12. Badil Resource Center for Palestinian Residency and Refugee Rights (Palestine)
13. Beit Nabala Association (Palestine)
14. Bisan Association (Syria)
15. Coalition of Right of Return Defense Committees (Jordan)
16. Coalition of Right of Return Defense Committees (Jordan)
17. Committee for the Rights of Palestinian Women (Syria)
18. Confederation of Right of Return Committees (Europe: Denmark, Sweden, Norway, Switzerland, Greece, Germany, France, Holland, Poland, Finland)
19. Coordinating Committee of Palestinian Organizations Working in Lebanon (Lebanon)
20. Council of National and Islamic Forces in Palestine (Palestine)
21. Democratic Front for the Liberation of Palestine
22. Democratic Palestine Committee
23. Depopulated Towns and Villages Associations (Gaza, Palestine)
24. Farah Heritage Society (Syria)
25. Grassroots Palestinian Anti-Apartheid Wall Campaign (Palestine)
26. Higher Follow-up Committee on Prisoners (Palestine)
27. Higher National Committee for the Defense of the Right of Return (Palestine)
28. Inevitable Return Assembly (Syria)
29. Islamic Jihad Movement
30. Islamic Resistance Movement [Hamas]
31. Istiqlal Youth Union (Lebanon)
32. Istiqlal Youth Union (Syria)
33. Ittijah: Union of Palestinian Non-Governmental Organizations (Palestine)
34. Jafra Youth Center (Syria)
35. Jimzo Association (Palestine)
36. Lajee Center, Aida Camp (Palestine)
37. National Assembly of of Palestinian Civil Society Organizations (Palestine)
38. National Committee to Commemorate the Martyr Ahmad Al-Shuqairy (Jordan)
39. National Nakba Commemoration Committee (Palestine)
40. Palestine Democratic Union [Fida]
41. Palestine House Educational and Cultural Center (Canada)
42. Palestine Liberation Movement [Fatah]
43. Palestine Remembered (USA)
44. Palestine Right of Return Coalition (Global)
45. Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (Palestine)
46. Palestinian Civil Society Coordinating Committee in Palestine and Abroad (Global)
47. Palestinian Liberation Front
48. Palestinian National Democratic Movement (Palestine)
49. Palestinian National Initiative
50. Palestinian People's Party
51. Palestinian Popular Struggle Front
52. Palestinian Refugee Rights Defense Committee (Balata Camp, Palestine)
53. Palestinian University Professors Union (Gaza, Palestine)
54. Palestinian Women's Grassroots Organization (Syria)
55. Palestinian Youth Democratic Union (Syria)
56. Palestinian Youth Organization (Syria)
57. Palestinian Youth Struggle Union (Syria Branch)
58. People's Assembly of the Towns and Villages Depopulated in 1948 (Palestine)
59. Platform of Associations in Solidarity with Palestine (Switzerland)
60. Popular Committees to Defend the Right of Return (Gaza, Palestine)
61. Popular Front for the Liberation of Palestine
62. Popular Front for the Liberation of Palestine – General Command
63. Refugee and Right of Return Committee (Syria)
64. Refugee Camp Popular Committees (West Bank & Gaza, Palestine)
65. Refugee Executive Office (Palestine)
66. Right of Return committee (Switzerland)
67. Ruwwad Cultural Center (Aida Camp, Palestine)
68. Salameh Association (Palestine)
69. Secular Democratic State Group (Gaza, Palestine)
70. Union of Right of Return Committees (Syria)
71. Union of Women's Activity Centers, West Bank Refugee Camps (Palestine)
72. Union of Youth Activity Centers, Refugee Camps (Palestine)
73. Vanguard for the Popular Liberation War [Sa'iqa]
74. Women's Activity Centers (Gaza, Palestine)
75. Yaffa Charitable Fund (Jordan)
76. Yaffa Cultural Center (Balata Camp, Palestine)
77. Youth Assembly (Gaza, Palestine)
78. Youth Struggle Union (Lebanon)

Lettre ouverte au Président de l'Autorité Palestinienne
de Abdelfattah Abusrour.

