Wednesday, February 28, 2007

1ere projection a aida/ first projection in Aida

(c) Anne Paq/, Aida refugee camp; projection in Al Rowwad, February 2007.

1ere projection de courts metrage, dans le cadre du nouveau programme sur lequel je travaille Images for life, de creation d'une ecole populaire de formation en photographie et en audiovisuel.
La salle etait comble! c 'etait bien sur tres chaotique, mais ce n'est qu'un debut- nous allons faire des projections regulieres.
pour plus d'info voir:

First projection of short films in Al Rowwad. this is part of the new programme Images for life that we are establishing, a community-based photo and video center based on training and production. The room was packed and of course it was totally hectic, but nervermind this is only a start and we are going to have regular screenings there.
for more information see:


UN Rapporteur compares Israel to Apartheid South Africa
Report, The Electronic Intifada, 27 February 2007

John Dugard
The UN's Special Rapporteur for Human Rights in the Occupied Palestinian Territories, John Dugard, has issued a harshly critical report on Israel's human rights record in regards to its treatment of the Palestinians in occupied Palestine. "The international community, speaking through the United Nations, has identified three regimes as inimical to human rights - foreign occupation, apartheid and colonialism," Dugard says. In a report posted on the UN Human Rights Council's website, due to be tabled this week, the South African law professor accuses Israeli regime of all three. Below follows an excerpt of the report.


The international community, speaking through the United Nations, has identified three regimes as inimical to human rights - colonialism, apartheid and foreign occupation. Numerous resolutions of the General Assembly of the United Nations testify to this. Israel's occupation of the West Bank, Gaza and East Jerusalem contains elements of all three of these regimes, which is what makes the Occupied Palestinian Territory of special concern to the international community.

That the OPT is occupied by Israel and governed by the rules belonging to the special legal regime of occupation cannot be disputed. The International Court of Justice confirmed this in respect of the West Bank and East Jerusalem in its 2004 Advisory Opinion on the Legal Consequences of the Construction of a Wall in the Occupied Palestinian Territory (see, ICJ Reports, p. 136, paragraph 78), and held that the Fourth Geneva Convention relative to the Protection of Civilian Persons in Time of War, of 1949, was applicable to this Territory (ibid., para. 101). The Security Council, General Assembly and States Parties to the Fourth Geneva Convention have declared that this Convention is applicable to the entire OPT (ibid., paras. 96-99). Moreover, it is not possible to seriously argue, as Israel has attempted to do, that Israel has ceased to occupy Gaza since August 2005, when it withdrew its settlers and the Israel Defense Forces from Gaza. Even before the commencement of "Operation Summer Rains", following the capture of Corporal Gilad Shalit on 25 June 2006, Israel was able to exercise effective control over the Territory by reason of its control of Gaza's external borders, air space and sea space. Since that date it has exercised its military authority within Gaza by military incursions and shelling, in circumstances which clearly establish occupation.

Today there are over 460,000 Israeli settlers in the West Bank and East Jerusalem. Moreover, Israel has appropriated agricultural land and water resources in the West Bank for its own use. This aspect of Israel's exploitation of the West Bank appears to be a form of colonialism of the kind declared to be a denial of fundamental human rights and contrary to the Charter of the United Nations as recalled in the General Assembly's Declaration on the Granting of Independence to Colonial Countries and Peoples of 1960 (Resolution 1514 XV).

Israel's practices and policies in the OPT are frequently likened to those of apartheid South Africa (see, for example, Jimmy Carter, Palestine: Peace, Not Apartheid (2006)). On the face of it, occupation and apartheid are two very different regimes. Occupation is not intended to be a long-term oppressive regime but an interim measure that maintains law and order in a territory following an armed conflict and pending a peace settlement.

Apartheid is a system of institutionalized racial discrimination that the white minority in South Africa employed to maintain power over the black majority. It was characterized by the denial of political rights to blacks, the fragmentation of the country into white areas and black areas (called Bantustans) and by the imposition on blacks of restrictive measures designed to achieve white superiority, racial separation and white security. Freedom of movement was restricted by the "pass system" which sought to restrict the entry of blacks into the cities. Apartheid was enforced by a brutal security apparatus in which torture played a significant role. Although the two regimes are different, Israel's laws and practices in the OPT certainly resemble aspects of apartheid, as shown in paragraphs 49-50 above, and probably fall within the scope of the 1973 International Convention on the Suppression and Punishment of the Crime of Apartheid.

Colonialism and apartheid are contrary to international law. Occupation is a lawful regime, tolerated by the international community but not approved. Indeed over the past three decades it has, in the words of the Israeli scholar Eyal Benvenisti, "acquired a pejorative connotation". What are the legal consequences of a regime of occupation that has continued for nearly 40 years? Clearly none of the obligations imposed on the occupying Power are reduced as a result of such a prolonged occupation. But what are the legal consequences when such a regime has acquired some of the characteristics of colonialism and apartheid? Does it continue to be a lawful regime? Or does it cease to be a lawful regime, particularly in respect of "measures aimed at the occupants' own interests"? And if this is the position, what are the legal consequences for the occupied people, the occupying Power and third States? Should questions of this kind not be addressed to the International Court of Justice for a further advisory opinion? It is true that the 2004 Advisory Opinion on the Legal Consequences of the Construction of a Wall in the Occupied Palestinian Territory has not had the desired effect of compelling the United Nations to take firmer action against the construction of the Wall. On the other hand, it must be remembered that the United Nations requested four advisory opinions from the International Court of Justice to guide it in its approach to South Africa's occupation of South-West Africa/Namibia. In these circumstances a request for another advisory opinion warrants serious consideration.


The Occupied Palestinian Territory is of special importance to the future of human rights in the world. Human rights in Palestine have been on the agenda of the United Nations for 60 years; and more particularly for the past 40 years since the occupation of East Jerusalem, the West Bank and the Gaza Strip in 1967. For years the occupation of Palestine and apartheid in South Africa vied for attention from the international community. In 1994, apartheid came to an end and Palestine became the only developing country in the world under the subjugation of a Western-affiliated regime. Herein lies its significance to the future of human rights. There are other regimes, particularly in the developing world, that suppress human rights, but there is no other case of a Western-affiliated regime that denies self-determination and human rights to a developing people and that has done so for so long. This explains why the OPT has become a test for the West, a test by which its commitment to human rights is to be judged. If the West fails this test, it can hardly expect the developing world to address human rights violations seriously in its own countries, and the West appears to be failing this test.

The EU pays conscience money to the Palestinian people through the Temporary International Mechanism but nevertheless joins the United States and other Western countries, such as Australia and Canada, in failing to put pressure on Israel to accept Palestinian self-determination and to discontinue its violations of human rights.

