Friday, November 13, 2015

and so it continues..clashes in Bethlehem / Confrontations à Bethléem, 13.11.2015

 injured by live bullet .22 into the leg

(c) Anne Paq/, Bethlehem, 13.11.2015

"We are all Moataz", I overheard today some Palestinian youths in Bethlehem during the clashes with the Israeli soldiers.

They were referring to Moataz  Ibrahim Zawahreh, 27, who was shot dead by Israeli forces in clashes the day before during protests in front of the Separation Wall,  one month ago, exactly at the same spot. 

The use last week of Israeli agents disguised as Palestinians did not deter them.

There were shootings- at least one was injured in the leg, and the use of insane amount of tear gas, which covered several times the al Azzeh refugee camp.

Also to be noted- the Israeli soldiers entered further than last week and passed the blocks indicating the entry into area "A" which is supposed to be controlled by Palestinian Authority..but as we all know for a very long time,  Oslo accords (which among other things divided Palestinian territories via zones "A", "B" and "C") have been for a long time dead and the Palestinians youths, everyday, say it loud and clear  with their stones towards the occupiers.

The clashes lasted into the night, one Palestinian told me its enough, and tells me to come back tomorrow. and so it continues.


"Nous sommes tous Moataz", voilà ce que disaient certains jeunes palestiniens aujourd'hui à Bethléem pendant les affrontements avec les soldats israéliens.

L'utilisation de la semaine dernière, des agents israéliens déguisés en Palestiniens ne les a pas non plus dissuadés. Ils sont revenus, et ont recommencé, à avancer, à jeter les pierres à des soldats israéliens hyper protégés. 

Il y a eu des tirs à balles réelles- au moins un jeune a été blessé à la jambe, et les soldats ont utilisé une  quantité invraisemblable de gaz lacrymogène, qui a couvert plusieurs fois le camp de réfugiés d'al Azzeh.

Aussi à remarquer- les soldats israéliens ont pénétré plus loin que la semaine dernière dans Béthléem et ont passé les blocs indiquant l'entrée dans la zone "A" qui est censée être contrôlée par l'Autotité palestinienne. Mais comme nous le savons tous depuis très longtemps,  les accords d'Oslo ( qui, entre autres choses ont divisé les territoires palestiniens en zones "A", "B" et "C") sont depuis longtemps morts. Les jeunes Palestiniens, tous les jours, le clament haut et fort avec leurs pierres envers les occupants.

Les affrontements ont duré tard dans la nuit. Un Palestinien m'a dit que c'était assez et qu'il fallait  revenir demain. Et ainsi de suite.

Friday, October 23, 2015

Tear gas madness, Bethlehem, 23.10.2015

(c) Anne Paq/, Bethlehem, 23.10.2015

Today, Bethlehem was again covered by tear gas. Everybody says its stronger than usual. It covered al-Azzeh camp and beyond. Very thick.

Aujourd'hui Bethléem était encore une nouvelle fois couverte par le gas lacrimogène. Tout le monde le décrit comme plus fort que d'habitude. Il a recouvert le camp de refugiés de Al-Azzeh et au-delà.

Tuesday, October 13, 2015

Back to Palestine and it's no pretty / De retour en Palestine sous haute tension

Jerusalem,  10.10.2015

A poster honouring the memory of Abed al-Rahman Shadi Obeidallah, killed on 5.10.2015 in Aida camp

Bethlehem, 11.10.2015

Jerusalem, 12.10.2015

Ramallah, near Bet-El settlement and military compound

(c) Anne Paq/ Jerusalem, Aida refugee camp, Bethlehem and Ramallah, 10-13 October 2015

(Français ci-dessous)

Last night it was difficult to sleep. Over and over in my head was playing the horrible images of the young Palestinian- a Palestinian child later identified as Ahmed Saleh Manasra, 13 years of age,  lying in a pool of blood, agonizing while being insulted by Israeli onlookers. The one who was filming cursed him: “Die, you son of a whore!”, “Die, you son of the biggest whore!”, and telling the police to “Do him a favor, and shoot him in the head!” 