Vous connaissez tous Abdelfattah, fondateur-directeur du centre culturel Al-Rowwad du camp de Aida. C'est un homme d'une grande gentillesse, calme et ouvert. Il vient d'écrire une lettre ouverte à M. Abbas, Président de l'autorité palestinienne. Cette lettre est très grave, en ce sens que pour la première fois Abdelfattah met en doute la capacité et la volonté d'Abbas de mener le peuple palestinien vers la reconnaissance de ses droits.
A mon avis cette lettre accusatrice fait courir un grand danger à son auteur.
Je vous demande donc avec gravité d'écrire chacun une lettre à Abdelfattah afin de l'assurer de notre solidarité et de témoigner de son humanisme. J'espère que nous contribuerons ainsi à le protéger.
Je vous remercie.
JC Ponsin

PS : le droit au retour des réfugiés palestiniens est clairement défini par la résolution 194 des Nations Unies. Demander son application est donc le devoir le plus élémentaire de qui est solidaire du peuple palestinien. C'est, nous dira-t-on, une revendication politique. Bien évidemment. Mais c'est aussi une revendication culturelle : la terre est le support de la mémoire et de la culture : on le sent bien à la lecture de la lettre d'Abdelfattah. Notre association des amis d'Al-Rowwad est donc pleinement dans son rôle de défenseur de la résistance par la culture en appuyant la démarche d'Abdelfattah.

Cher M. le Président de l'Autorité Palestinienne,

Je m'appelle Abdelfattah Abdelkarim Hasan Ibrahim Mohamad Ahmad Mostafa Ibrahim Srour Abusrour. Je suis né dans le camp de réfugiés d'AÏda, construit sur un terrain loué pour 99 ans par l'UNRWA à des propriétaires palestiniens de la ville de Bethléem. Mes deux frères aînés, mon père ainsi que son père et tous ceux qui sont nés avant eux, sont nés dans le village de Beit Nateef, un des villages détruits le 21 octobre 1948 par les bandits sionistes. Ma mère est née dans le village de Zakareyya, aussi détruit en 1948. Ce sont deux villages parmi les 534 détruits par les bandits sionistes.

J'ai grandi dans le camp de réfugiés d'Aïda. Lorsque j'avais 4 ans, je me souviens que la plupart des habitants du camp se cachaient dans une grotte, derrière notre maison. Je me souviens des vieux parlant de la guerre. Je me rappelle que le ciel était constellé d'avions et que nous, les enfants, étions couverts avec des couvertures noires par les soins de nos mères.

Je me souviens du premier couvre-feu après l'occupation israélienne du camp d'Aïda. Je me souviens du premier soldat israélien, un vieux Juif irakien d'environ 60 ans, qui était positionné juste devant la porte d'entrée de notre maison. Je me souviens du jour où mon deuxième frère a été invité pour un entretien par l'administration de l'occupant militaire en 1972. Il n'est jamais revenu à la maison. Je me souviens de son exil, après six mois de prison, sans accusation ni jugement..

Je me rappelle les premiers points collectifs de distribution d'eau dans le camp. Il y avait quatre points avec quatre robinets chacun pour toute la population du camp. Je me souviens aussi des premiers WC collectifs. Il y avait aussi quatre points, chacun d'entre eux composé d'un WC pour les hommes et d'un pour les femmes. Je me souviens des terrains autour du camp, où nous avions l'habitude de jouer et de présenter dans la nature nos petits spectacles de théâtre. Je me souviens des grands trous dans la terre ; lorsqu'ils se remplissaient d'eau ils devenaient nos piscines.

Je me souviens de la première colonie israélienne, à côté du camp, la colonie Gilo... les grues y travaillent toujours depuis les années 70. Je me souviens des religieux juifs venant à la mosquée Bilal Ibn Rabah, transformée en synagogue après l'occupation de 1967 et rebaptisée Tombeau de Rachel, où ils venaient prier. Il ne nous était plus permis de laver nos morts et de faire une dernière prière sur leur tombe avant de les enterrer dans le cimetière juste à côté.

Je me souviens des premiers points de contrôle militaire israéliens, entre Bethléem et Alquds-Jérusalem. Je me souviens des premiers permis exigés par les Israéliens et de toutes les routes alternatives et des chemins pour contourner les points militaires, pour ceux qui n'avaient pas de permis.

Je me souviens de l'évolution du mur de séparation, depuis le début où il n'était qu'un amas de terre avec d'énormes trous dans les routes et dans les rues, puis des barbelés et ensuite des blocs de béton de 2 puis 4 mètres, de 8 à 12 mètres de hauteur. Je me souviens de toutes les fois où j'ai été arrêté par les soldats israéliens sur le chemin vers ma famille (mon épouse est de Jérusalem-est). Je me souviens de 6 ans sans permis, où j'ai emprunté tous les chemins connus ou inconnus de Bethléem à Alquods, par l'est ou par l'ouest, par les routes principales, par les vallées et les collines.