The Quartet, comprising the United States, the European Union, the United Nations and the Russian Federation, is a party to this failure. If the West, which has hitherto led the promotion of human rights throughout the world, cannot demonstrate a real commitment to the human rights of the Palestinian people, the international human rights movement, which can claim to be the greatest achievement of the international community of the past 60 years, will be endangered and placed in jeopardy.

Closing off jerusalem- more facts on the ground

Last update - 17:15 28/02/2007
Gov't promoting plan for new ultra-Orthodox East Jerusalem neighborhood
By Meron Rapoport, Haaretz Correspondent

Government bodies have been promoting a preliminary plan over the past few weeks to build a neighborhood of 11,000 units for the ultra-Orthodox near the East Jerusalem airport.

The plan also calls for the construction of a tunnel under a Palestinian neighborhood to connect the new quarter to one of the settlements in the Beit El area east of Ramallah.

MK Otniel Schneller (Kadima) said Tuesday that the Housing Ministry is the body that developed a plan to erect a massive new ultra-Orthodox neighborhood in East Jerusalem. The ministry denied any knowledge of the project.


Schneller also said Tuesday that the Jerusalem municipality was "happy with the idea."

In response to Schneller's claims that the housing ministry hatched the plan, they said, "the ministry has no knowledge of this plan. At most, only the Jerusalem district of the ministry knew about it."

The plan has not yet been submitted to the various planning committees since, according to Schneller, "it is only in the idea and feasibility stage."

The new neighborhood is to be built close to the separation fence near the Qalandiyah road block, which separates the Palestinian neighborhoods of north Jerusalem from Ramallah. If approved, it would be the largest building project over the Green Line in Jerusalem since the 1967 Six-Day War.

The neighborhood, which will apparently be built on state or Jewish National Fund land would sit in the heart of one of the most crowded urban Palestinian areas in the West Bank.

The architectural firm planning the project, Reches Eshkol, refused to divulge which government body had commissioned the plans. Despite the Housing Ministry's response, Haaretz has learned that the plan was presented a number of times to various official bodies, and that the director of the Housing Ministry's Jerusalem district, Moshe Merhavya, was present at least at one such instance.

Schneller said of the project: "I saw the plans in the programs division of the Housing Ministry and I very much enjoyed seeing them."

Schneller explained that even though the Safdie Plan to construct housing in the western part of Jerusalem has been shelved, the need to build in Jerusalem still exists. "The ultra-Orthodox public needs its solutions," he said. "There is the possibility that it will conquer the inner city, and that this city will then become an ultra-Orthodox-Arab city, which I would not want to happen."

Schneller, who is the former head of the Yesha settlement council and now serves as Prime Minister Ehud Olmert's liaison to the settlers, said he has not yet spoken to the prime minister about the plan. "But from what I know of the government's position, there is an Israeli interest in establishing a neighborhood in Atarot.

The plan proposes connecting the new neighborhood to the ultra-Orthodox settlement of Kokhav Yaakov east of Ramallah, which is at present outside the planned route of the separation fence. To this end, a tunnel a few hundred meters long would be dug beneath the Palestinian village of Aqab and under the separation fence.

The idea to build an "eastern fence" to separate the settlements of the Jordan Valley and the mountains from large Palestinian communities like Ramallah had been raised in the past. The construction of the tunnel might be the first step in this direction. "If it is someday decided that Kokhav Yaakov will be part of the 'Jerusalem envelope' it would be logical to create such a link, but it has not yet been decided," Schneller said.

The municipality said that "when the plan is officially presented to the municipality, it will be discussed and a decision will be made about it."

Some of the neighborhoods built around Jerusalem after the Six-Day War were planned by the Housing Ministry and were established over the objections of then-mayor Teddy Kollek. Meron Benvenisti, who served as deputy mayor at that time, said that the area has complex problems: prior to the Six-Day war some of its land belonged to municipalities like al-Bireh, which are today in the Palestinian territories. "It is complete insanity to place tens of thousands of ultra-Orthodox Jews in the heart of a densely populated Arab area," he said. "No one thinks about how they will live there. It's like living in the middle of Ramallah."

Attorney Danny Zindman of the Ir Amim association says such a plan will lead to the "balkanization" of Jerusalem.

Monday, February 26, 2007

La vie au camp de Aida- la gym des femmes palestiniennes

(c) Anne Paq/
gym at Al-Rowwad,Feb 2007.

Du site:
(et moi aussi je m'eclate avec elles!)

Programme de fitness pour les femmes d’Aïda

Lundi, 16H15. Une à une, des femmes de tous âges passent la porte du centre AlRowwad. On commence à dérouler les nattes pour couvrir le sol de la grande salle polyvalente qui sert aussi aux répétitions de théâtre et de dabka ou aux spectacles. On empile les matelas.

16 heures 30. Les messieurs sont gentiment mais fermement priés de quitter le centre. Quelques minutes plus tard, les foulards et longues jupes étant restés au vestiaire, Sahar entame son cours de fitness. Après environ 1/2 heure, on passe à la danse, orientale ou non. Toutes ’s’éclatent’ sans complexe. Ce scénario se reproduit 3 fois par semaine depuis que le centre a inauguré cette nouvelle activité réservée aux femmes.

Au début, en janvier, elles étaient une bonne dizaine. Aujourd’hui, après deux mois de fonctionnement, elles sont plus de 25. Un très gros succès donc pour cette activité de fitness pour laquelle on parle déjà de dédoubler les sessions. C’est l’occasion pour les femmes du camp de se retrouver non seulement pour se défouler mais aussi pour bavarder et plaisanter. Le tout se termine évidemment autour du traditionnel café arabe.

Et elles, qu’en pensent-elles ?

Cette nouvelle activité avait été demandée par l’unité des femmes d’AlRowwad et nous avons voulu connaître l’opinion des participantes à ce sujet. Un petit questionnaire a été distribué afin de permettre d’en déterminer les points forts et les points faibles. 14 participantes ont répondu à ce questionnaire.

Leur profil : La plupart des participantes sont mariées. Deux d’entre elles sont célibataires et deux sont veuves. La plupart aussi ont des enfants. Leur nombre varie de 3 à 6. L’âge varie de 20 à 50 ans.

Qu’aiment-elles dans ce programme de fitness ?

Toutes trouvent le programme excellent. Elles estiment qu’il répond non seulement à un besoin physique mais aussi psychologique. Lorsque l’on connaît les conditions de vie dans un camp, spécialement pour les femmes, on ne s’étonne pas de cette réponse. La séance de fitness, c’est évidemment une opportunité de soigner sa ligne. Mais c’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres personnes, de bavarder, de partager des idées, de mieux se connaître, en un mot de respirer un peu d’air frais. Elles espèrent toutes que le programme se poursuivra et se développera.

Sont-elles soutenues par leurs proches ?