Ahmed was in such in pain, and left alone despite his critical condition while an Israeli officer is seen kicking him two times. No ambulance came quickly to take him. Apparently he was chased by an Israeli police vehicle with his car and rammed. The view of this child, leaving there in his pool of blood under a cheering crowd is both excruciating and terrifying. 
Read the report of PCHR here

Whatever the boy did, the Israeli police claimed he and his 15year-old cousin Hassan, who was shot dead, stabbed an Israeli child riding a bicycle and injured another Israeli, it is unbelievable that such a treatment of a Palestinian child could happen without an international outrage. Hassan was shot dead on the spot.
The horrendous video went viral on internet but did not make it to the mainstream media - its graphic but they could have chosen to blur the child but still show how the Palestinian child was left bleeding and have the hate soundtrack that is spreading in Israel, and has reached unprecedented and terrifying level. There is a climate of lynch mob mentality and hate in Israel, and now everyone is encouraged to carry a gun. Extra-judiciary executions have become the norm. ‘Death to the arabs’ is being chanted through the nights by mobs in Jerusalem. But this is not apparently interesting enough for the media. Who dares today to talk about the radicalization of the Israeli society? 

I arrived just a few days ago amidst high tensions. As soon as I reached Jerusalem on Saturday, I came across the site of an alleged stabbing attack, one Palestinian- Ishaq Badran, 16, from Kafr Aqab, was shot and killed by the Israeli police after carrying out an alleged stabbing attack in the area. I still had my suitcase with me and left it to some Palestinians to take photos. The Israeli police members were nervous and shouting. I was thinking to put a nice photo of a falafel plate to say that I am back, instead; here is a photo of a dead Palestinian teenager.

I continued my way to Aida camp. The family I am staying with is still traumatized by the killing of 13-year-old Abed al-Rahman Shadi Obeidallah.

He was shot near the heart by Israeli forces during clashes in the refugee camp, still wearing his school uniform. The boy of the family I am staying with was his classmate. 'We cried a lot', told me his mother. 'The children do not have the mind to study', she adds. No wonder. The eldest one of the family, 16 year old, is sad and does not manage to sleep because of the situation. She used to smile a lot, now the smile is gone.  

There is pain, and anger all around. Decades of the military occupation and colonization have affected all the Palestinians, making their lives miserable. What to hope for when all the negociations have led to nothing but to be deprived of more rights and lands? What do you expect Palestinians to do? Sit and wait forever while watching their lands being confiscated and their loved ones being slaughtered and arrested, and humiliated? 

Reminder: the root cause is the occupation and colonization. 

These are the root cause of the violence. 

The mainstream media joined the chorus presenting the situation as a ‘cycle of violence’, a new wave of terror with the subtitles that the violence carried out by the Palestinians - the occupied and colonized- is equal to the one used by the decades-long occupying and colonial power-Israel. This is not equal, you need to put into the equation the brutal repression carried out by the Israeli state against the Palestinians since its inception. Also the media are quick to present the Israeli official version of the attacks, as the truth while in some of the cases it appeared that it was very doubtful that the Palestinians carried out a weapon- and even so in many cases, they could have been neutralized without killing them. Look at the video of the young woman shot multiple times when posing no treat  in Afula (apologize for previous version of the article that said that she was killed, she was injured). They said she was carrying out a knife, but then on one video that was released it seems that she was holding her glasses. Glasses are being seen near her, and then we see someone kicking them away. Even if you doubt this last video with the glasses and that she was indeed holding a knife she could have been easily arrested without shooting her.
You can see the clips here:

The tension is very palpable. I asked a taxi driver if he wanted a Intifada. He strongly answered- 'Yes. Yes we are fed up! Enough is enough!
I asked him also about the Palestinian Authority. He answered: 'Also enough! They only help the Israelis!'

I went to Jerusalem again, and also again I was soon finding myself in a taxi following the Israeli police cars. Something had happened. It was another attack. A Palestinian teenager later identified as 17 year-old Marah al-Bakri was shot and wounded. It was alleged also that she attacked an Israeli . A schoolmate interviewed by Shehab News Agency explained that she was surrounded by different police members and heard at least 10 shots. The Israeli forces that claim to be among the best could not arrest a 17 year old without shooting her multiple times?
The report by PCHR indicates a very different version than the police here.