Je me souviens de cet espace qui se rétrécissait dans le camp, avec une population qui augmentait pour atteindre 5.000 habitants, originaires des 41 villages détruits par les bandits sionistes, dont 66% de moins de 18 ans, dont la rue est le seul espace de jeu, derrière des murs qui encerclent le camp, au nord, à l'est et à l'ouest.

Je me souviens de cet accord de Jéricho et de son check-point , dont vous avez accepté le maintien, qui ne devait être que symbolique mais où l'on attend aujourd'hui des heures car telle est la volonté de n'importe quel petit soldat de l'armée d'occupation. Et nous négocions maintenant un passage vers la vieille ville de Jérusalem sous le contrôle de cette même armée d'occupation israélienne !

Je me souviens que nous étions nourris d'amour pour ce pays occupé, parce qu'il est le nôtre. Je me souviens des clés rouillées de nos maisons de notre village de Beit Nateef, des clés pour des portes qui n'existent plus, des clés qui ont leurs portes dans nos coeurs et dans notre imagination.... Des clés pour des portes qui ont réellement existé, pour des maisons réelles, qui ont existé, où des vraies personnes ont vécu et ont élevé leurs enfants. Ces clés rouillées sont encore avec moi. Je me souviens que nous étions élevés dans cette croyance éternelle que le droit est le droit et que rien ne justifie de l'ignorer. Je me souviens que notre droit au retour dans nos maisons et dans nos villages d'origine est un droit éternel, que rien ne peut le changer, ni ce qu'on appelle les « réalités sur le terrain », ni les accords politiques, parce que ce n'est pas seulement un droit collectif mais un droit individuel... C'est mon droit, M. le Président, c'est le droit de mes enfants et de mes petits-enfants, et de tous ceux qui suivront, peu importe où ils naîtront.

Cher M. le Président,

Je me rappelle le décès de ma mère, le 9 septembre 2003. Elle avait 75 ans. Je me rappelle la mort de mon père le 26 décembre 2006. Il avait 96 ans. Ma mère et mon père espéraient être enterrés dans leur village de Beit Nateef, là où ils se sont mariés, là où ils ont élevé quelques-uns de leurs enfants, là où ils ont irrigué leur terre de sueur, de sang et de larmes, là où ils ont empli la terre de joie, de bonheur, de rires et de chuchotements.

Mes parents sont enterrés dans le cimetière du camp d'Aïda. Le tombeau de ma mère est juste au pied de la tour des snipers militaires, entourée de barbelés. Je n'ai pas accès au tombeau de ma mère. Je ne peux même pas lui rendre visite, un jour de fête où quand je veux lui réciter une sourate du Coran.

Cher M. le Président

J'ai été plein de l'espoir qu'après 60 ans d'occupation, qu'après 60 ans de résistance armée et non-armée, nous puissions faire autre chose que des promesses futiles. J'ai été plein de l'espoir que jamais nous n'abandonnerions nos droits, qui sont reconnus par le monde entier, même si le monde entier reste complice de l'injustice. J'ai été rempli de l'espoir que rien ne peut justifier de renoncer à nos droits, malgré toutes « les réalités sur le terrain », comme ils disent. Si non, quel héritage laisserions-nous à nos enfants et aux générations à venir ? Faut-il leur dire : « allez et laissez-vous emporter par le vent... Ne résistez jamais à l'oppression et ne vous dressez pas contre l'injustice : l'important est de rester vivant, même si cette vie n'est qu'humiliation et non-reconnaissance de votre qualité d'être humain » ?

Où nous emmenez-nous, M. le Président ? Vers quel désert nous guidez-vous ? Vers quelle catastrophe ? Qui vous a donné la permission de parler en mon nom et au nom de mes enfants ? Qui vous a permis de solder nos droits ? Quel est le prix de ces soldes du droit des gens et de leurs sacrifices pendant 60 ans ?