Toutes signalent une réaction favorable de la famille. Le plus souvent, le mari soutient son épouse et l’encourage à venir au centre comme en témoigne la réaction de ce mari : ’vas-y et amuse-toi’.
Un autre rappelle à son épouse qu’il est temps de se préparer s’il constate qu’elle va rater son cours. D’habitude, le mari s’occupe des enfants pendant l’absence de son épouse. Evidemment, le fait que l’activité se passe dans le camp, non loin de la maison, explique aussi la réaction favorable des époux. Même soutien de la part des enfants. Sans doute sont-ils très heureux de voir rentrer à la maison une maman souriante, moins stressée parce qu’elle a pu se défouler.

Qu’en pensent les amis, les voisins quand ils les voient se rendre à la séance de fitness ?

En général, les réactions sont positives. Voisins et amis encouragent les participantes à continuer. Le succès du programme incite certaines amies ou voisines à s’inscrire. Certaines rapportent la jalousie d’une amie ou d’une voisine qui, malheureusement, ne peut participer souvent parce que le mari n’est pas d’accord. Mais nous espérons que ces réticences diminueront avec le temps.

Le centre demande une participation aux frais. Qu’en pensent-elles ?

Une participation aux frais de 20 shekels (soit 3,5 euros) par mois est demandée. Cela couvre environ 12 séances de 1heure 30. Le solde du coût est couvert par AlRowwad. Toutes considèrent que cette somme est tout à fait acceptable, spécialement si l’on considère la qualité du training. Une participante a cependant signalé que ce montant était encore trop élevé pour certaines femmes du camp qui, malgré leur envie de suivre les cours, ne peuvent payer ce montant.

Ont-elles des commentaires, des suggestions ?

La plupart des suggestions portent sur l’achat d’équipement : miroirs, balance, équipement spécifique de fitness, programmes de fitness à la TV. Plusieurs suggestions aussi quant à l’organisation des cours :
- prévoir une session pendant la journée pour les femmes qui ne peuvent se libérer le soir
- prévoir deux niveaux de cours : un pour les débutantes et un pour les ’confirmées’
- prévoir un programme pour les enfants en parallèle au programme des mamans.

Certaines participantes en ont également profité pour faire des suggestions plus larges en ce qui concerne les femmes et leurs préoccupations :
- lancer des projets qui rencontrent les besoins spécifiques des femmes dans la société actuelle, par exemple en informatique. Ce désir a déjà été rencontré puisqu’un cours d’informatique pour les femmes vient d’être lancé par AlRowwad (à suivre dans un de nos prochains flashs).
- créer une crèche pour les petits enfants afin d’aider les femmes qui travaillent ou de permettre à certaines femmes de travailler. Cela n’existe pas dans le camp.

Et qu’en pense AlRowwad ?

Les responsables du centre sont évidemment enchantés du succès rencontré par leur nouvelle initiative. Un seul bémol : le manque crucial de place. Pour pouvoir permettre aux femmes de s’adonner à leurs exercices de fitness, le centre doit fermer ses portes aux autres activités. Cela pose évidemment un problème surtout si ce programme est appelé à se développer. Il devient donc urgent d’ajouter au moins deux étages au nouveau centre, dont un serait réservé uniquement aux activités des femmes.
Mais les moyens financiers font cruellement défaut et il n’est guère facile de lever des fonds supplémentaires à un moment où des besoins humanitaires de plus en plus nombreux se font jour, notamment à Gaza et au Liban.
Nous espérons pouvoir compter encore sur la générosité des amis d’AlRowwad pour continuer à développer nos programmes.

Saturday, February 24, 2007

Pour >Bilin, 2 ans de resistance/ For Bilin, 2 years of resistance

From ActiveStills:

Roughly 1,500 protesters gathered in Bil'in yesterday, Friday, 23.02.07, to celebrate the second anniversary to demonstrations against the wall in the village. Neither the large number of attendants nor the bigger than usual participation of Israelis (over 200) deterred the army from using severe violence against the demonstrators. Even the large presence of journalists, who were attacked themselves, did not sway the army to moderation.
As people gathered in the village, before the march began, an exhibition of the creative props from two years of demonstrations was displayed, as well as pictures by photographer's collective activestills .
to read more:
to watch ActiveStills exhibition:
for photos from the Demo:
for video from the Demo:


Sunday, February 18, 2007

DAM- Palestinian hip hop concert in Bethlehem

(c) Anne Paq/
DAM concert, Bethlehem; Satruday 17 feb.2007

J'ai vu un Bethlehem qui bouge samedi soir (comme quoi il faut que j arrete de me plaindre de l'absence de vie nocturne à Bethlehem). Cela faisait vraiment plaisir de voir les jeunes palestiniens nombreux, qui s'eclataient.
Le groupe DAM est devenu la reference en matiere de scene hip hop palestinienne emergente. Ils viennent juste de sortir un album.
Pour un aperçu de cette scene (mais si c est vraiment bien) allez voir
et vous pouvez voir le clip de DAM: "MIn Erhabe?" ("qui est terroriste?") sur youtube:

I witnessed quite a grooving Bethlehem on Saturday (so no need to complain anymore about the absence of nightlife in Bethlehem). It was great to see the kids and youths being there, having a great time; dancing and singing.
DAM is the main reference when it comes to the emerging Palestinian hip hop scene. They just have a new album out.
For a glimpse on Palestinian hip hop music, see
See also the DAM clip
: "Meen Erhabe?" (Who is terroriste?" on youtube:

Friday, February 16, 2007

Jerusalem, zone militaire/ Jerusalem military zone

(c) Anne Paq/
Jerusalem, Friday 17 February 2007

See also pics below/ Voir aussi les photos ci-dessous

16 fevrier 2007-

Encore aujourd hui quelques clashes a Jerusalem ; transformée en forteresse militaire. C’etait previsible. Le deploiement de tant de forces de police et de soldats est vu comme une provocation.

Une nouvelle fois, tous les hommes en dessous de 55 ans ne pouvaient rentrer dans la vieille ville. ils ont donc prié dans les rues, devant ce mur de soldats et policiers qui n’attendaient que la première pierre pour charger. Comme la semaine derniere, je me suis retrouvée dans la rue de Nablus, là où tous les bus du nord de la Cisjordanie arrivent.

La rue etait completement bloquée. Les gens ont prié, et se sont retirés. Pendant un moment rien ne s’est passé. les jeunes etaient d’un coté et les soldats et policiers à envrion 100 metres .Prêts à passer à l’assaut. J’etais quant à moi au milieu, ayant repéré un porche sous lequel je savais etre à l’abri des objets volants en tous genre. Ma t^te tournait d’un groupe à l’autre. La tension etait palpable. Puis un premiere bouteille lancée, suivi par des pierres et d’autres bouteilles. …les soldats et policiers se sont vite organisés et un groupe est parti en courant. Avec l’aide des forces speciales (des Israeliens qui se deguisent en civils arabes dans les foules afin de « reperer » et d’arreter des jeunes), ils ont pris 4 jeunes devant mes yeux. Quand je dis jeunes, ils n’avaient guere plus de 15-16-17 ans, des adolescents. Ils les ont apprehendés de façon tres violente, un saignait du visage. Les bras ont eté tordus, et alors que les policiers et soldats etaient completement en surnombre, un garde frontiere maintenait un jeune a terre, en ecrasant un de ses genoux sur la tête du jeune. Ils les ont ensuite emmenés…vers où ? pour combien de temps ? Pas une seule pierre n’a atteint les soldats. Pas un n’a été sérieusement menacé.