Là où les résolutions des Nations Unies parlent de droit au retour et droit à la compensation pour toutes les souffrances dans l'exil et dans les camps de réfugiés, pour toutes les exploitations de nos terres et de nos propriétés, pour toutes ces années d'humiliation et de torture qui s'accumulent, vous osez dire que ce ne sont pas tous les gens qui veulent retourner dans leur village d'origine. Même si c'était le cas, cela ne leur ôte aucunement leurs droits sur leurs maisons et leurs terres d'origine, qu'ils veuillent retourner ou pas. S'ils veulent vendre aux autres, c'est leur choix, mais ce n'est le droit de personne de décider qui veut et qui ne veut pas retourner. Ce n'est pas votre droit ni le droit de quiconque de dire : « ceux qui ne veulent pas retourner, il faudrait leur donner une compensation ». Chaque réfugié et fils de réfugiés, chaque petit-fils ou petite-fille de réfugiés a droit à une compensation pour ces 60 ans de Nakba, ceux qui ont quitté et ceux qui ont été obligés de quitter... ceux qui étaient propriétaires des terres, qui avaient leurs champs d'orangers et d'arbres fruitiers. Oui, les oranges de Jaffa existaient avant Israël, et continueront d'exister après, si Israël ne finit pas par les détruire comme les oliviers millénaires qu'il a coupés.

Vous n'avez pas été élu, M. le Président, pour renoncer à nos droits... ou pour abandonner nos espoirs et nos rêves ni les droits de notre peuple qui vit encore dans les camps de réfugiés, sur des terrains loués, réfugiés parfois dans leur propre pays, qui attendent le retour dans leurs maisons d'origine, depuis déjà 60 ans.

Jour après jour, semaine après semaine, mois après mois et année après année, nous vivons dans le mensonge et les promesses brisées d'un changement... Le changement arrive... mais pour le pire. Rien ne s'améliore avec toutes ces négociations, M. le Président ! Faut-il nous déshabiller et montrer notre nudité pour qu'Israël, ses leaders et ses forces d'occupation soient satisfaits parce que nous n'avons plus rien à cacher ?

Hier, les Israéliens ont distribué des papiers à Jérusalem-est. Utilisant le Coran sacré et leur Torah, ils disent qu'ils ne font qu'accomplir la promesse de Dieu en peuplant Israël et chassant tous ceux qui ne sont pas Juifs. Faut-il donc que nous les comprenions et les aidions en quittant notre pays pour être accueillis dans d'autres pays arabes ? Ensuite, nous pourrions vivre en paix et nos enfants pourraient vivre heureux avec leurs enfants et tout serait merveilleux. Est-ce la prochaine étape, M. le Président ? Est-ce parce que les colonies s'étendent tellement que nous ne pouvons plus imposer notre présence en Israël et que nous devons être gentils et faire ce qu'Israël veut que nous fassions, pour que nous ayons la sympathie du monde entier ? On parle de compromis terribles et de solutions difficiles : est-ce à nous d'être les plus gentils et d'offrir le plus de compromis, de pardonner, d'oublier, d'abandonner nos droits et de quitter le pays ou de mourir ?

M. le Président,

Je ne suis pas prêt à quitter mon pays. Je ne le quitterai jamais de plein gré, même si c'était le seul moyen pour gagner ma vie. Je ne renoncerai jamais à mon droit au retour dans mon village d'origine, même si on me donne une forteresse au Royaume Uni, un château en France, un chalet sur la Mer rouge et une propriété aux Bahamas. Mon droit est le mien et ni vous ni quiconque n'a le droit de l'effacer, de l'échanger ou de jouer avec.

Nous avions l'habitude d'entendre parler des lignes rouges qu'aucun négociateur ne franchirait. Que reste-t-il des ces lignes rouges, M. le Président ? Nous avons entendu parler de la ligne verte... qui est devenue la ligne grise du mur de séparation. Les lignes rouges sont devenues roses et sont tellement diluées dans le blanc qu'elles sont devenues invisibles. Est-ce tout ce qui nous reste de notre résistance héroïque, de tout le sang de nos martyrs et des années d'emprisonnement ?

J'espère sincèrement que vous abandonnerez votre tour d'ignorance des besoins de votre peuple et que vous descendrez sur le terrain et regarderez les yeux de ceux qui ont encore l'amour pour ce pays malgré les désastres dans lesquels nous sommes plongés, au milieu de ces négociations futiles et improductives, pendant que le sang palestinien est versé tous les jours par ceux avec qui vous négociez. N'avons-nous pas honte d'accepter que ce cirque continue ?