Me reste en tête ce soir les visages de ces jeunes, leur visages ecrasés à terre, tordus par la douleur et la peur, emblématiques d’une génération palestinienne, mise à terre, mise à genoux, qu’on cherche à détruire, en lui reprochant encore de ne pas accepter son sort en silence.


Again today, as last week, there were some clashes in Jerusalem; transformed into a military fortress. It was quite obvious that there will be some trouble. The deployment of so many soldiers, police guards and border police is in itself a provocation. Once again all the men below 55 years old could not get inside the Old city. They had to pray outside, in the streets and in front of a wall of soldiers and police who were all waiting for the first stone to charge. As last Friday I went to Nablusi road. Last week the street was already the theatre of clashes. It is where all the buses from the North of the West Bank arrive. The street was blocked. The men prayed and then withdraw back. There was a strange moment where on one side, the shebabs were standing, and 100 meters in front of them were the soldiers and police. They were looking at each other. I was in the middle, having spotted a small front porch under which I knew I will be safe from the stones. The tension was high, and my head was going from the soldiers to the shebabs and so forth. After a few minutes a first bottle was thrown, followed by others and stones. The border guards quickly organised themselves and ran towards the youths. Then with the help of special Israeli forces (Israelis disguised as civilian Arabs who mix with the crowd to help abduct people), they apprehend four youth. They were maybe 15-16-17 years old. When I arrived one of them was bleeding on his face. They were caught very violently. Their arms were twisted. One border police put his knee on the head on one of the youth who was already on the floor. The youth opposed no resistance and they were clearly outnumbered. The youth were then taken away very quickly. To where.? For how long? Not one stone reached the soldier or police, nobody was hurt, nobody was seriously at threat.

Tonight I remember the faces of these teenagers, their face squashed on the ground, distorted by the pain and fear; so emblematic of this Palestinian generation, squashed, that one want to destroy while blaming them not to accept their fate in silence.

Capture musclée de jeunes à Jerusalem/Palestinian youth violently caught in Jerusalem (2)

Juste avant les clashes/ Just before the clashes

(c) Anne Paq/
Jerusalem, Friday 17 February 2007

Capture musclée de jeunes à Jerusalem/Palestinian youth violently caught in Jerusalem (3)

genoux sur la tete/ knee on the head.

4 jeunes Palestiniens à terre, violemment apprehendés/ Four Palestinian youth on the ground, violently caught.

All pics: (c) Anne Paq/
Jerusalem, Friday 17 February 2007.

Monday, February 12, 2007

Qalandia clashes (1)

(c) Anne Paq/
Qalandia, fev 2007
Voir texte ci dessous/ See text below

Qalandia clashes (2)

la chaussure volante/ the flying shoe

(c) Anne Paq/
Qalandia, fev.2007
Voir texte ci-dessous/ see text below

Devant nos yeux/ in front of our eyes

(c) Anne Paq/, Jerusalem, Fev.2007
Un soldat israelien devant le poster de Taha, 17 ans, tué par l'armée israelienne. Mort en se vidant de son sang dans un fossé.
An Israeli soldier in front of the poster for Taha, a 17-year old Palestinian, killed by the Israeli army. He bled to death in a ditch.

(c) Anne Paq/, Qalandia; fev 2007
Le prochain?/ The next one?

Un article de Gideon Levy dans Haaretz, ce 11 Fevrier ; m’a fait reagir. Malheureusement il est en anglais (Je le mets ci-dessous) et pour ceux qui ne maitrisent pas encore l’anglais, je vous mets un autre article de ce journaliste israelien courageux qui fait passer le meme message. A quelques semaines d’intervalles ; il repousse le meme cri. Des enfants et des adolescents palestiniens se font tuer en toute impunité par l’armée israelienne, en toute impunité. Il s’agit meme d’une politique.

Les chiffres parlent d’eux meme. Il ne peut y avoir 815 « accidents ». 815, c est le nombre (857 selon Defence for Children International, Palestine) de mineurs palestiniens tués depuis le debut de l’Intifada, depuis 7 ans. Aucun des soldats n’a été mis en examen. Dans laplupart des cas ; les familles des victimes ne savent meme pas le nom des assassins. Hier samedi, j’ai assisté à des confrontations dans le camp de refugiés de qalandia, situé près du terminal de qalandia (checkpoint). Les jeunes palestiniens passent leur colère et leur frustration comme ils peuvent, avec n’importe quel moyen, comme de toute manière personne ne veut les ecouter. Alors ils jettent des pierres, de tres loin, contre deux vehicules israeliens blindés qui se sont avancés vers le camp, et qui n’ont rien à faire la en premier lieu. Nous ne sommes pas à une frontères mais bien à l’interieur des territoires palestiniens. Bien sûr ; les soldats sont tres equipés. Bien couverts, pas de risque de se faire bien mal avec une pierre. Pas de menace dangereuse. Je n’ai pas pu m’empêcher de rire en voyant un jeune lancer une chaussure. Qu’iront-ils dire cette fois ? J’imagine les gros titres « Un soldat a dû tirer pour faire face une attaque terroriste d’un nouveau type, le lancer d’une chaussure hautement dangereuse ! ».

Le reste était beaucoup moins drôle. Des soldats qui tirent, d’abord des balles en caoutchouc, puis à balles reelles (on reconnaît la difference au bruit). J’ai dû trouver refuge dans un magasin, derrier les rideaux metalliques (j’ai pris quelques photos dans la fente). Heureusement il y avait du café.

Pendant tout ce temps où j’observais les clashes, je me suis demandée : « et si-là et maintenant- devant mes yeux et ma caméra, un de ces gosses s’ecroule, fauché par une balle ? » . Ce n’est pas une pensée hypothétique, cela peut arriver, cela arrive chaque semaine. Taha, un jeune Palestinien du camp de Qalandia, s’est fait tué il y a quelques semaines. D’apres les rapports ; il a reçu une balle dans la jambe et a saigné à mort, dans le fossé, les secours etant empechés d’arriver à temps. Pres du Mur. A quelques metres de la où les gosses, encore aujourd’hui, defient les soldats.

Alors oui les soldats israéliens visent et tuent des enfants et adolescents palestiniens. Sciemment. A petit feu, un peu chaque semaine, car en masse cela ferait desordre. Même s’ils jettent des pierres, quelle différence ? Ils ne representent pas une menace imminente, hormi le fait qu’ils sont Palestiniens. En fait la plupart des jeunes tués durant la deuxieme Intifada n’etaient pas impliqués dans des confrontations ; ils meurent dans la rue, un crayon à la main sur leur bureaux ; à la sortie de l’ecole (comme Abir il y a quelques semaines à Anata) ou encore dans leur lit. Est-ce que c est de la propagande ? NON. Les informations sont là, il suffit de lire les nouvelles, les rapports des organisations internationales, palestiniennes et israéliennes…les informations sont là mais elles sont balayés d’un revers de la main; ignorées ou completement niés.

Tout ceci est tres bien décrit par les articles de Gideon Lévy. J’aimerais que cet ecrivain israélien « de gauche » que j’avais rencontré à Tel Aviv, et avec qui j’avais argumenté exactement ce que je viens d’ecrire plus haut, lise cet article. Il ne voulait pas voir la vérité en face, si des enfants palestiniens avaient été victimes (et déjà il remettait en cause mes chiffres), c’etait par « accidents » et certainement pas une politique de l’armée. Même son de cloche chez un soldat israélien français que j’ai rencontré il y a quelques jours à Jerusalem (il est venu en Israel il yn a deux ans faire l’armée). J’aimerais aussi qu’il lise cet article ainsi que les rapports. Il m’a aussi affirmé que l’armée était incapable de tels actes Il m’a aussi dit qu’il n’avait jamais tiré sur un enfant et qu’il ne le ferait jamais. J’aimerais le croire, mais je ne le peux pas. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Gideon Lévy

« J’ai compris que ma fille avait besoin d’un miracle et il n’y a pas de miracles de nos jours. Je me suis dit que je ne voulais pas me venger. » Monologue de Bassam Aramin, militant au sein des « Combattants pour la paix », qui a perdu sa fille Abir, 11 ans, cette semaine, dans des incidents impliquant la police israélienne des frontières.

Est-ce la grenade détonante qui l’a atteinte à la tête, l’onde de choc ou une balle enrobée de caoutchouc tirée par des garde-frontière ? Cela change-t-il quelque chose que ce soit l’une ou l’autre ? Le garde-frontière avait-il l’intention de tuer une fillette de 11 ans ? Ou bien n’était-ce pas intentionnel ? Qu’est-ce que cela change ? La vraie question est de savoir pourquoi des garde-frontière viennent quasiment tous les jours à Anata, acte diabolique, juste au moment où les enfants de l’école se dispersent pour rentrer chez eux. Que diable ont-ils à chercher près de l’école d’Anata ? Les garde-frontière s’amènent, des enfants de l’école leur lancent des pierres, les garde-frontière ouvrent le feu et tuent encore une petite fille innocente, et personne n’a de compte à rendre. C’est la police du district de Judée-Samarie qui enquête, pas même le Département d’Investigation sur les Policiers.

Au cours de ces dernières semaines, nous avons parlé ici même de Wahib Al-Dik, un ouvrier du village de Al-Dik, et de l’enfant aux chevaux, Jamil Jabaji [1], du camp d’Askar, qui ont été tués pour le crime d’avoir lancé des pierres. Maintenant Abir Aramin, une fillette de 11 ans, s’est ajoutée à eux. La mort pour ceux qui lancent des pierres ou ceux qui se trouvent près d’eux.

Mais l’histoire d’Abir est un peu différente. Elle est une « fille de ». Bassam Aramin, un militant au sein des « Combattants pour la Paix », une organisation de combattants des deux camps qui ont décidé de quitter l’uniforme, de déposer les armes et de parler de paix. Au cours des derniers mois, Bassam Aramin a donné des conférences en des dizaines d’endroits dans tout le pays, chez des particuliers, dans des écoles et des universités, de Hatzor Haglilit jusqu’à Kfar Saba. Quelques jours avant de perdre Abir, il était apparu devant des étudiants de l’Université de Tel Aviv. C’est maintenant aussi un père en deuil.

Cette semaine, la tente de deuil, près de la Maison du Conseil d’Anata, s’est envolée avec le vent. A l’intérieur du bâtiment, on servait un grand plat de mouton, de riz et de yaourt que l’on versait à partir d’énormes marmites qui ont servi jadis à l’armée israélienne, casher pour les plats à base de produits laitiers. Des dizaines d’hommes, sombres et tristes, erraient de-ci de-là, abattus. Dans le bureau du chef du Conseil, où une photo en grand du passeport de Yasser Arafat est fixée au mur, nous avons écouté, une bonne heure durant, Bassam Aramin. Lisez son douloureux monologue, écoutez ses paroles ; on n’avait pas entendu des paroles comme celles-là depuis longtemps.

Âgé de 38 ans, père de six enfants (dont Abir), sept ans passés dans une prison israélienne, originaire du village de Seir, près d’Hébron, vivant depuis son mariage à Anata, dans l’arrière-cour de Jérusalem. Il travaille aux archives nationales palestiniennes à Ramallah. Il parle couramment l’hébreu. Grâce à la carte d’identité bleue de sa mère jérusalémite, Abir était résidente israélienne.

Photos : Miki Kratsman

Photos : Miki Kratsman

Bassam Aramin. Je ne perdrai pas la tête simplement parce que j’ai perdu mon coeur, ma fille.

« Nous nous sommes rencontrés pour la première fois le 16 janvier 2005, deux ans exactement avant le jour où Abir a été tuée. Nous avons rencontré sept anciens soldats israéliens qui avaient refusé de servir et avaient souhaité rencontrer des combattants palestiniens. Nous nous sommes réunis à l’hôtel Everest à Bethlehem. Quatre Palestiniens et sept Israéliens. La rencontre a été très dure. C’est la première fois que vous vous retrouvez assis avec le type qui vous humilie, qui vous tire dessus, qui vous arrête aux checkpoints, qui participe à toutes les opérations lancées contre vous en Cisjordanie. Au début, nous pensions que ce pouvait être des membres de la Sécurité Générale israélienne ou des soldats de Douvdevan (unité de l’armée israélienne pouvant opérer sous déguisement pour arrêter des personnes ‘recherchées’ - NdT) venus nous piéger. J’ai aussi vu de la peur dans les yeux des Israéliens qui pensaient que peut-être nous allions les kidnapper, ou les tuer.

« La première et dernière fois que j’ai été arrêté, c’était en 1985, à l’âge de 16 ans. Quand vous êtes enfant, vous avez déjà un certain bagage. Un enfant comme moi, qui a commencé sa lutte en hissant un drapeau palestinien pendant la nuit, n’avait pas besoin d’éducation ni d’aiguillon. Je sentais que je n’avais pas d’autre choix que de résister à ceux qui venaient me frapper, des étrangers qui ne parlent pas notre langue et dont nous ne comprenons pas ce qu’ils veulent. Quand je demandais à mon père, qui a maintenant 95 ans, ce que c’était, qui ils étaient, il me disait : ce sont des juifs. Et que veulent-ils ? Ils veulent nous occuper. Pourquoi ? Il ne pouvait me l’expliquer. Alors, tout ce que nous voulions, c’était que ces étrangers disparaissent du village, de notre plaine de jeu, que personne ne vienne nous déranger. A l’époque dont je parle, je n’aurais pas pu expliquer ce que c’était que la liberté, l’indépendance, la Palestine. Ça ne m’intéressait pas.