J'aurais beaucoup aimé, M. le Président, que cette énergie que vous déployez pour négocier avec les Israéliens soit investie pour unir les Palestiniens encore en dispute, à cause de l'entêtement de nos leaders politiques. Ce n'est pas vous, les leaders, qui souffrez, mais notre peuple. Sommes-nous tellement nuls pour ne pas mériter que vous donniez votre temps et votre énergie pour arrêter cette mascarade et unir notre peuple au lieu de chercher toujours ce qui divise ces âmes torturées ? Ne suffit-il pas que nous soyons considérés tout simplement comme un cas humanitaire, qui ne vaut pas plus qu'un sac de farine, une bouteille d'huile ou un médicament périmé ? Ne suffit-il pas que toute une population soit transformée en mendiants, soit plongée dans la pauvreté et dépende de la charité, au lieu de l'aider à produire en gardant intacte sa dignité ? Ne suffit-il pas que nous soyons contraints de subir l'humiliation de l'occupation, aujourd'hui et demain?

Je crois profondément en la paix et la non-violence. Je crois profondément en l'espoir, le droit et la justice. Je crois profondément aux valeurs qui font de l'humanité ce qu'elle est. Je n'ai jamais appris à haïr. Je n'ai jamais haï personne. Mes parents étaient une source d'amour et de paix. Ils n'ont jamais appris à moi ni à mes frères autre chose que le respect des autres et un amour infini pour donner et aider les autres. Ils nous ont appris que lorsqu'on pratique la violence on perd un peu de son humanité. Mais en même temps ils nous ont appris à défendre le droit et la justice et à nous élever contre tout ce qui est injuste, faux et mal.

Alors, M. le Président, j'ose vous dire que vous n'avez aucun droit, même comme Président d'une Autorité qui n'a aucune autorité sur quoi que ce soit – à l'exception probablement de nous – mais qui ne peut nous protéger ou même se protéger elle-même contre le moindre petit soldat (ou soldate) israélien. Vous n'avez aucun droit de renoncer à nos droits, les droits des deux tiers de votre peuple à retourner avec dignité dans leurs villages, leurs terres et propriétés détruits, à recevoir les compensations pour toutes leurs souffrances, leur exil, l'exploitation par les sionistes de leurs champs et de leurs terres, le vol de leurs propriétés et de leurs comptes dans les banques anglaises ou autres.

M. le Président,

Je ne sais pas si vous allez lire ces mots. Je ne sais pas si je serai encore en vie lorsque vous les lirez peut-être... Mais quoiqu'il arrive, j'espère que ces mots qui viennent de mon coeur atteindront votre coeur, M. le Président, et que trouverez l'espoir et la force que notre peuple garde encore en lui. Nous ne renonçons pas à nos droits. La paix ne peut être construite que dans la justice. La paix réelle ne peut être bâtie qu'avec une justice réelle... tout autre chose n'est que plaisanterie aux yeux de l'histoire.

Je m'appelle Abdelfattah Abdelkarim Hasan Ibrahim Mohamad Ahmad Mostafa Ibrahim Srour Abusrour. Je suis encore réfugié dans mon propre pays, avec deux clés rouillées à la maison.

Friday, September 19, 2008

Palestinians trying to reach Jerusalem for Ramadan on third Friday of Ramadan/ Les Palestiniens essayent d'aller à Jerusalem pour le ramadan

(c) Anne Paq/, Bethlehem checkpoint; 19.09.2008.

Thousands of Palestinian muslims try to reach Jerusalem on third Friday of Ramadan through Bethlehem checkpoint. Some of them started to queue at the checkpoint from 5 am. Access was restricted to men over 50 and women over 45 years old.

Des milliers de Palestiniens ont essayé d'atteindre Jérusalem, pour le deuxième vendredi du Ramadan. Certains d'entre eux ont commencé à faire la queue au poste de contrôle de Bethleem des 5 heures du matin. L'accès était limité aux hommes plus de 50 ans et les femmes de plus de 45 ans.

Palestinians trying to reach Jerusalem for Ramadan on second Friday of Ramadan/ Les Palestiniens essayent d'aller à Jerusalem pour le ramadan

Photo by Anne Paq/, Bethlehem checkpoint, 19.09.2009

Saturday, September 13, 2008

Palestinians trying to reach Jerusalem for Ramadan on second Friday of Ramadan/ Les Palestiniens essayent d'aller à Jerusalem pour le ramadan

Photo by Anne Paq/, Bethlehem checkpoint, 12.09.2009

Palestinians trying to reach Jerusalem for Ramadan on second Friday of Ramadan/ Les Palestiniens essayent d'aller à Jerusalem pour le ramadan

(c) Anne Paq/, Bethlehem checkpoint; 12.09.2008.