« Un jour, il y a eu une manifestation à Halhoul, à la mémoire d’une étudiante qui avait été tuée. J’avais 12 ans, et les soldats sont arrivés et ont commencé à tirer. Comment font-ils pour arriver aussi rapidement, en vous tombant du ciel : il y a une manifestation et tout de suite ils s’amènent, lançant des gaz lacrymogènes et ouvrant le feu. Quelle frousse j’ai eue ! Les gens se sont dispersés. Je boite de naissance ; je voulais fuir mais je n’y arrivais pas comme les autres enfants et les soldats m’ont attrapé. Quel souvenir ! Des soldats très grands, terrifiants, qui m’ont donné des coups et je suis tombé par terre. Puis j’ai fui et j’ai pensé que je devais me venger. Je ne leur avais rien fait et pourtant, à chaque fois, toujours, ils nous font ça. J’ai fui en me dirigeant vers les collines et là, j’ai entendu des cris venant de l’oued. Nous avons trouvé un fermier qui avait pris six balles dans les jambes, alors qu’il était occupé à travailler sur sa terre. Qu’est-ce que j’ai pleuré sur lui !

« Je voyais bien que les soldats s’énervaient dès qu’ils apercevaient un drapeau palestinien. Je ne comprenais pas ce que c’était pour un symbole et j’étais sans arme, je n’avais rien pour faire de la résistance, alors s’ils haïssaient le drapeau, je savais ce que je devais faire. C’est comme ça que j’ai commencé à accorder de la valeur à cette chose, tout en ne comprenant pas sa signification. Je suis rentré à la maison et j’ai choisi parmi mes vêtements, en fonction des couleurs : tout ce qui était noir, rouge, vert et blanc, je l’ai pris, sans me faire pincer par ma mère, et je suis allé chez des amis. Nous avons cousu un drapeau. La nuit, nous allions dans l’arbre le plus grand qui se trouvait à l’école et nous y attachions le drapeau. Le lendemain, les soldats se rappliquaient. Ça a été notre jeu d’enfants, notre lutte violente, durant des mois, jusqu’à ce que les soldats en aient eu assez et qu’ils aient coupé tous les arbres de l’école. Ensuite nous sommes passés aux poteaux électriques et aux poteaux du téléphone, et nous avons aussi commencé à écrire ‘La Palestine vivra’ sur les murs. C’était notre espoir : libérer la Palestine. Nous pensions que ce drapeau, s’il restait en haut, c’était notre victoire.

« Après ça, nous avons vu que ça ne marchait pas. Parler et écrire, ça n’aide pas, et lancer des pierres, c’est une perte de temps. Nous voulions une arme. Par chance, ou par malheur, nous avons trouvé, dans une grotte, de vieilles armes ayant appartenu à des soldats jordaniens qui avaient fui en 1967. Deux grenades à main, des fusils et un revolver. Je me suis dit : dorénavant, quelque chose qui s’appellerait Israël, ça n’existe pas. J’avais une arme. Il fallait seulement trouver des balles, une balle pour chaque Israélien.

« J’ai senti que j’étais un adulte, plus un enfant, mais mes amis m’ont dit que je ne pourrais pas les accompagner, parce que je boite et qu’il fallait que la mission réussisse. Ils ont lancé deux grenades sur des soldats dont aucun n’a été touché. Ils ont tiré sur une jeep et personne n’a été blessé. Ils sont tous allés en prison pour de longues années, sans avoir de sang sur les mains. Moi aussi, j’ai été arrêté et je me suis retrouvé pendant sept ans en prison. Combattant et héros, je suis passé du jeu d’enfants à la gravité. Et en prison, j’ai éprouvé le besoin de lire à propos de ce combat, de savoir ce que c’est que ce problème palestinien, qui sont les juifs, pourquoi il y a une occupation - comprendre une situation dont je fais partie. J’ai commencé à comprendre notre problème, notre histoire et celle des juifs, depuis leur esclavage en Egypte et comment ils ont subi un génocide et comment nous payons maintenant le prix de leur souffrance.

« Lorsque j’ai vu un film sur le génocide juif, en 86, dans la salle 6 de l’aile C de la prison d’Hébron, j’ai compris beaucoup de choses. Avant d’avoir vu ce film, je me demandais pourquoi Hitler ne les avait pas tous tué : s’il les avait tous tués, je ne me serais pas retrouvé en prison. Mais j’avais voulu me concentrer sur ce film et comprendre ce qu’était le génocide. Après le premier quart d’heure du film, je me suis retrouvé occupé à pleurer sur ces gens qui allaient, nus, à la mort, sans être coupables de rien, simplement parce qu’ils étaient juifs. La plupart des autres détenus dormaient. Je ne voulais pas que qui que ce soit me voie pleurer. Sur qui pleures-tu ? Sur ces gens qui t’ont mis en prison et qui nous occupent ?

« Dans le film, j’ai vu des gens la tête baissée. Sans résistance. Des gens enterrés vivants par des bulldozers, entrant pour être gazés, étouffer et mourir, et des corps qu’on mettait dans les fours. Ça me faisait très mal et ça me mettait en colère de voir quelqu’un sur le point de mourir - et sans résister. Même pas un cri, pour qu’on sache que vous êtes vivant.

« Le 1er octobre 87, quasiment une centaine de soldats, la plupart masqués, sont entrés dans notre aile, réservée aux jeunes. Nous avons tous dû nous déshabiller, ce qui est quelque chose de très humiliant pour nous, puis nous avons dû passer par le couloir et vous receviez des coups des deux côtés jusqu’à ce que vous arriviez dans la cour. Je me suis rappelé ma colère devant ces juifs qui n’avaient pas résisté pendant le génocide et sans m’en rendre compte, je me suis mis à crier. Après quelques minutes, je ne voyais plus les soldats. Je sentais que j’étais plus fort qu’eux. Nous étions là à peu près 120 enfants à prendre des coups. Quand j’ai demandé pourquoi à l’officier de service, il m’a dit : ceux-là ne font pas partie de la prison. Eux, c’étaient des soldats en exercice. Training. Ils s’entraînaient à tuer l’humanité chez un être humain, à ne lui mettre dans la tête que des idées de vengeance.

« Beaucoup de ces choses que j’avais vues dans le film sur le génocide juif, je les ai vues ensuite dans la vie. J’ai vu, pendant l’Intifada, comment ils enterraient des gens vivants à Salem, et comment ils tuaient une femme et la laissaient sur la route, exactement comme dans le film où j’avais vu un officier nazi tirer sur une femme depuis sa fenêtre et qu’ensuite, les gens passaient et la laissaient sur la route. Comment quelqu’un qui connaît le goût de la souffrance, de l’esclavage et du racisme, peut-il faire la même chose à un autre peuple ? Malgré cela, j’avais beaucoup d’amis parmi les gardiens, mais pour moi, les Israéliens c’étaient des soldats, des colons et des gardiens de prison.

« Quand j’ai été libéré en 92, il commençait déjà à y avoir une ambiance d’espoir. Je me suis marié et j’ai commencé à avoir des enfants. Je rêvais tout le temps que leur vie à eux ne serait pas mauvaise comme l’est celle que vit ma génération. Je voulais les protéger. Tout leur expliquer, qu’ils ne grandissent pas, comme moi, sans rien savoir. Qu’ils sachent ce que sont les Palestiniens et ce que sont les Israéliens. Qu’ils soient des combattants opiniâtres dans leurs études, qu’ils luttent contre l’occupation et pour le développement d’une bonne économie. Qu’ils jouent, dessinent, étudient comme tous les enfants. Tous les enfants veulent être médecins. En fait, Abir voulait devenir ingénieure. Voilà comment je voulais élever mes enfants.

« Je me suis retrouvé dans les ‘Combattants pour la Paix’ et dès après la première rencontre, nous savions que nous allions être longtemps ensemble et que nous avions une grande responsabilité dans ce combat pour la vie, la liberté, à expliquer la valeur de la vie humaine, parce que nous étions des instruments de la guerre venant des deux camps. A expliquer aux Israéliens, qui ne savent pas ce qu’est une occupation, que leurs fils se transforment en meurtriers cruels croyant défendre la sécurité alors qu’au contraire, ils la mettent en danger.

« Un jour, à la fin d’une conférence à Hatzor Haglilit, une étudiante s’est approchée de moi pour me dire que Hatzor Haglilit était un endroit très dur, où étaient tombées beaucoup de Katiouchas. Puis elle m’a dit : ‘Vous êtes le premier Palestinien que je rencontre’. Elle m’a embrassé et m’a dit : ‘Maintenant, j’ai fait la paix avec les Palestiniens. Je ne me fierai plus aux bulletins d’information, ni au gouvernement, ni à tous ces mensonges. J’ai tout simplement compris.’ Ça m’a vraiment beaucoup encouragé de voir quelqu’un appartenant à l’autre camp, et qui vous comprend et vous accueille et vous accepte ».

« Mardi de la semaine passée, je dormais encore quand Abir est partie à l’école. Elle avait un test de mathématique. A neuf heures et demie, je suis descendu vers Ramallah où je travaille. Abir m’avait dit, la veille, qu’elle voulait aller chez une amie pour étudier et je lui avais répondu : ‘oy va voy, je t’aiderai à étudier’.

« J’étais dans un taxi collectif et j’ai jeté un coup d’œil pour voir mes filles sortir de l’école. Sur la gauche, j’ai vu une jeep de garde-frontière. Je les ai regardés et j’ai pensé : pourquoi viennent-ils maintenant ? Pour maltraiter nos enfants ? Inshallah, qu’il n’arrive rien ! Que les filles aient seulement à respirer des gaz. Quand je suis arrivé au carrefour d’A-Ram, une institutrice de l’école m’a téléphoné pour me dire qu’Abir était tombée et demander que sa maman vienne la chercher à l’école. J’ai téléphoné à la maison pour le dire à la maman d’Abir et c’est Arin, ma fille aînée, âgée de 12 ans, qui m’a répondu, en pleurs. Je ne comprenais rien. Une voisine a pris le téléphone et m’a dit : ‘Les soldats ont tiré sur votre fille, à la tête, et elle est blessée’.

« J’ai contacté l’école et on m’a dit qu’elle avait été emmenée à l’hôpital Makassed (à Jérusalem-Est). Je me suis rendu immédiatement à Makassed. En cours de route, j’ai vu la jeep des garde-frontière près du Conseil local, mais j’ai pensé que je n’avais pas maintenant le temps pour des discours. Quand je suis arrivé à Makassed, on m’a dit que son était très grave. Ils m’ont dit qu’il fallait l’opérer. J’ai eu peur. Je leur ai dit qu’elle avait une carte d’identité israélienne et que je voulais l’emmener à l’hôpital Hadassah. Pour accélérer les choses, j’ai téléphoné au Centre Peres pour la Paix qui m’a vraiment bien aidé et a envoyé une ambulance du Magen David Adom qui a transféré Abir à l’hôpital Hadassah. Là, ils ont estimé qu’il ne fallait pas opérer. Dieu merci, me suis-je dit.

« A sept heures du soir, son état s’est détérioré. Il a tout à coup fallu l’opérer. ‘Il faut espérer un miracle’, m’ont dit les médecins. J’ai compris que ma fille avait besoin d’un miracle et il n’y a pas de miracles de nos jours. Je me suis dit que je ne voulais pas me venger. La vengeance, c’est que ce héros, que ma fille avait mis en danger et qui a tiré sur elle, comparaisse en justice. Après ça, elle a été déclarée officiellement décédée.

« D’après ce qu’on m’a raconté, j’ai compris que les enfants lançaient des pierres et que le garde-frontière a tiré une grenade vers la tête d’Abir, par derrière, d’une distance de quatre mètres. Au début, ils ont dit qu’elle avait été blessée par une pierre. Je connais ce jeu-là, mais je n’aurais pas cru qu’ils auraient atteint un tel degré de bassesse - pardon pour ce mot-là - comme quand ils ont dit, sur Canal 2, qu’Abir jouait avec quelque chose qui lui a sauté au visage. Les doigts indemnes et la tête explosée ? Misérables menteurs, ai-je dit : ils envoient un gamin de 18 ans avec un M-16, ils lui disent que nos enfants sont ses ennemis et il sait que personne ne passera devant un tribunal ; alors il tire de sang froid et devient un meurtrier.

« Je ne vais pas exploiter le sang de ma fille à des fins politiques. C’est le cri d’un homme. Je ne perdrai pas la tête, ni mon idée, seulement parce que j’ai perdu mon cœur, ma fille. Je continuerai à lutter pour protéger ses frères et sœurs, les filles de sa classe, ses amies, palestiniennes et israéliennes aussi bien - ce sont tous nos enfants. »

Haaretz, 25 janvier 2007

[1] « Peine de mort » Gideon Lévy (Haaretz, 14 décembre 2006)

(Traduction de l’hébreu : Michel Ghys)

Version anglaise : ’I’ve lost my heart’ ?itemNo=817894


There are no such things as 815 accidents. This is the dreadful number of the number of Palestinian kids and teenagers that have been killed by the Israeli army since the beginning of the Second Intifada, 7 years ago. None of the soldiers have been put on trial, or in jail. Most of the time; the parents of the victims do not even know the identities of the murderers.