Thousands of Palestinian muslims try to reach Jerusalem on second Friday of Ramadan through Bethlehem checkpoint. Some of them started to queue at the checkpoint from 5 am. Access was restricted to men over 50 and women over 45 years old.

Des milliers de Palestiniens ont ess d'atteindre Jérusalem, pour le deuxième vendredi du Ramadan. Certains d'entre eux ont commencé à faire la queue au poste de contrôle de Bethleem des 5 heures du matin. L'accès était limité aux hommes plus de 50 ans et les femmes de plus de 45 ans.

Baby died at checkpoint; soldiers making jokes


Baby "Zeid" dies after premature birth at Huwwara checkpoint; 1 Israeli soldier jailed

Date: 13 / 09 / 2008 Time: 09:39

Nablus � Ma�an � An Israeli company commander was jailed for 14 days and stripped of command for his role in causing a pregnant Palestinian woman�s baby to be delivered stillborn at the Huwwara checkpoint on Friday.

The Israeli army said the soldier violated protocol by not allowing the woman 21-year-old Nahil Abu Raja, to pass.

The husband and would-be father Mu�yed Abu Reeda, 29, a resident of the village of Qasra south of Nablus, told Ma�an that �my wife, my mother, my sister and me arrived the checkpoint which is 25 kilometers away from the village at 12 :00 midnight after my wife started to feel the labor contractions and then she bled due to labor .�

Nahil was only seven months pregnant, so the family was alarmed and went quickly towards the nearest hospital in Nablus, on the far side of the Huwwara checkpoint.

Mu�yed, who works in one of the Israeli illegal settlements in the Jordan Valley, explained that he and his wife waited for about an hour and a half at the checkpoint. The soldiers, he said, insisted on getting Nahil a special permit before allowing her to cross.

�My wife gave birth to a boy we had decided to name Zeid.� However, since Zeid was two months premature, he needed special care, and died moments after his birth, still at the checkpoint.
Mu�yed described his feelings during the experience as mixed with pain, oppression, hope and wonder. The child was declared officially dead when paramedics arrived at the checkpoint one hour after his birth.

When the ambulance arrived medical workers assisted Nahil with the rest of her delivery, ensuring the afterbirth was removed and her own health stable. After paramedics operated on the woman, she, the dead child, and her husband, were permitted through the checkpoint for care in the Nablus hospital.
�On the next day,� said Mu�yed �we carried our child in a cardboard box from the hospital to bury him in the graveyard of the village. On our way home through the checkpoint , the soldiers started to laugh telling each other � Do you want to see a dead child, come over here. He is there inside the box.�

The Israeli army recognized the actions of the soldier who prevented the woman from passing into Nablus as illegal. He is being held in Israeli custody.

Israeli media source said that the Israeli army opened an investigation in the case and decided to dismiss the officer responsible of the checkpoint. Other Israeli sources said that the Israeli military court decide to detain the Israeli officer for 28 days and to transfer him to another military post.

Monday, September 01, 2008

Another shooting at close range in Ni'lin


Al-Barghouthi: Barak should resign after second close-range shooting in Ni'lin

Date: 01 / 09 / 2008 Time: 13:27

Ramallah � Ma'an � Ayed Sadeq Abu Srour was shot in the head and chest at close range as Israeli soldiers detained the 40-year-old's brother on Monday morning in the village of Ni'lin.

Ayed lost one of his eyes and is in hospital, he is the father of four children.

Secretary General of Palestinian National Initiative Mustafa Al-Barghouthi said Israeli forces blew-up the entranceway of Srour's home, and threw gas and sound bombs into the resulting hole before raiding the house and detaining Aqel Abu Srour.

Aqel was pushed to the ground and handcuffed, while Ayed �his brother- was shot at close range.

"Israeli practices," Said Al-Barghouthi, "aim at breaking the popular struggle in Ni�lin," and seek to make an example of the efforts of the village residents. He condemned the "brutal" and "ugly" methods chosen to put down peaceful resistance, and affirmed that this will not stop the anti-wall campaigns in Ni'lin, Bil'in, Al-Ma'sara or "any other place across Palestine."

In his statement sent to Ma'an, Al-Barghouthi recalled that "this Israeli crime is not first of its kind,� and reminded all of the shooting of Ashraf Abu Rahmah two months ago at close range with his hands cuffed and eyes masked.

Al-Barghouthi called for the �prosecution of Israeli soldiers and Israeli Defense Minister Ehud Barak who is personally responsible for such crimes in front of war crimes tribunals."