Yesterday I was assisting to some clashes in Qalandia refugee camp, located next to a big checkpoint. Palestinian kids and tennagers, getting their anger out by whatever means as nobody seems to listen. So they throw stones, from far away to a couple of armoured military vehicles who have nothing to do there in the first place. We are not at a border, we are inside Palestinian territories. Of course the soldiers are fully equipped. Nobody is threatened there.

I saw one young Palestinian throw a shoe. I cannot help by laughing…what would they say? A soldier had to shoot to avoid a new kind of terrorist attack, a vicious and very dangerous flying shoe?!!!

The rest was not so funny. So the soldiers shot, rubber bullets first. Then it was definitely live bullets (you can tell by the different sound). I had to take refuge in a shop behind iron doors (all Palestinian shops have those metallic doors to protect themselves from bullets), hopefully there was some coffee there and a nice guy. I could take pics through the slits.

So I was thinking all this time: what if -in front of my eyes and my camera, one of these kids was shot and killed? It is not highly hypothetic; in fact it is happening all the time. Yes the Israeli soldiers target and kill children and teenagers, here and there. It is a deliberate policy. Even if they trow stones nothing can justify it. They do not pose a serious threat. Actually most of the minors who were killed were not involved in clashes. Some children were killed in their schools; in the streets or in their sleep. Is it propaganda? Just check the reports of human rights organisations; the news…the information is all there. Facts that continue again and again to be overlooked, denied, dismissed.

All of this is well described by the article of Gideon Levy Below. I wish that the Israeli writer with whom I argued one time in Tel Aviv and that was refusing to admit that the targeting of Palestinian children was a deliberate policy (“No, no, there are not so numerous; I cannot believe it is a policy, there are only occasional incidents”) could read it. I wish also that the Israeli French soldier ( he came to Israel two years ago to enter the army) with whom I talked also reads it. He was also saying that the army does not do such a thing. He then told me that he will never shot a Palestinian child and that he will never do it. I wish I could believe him. But I do not. The figures talk by themselves.

Tair's Palestinian peers

By Gideon Levy

A child a week, almost every week. In recent weeks, I again went out to document the circumstances of the killing of several children and teenagers, shot dead by Israel Defense Forces soldiers. A very ill wind is once again blowing in the army and no one is saying anything about it. An army that kills children does not concern the public. No committee of inquiry has been, and none will be, formed to deal with this matter. But the fact that the IDF kills children with such a light hand, and fully supports its soldiers who do so, should trouble us no less than the reserves of war supplies in the North. The ramifications of such behavior are not only moral - ultimately an army's operational capability will be affected when children are the targets in its soldiers' gunsights.

Jamil Jibji, the boy from the Askar camp who loved horses, was shot in the head after soldiers in an armored jeep taunted a group of children who threw rocks at them. He was 14 years old. Jamil was the fourth child to be shot in that area under similar circumstances. Abir, the daughter of Bassam Aramin, a member of the "Combatants for Peace" organization, was leaving her school in Anata when a Border Police patrol jeep turned around near the school - no one knows why - and tossed tear gas grenades, one of which apparently struck her head. She was 11 years old. Taha al-Jawi touched the fence nearby the abandoned airfield at Atarot and in response, soldiers fired at his legs with live ammunition, and apparently left him to bleed to death. He was the eighth child to die in similar circumstances. He was not yet 17 years old.

All of these children were killed in cold blood; they did not pose a threat to anyone's life. With the exception of Jamil's case, the IDF, as usual, did not even bother to open an investigation into these children's circumstances of death. When it doesn't even investigate, it is obvious that the army has no intention of putting an end to the killing of children. Its commanders are not even troubled by this.


The last case, Taha, is perhaps the most egregious of all: The IDF Spokesman's Office defends the decision to open fire with live ammunition against a group of children who perhaps damaged a barbed wire fence, as the IDF claims, or perhaps played soccer near the fence, as the children claim - all in broad daylight. Not a word of sorrow, not a word of condemnation, only absolute backing for live gunfire from a distance at unarmed children, without issuing a prior warning. Taha died from a bullet in his leg. And, according to his friends, he bled for a full hour in a muddy ditch he fell into. The IDF Spokesman's contention that he received immediate medical attention does not reconcile with the fact that Taha was wounded in his leg, an injury, which is only fatal as a result of a prolonged loss of blood. But even if assistance was extended immediately, as the IDF claims, are we willing to accept rules of engagement that permit live gunfire from a distance at unarmed teenagers? Are there no other means of dispersing "suspicious" teenagers, as the IDF Spokesman refers to them? What goes through the mind of a soldier who aims his weapon at such a group and fires live, fatal rounds at them, taking such young lives? And what chilling message is the IDF sending its soldiers when it backs such inhumane action?

These stories, and similar ones, did not raise a stir among us. Some of them were not even reported in the news. The killing of a Palestinian boy or girl does not disturb the Israeli public. The West Bank is quiet, there are almost no terror attacks, attention is turned to other affairs, and under the cover of this false and temporary quiet our soldiers, our best sons, are killing dozens of children and teenagers on a routine basis, out of the sight of the rest of us.

The horrible murder of Tair Rada in Katzrin justifiably shook the country. She was an innocent child, 13 years old, murdered at her school with satanic brutality. What is the difference between the murder of Tair and the killing of Abir, also at the entrance to her school? The difference between Tair and Abir consists of the fact that Abir was Palestinian and Tair was Israeli. Israeli? Taha also carried an Israeli identity card. But he was a Palestinian. Can someone seriously argue that the soldier who aimed at Jamil's head did not intend to kill him? The bereavement is the same bereavement; the horror is the same horror. Just as Tair was the joy of her parents' life, so was Abir - a small girl who wanted to be an engineer when she grew up. But while there are still doubts concerning the identity of Tair's murderer, it is very easy to identify the killers of Taha, Jamil and Abir. We do not even denounce them; they receive automatic immunity, without investigation. "The mark of Cain will not sprout on a soldier who fires at the head of a child, on the mound of dirt by the fence of a refugee camp," Aharon Shabtai wrote once in his poem "Culture."

Thus, our soldiers have killed 815 children and teenagers during the last seven years. The entire array of justifications for killing over 3,000 adults during the same period of time, which is also horrifying in its scope, collapses when it comes to children. Someone should listen to the emotional cry of the bereaved father from Anata, who said he is not going to lose his head because of the fact that he has lost his heart: "I don't want to take revenge. My revenge will be that this 'hero,' who was 'threatened' by my daughter and shot her, will stand trial. They send an 18-year-old boy with an M-16 and tell him that our children are his enemy, and he knows that no one will be brought to trial, and therefore he fires in cold blood and becomes a murderer." He says all this in his fluent Hebrew, which has improved during the course of his lectures throughout Israel about the need for peace.