Why so many shootings now? It’s because there was a licence to kill order by the Israeli government as Netanyahu pushed and obtained new open-fire regulations, that allow basically the Israeli police to shoot whenever there is a suspicious of an attack.  In other words- whenever they feel like it.

The figures are striking. Since October 1, 27 Palestinians were killed, 10 of them children, while 7 Israelis were killed in the same period. More than 1,300 Palestinians have been wounded, many with live ammunitions. 

Yesterday I was covering the clashes happening near Bet El military compound, near Ramallah. Around 200 Palestinians, mainly youths, were there, maybe 50 were active in throwing rocks, at Israeli soldiers who were aiming and shootings. There was no serious injury this time but it could happen, any minute to any of the person present. A few days ago, a researcher for human rights watch, was shot and injured at the same spot, despite being clearly marked ‘Press’. 

At one point, two Israeli military jeeps decided to go further and go around the shebabs (young Palestinians), for reasons that are unclear. Some Palestinians ran after it and threw a cocktail molotov at the jeep, setting the top of the it on fire, prompting the Israeli soldiers to quickly retreat. This was followed by cheering roar of the crowd. A sense of pride was palpable. 

The decades-long humiliation of Palestinians by their occupiers is very well understood and felt by these youths. This generation of youth, that is less dependent on the usual party lines and on the Palestinian authority, does not want to take it any longer, and why should they? What do they have  to lose, when their  future that the Israelis and the international community plan for them is not theirs? The path of the revolt, even difficult, will  be their own.

As I am writing this I can hear a lot of sirens and the sounds of the tear gas canisters being launched by the Israeli soldiers. Probably more Palestinian youth are being injured at the clashes in front of the Wall. 

UPDATE: As I was trying to upload the post, I was told that there was a Palestinian who has been killed at the protest in Bethlehem, I just come back from the hospital to witness a very familiar scene. Palestinians passing in front of a body for a last goodbye. He was 27 from Deheishe camp. His name was Mutaz Ibrahim Zawahreh.

(I will try to update, also on tweeter and instagram @annepaq, and for one of the best visual sources check also the website of Activestills, we have tweeter and FB too)

-----------------français  ----------------------------------------------------------------------------------------------

La nuit dernière, je n’arrivais pas à dormir. Je repassais dans ma tête  les images horribles de cet enfant palestinien plus tard identifié comme Ahmed Saleh Manasra, 13 ans, gisant dans une mare de sang, agonisant tout en étant insulté par des israéliens. Celui qui tournait la video a dit à cet enfant:  “meurs,  fils de pute, fils de la plus grande putain!", et a ajouté en s’adressant aux policiers israéliens. ”Faites lui une faveur, et tirez lui dans la tête!"
(voir le rapport de PCHR ici).

Ahmed était dans un tel de torpeur et de douleur, et  a été laissé seul face à la mort tandis qu'un officier israélien lui a donné des coups de pied à deux reprises. Aucune ambulance n’est venue rapidement pour l'évacuer. Apparemment, il a été poursuivi par une voiture de police israélienne qui lui est rentré dedans. La vue de cet enfant, agonisant dans son sang, et entouré par une foule qui s’en réjouit est à la fois atroce et terrifiante.

 La police israélienne a affirmé qu’avec son cousin de 15 ans, Hassan, ils ont poignardé un enfant israélien à  vélo et ont blessé un autre israélienne, mais meme si c’est vrai, il est quand meme incroyable que  son traitement n’ait pas provoqué l'indignation internationale.  Se pose-t-on la question de comment un enfant, s’il s’est avéré qu’il a bien attaqué un autre enfant israélien, en est arrivé là? Hassan lui a été abattu sur le champ.

La vidéo horrible est devenue virale sur internet, mais n'a pas été repris par les médias traditionnels - il y a bien sur sa nature graphique, mais les medias auraient pu choisir de la passer en utilisant des méthodes de flouage, et de garder la bande sonore de la haine qui se répand en Israël, et a atteint un niveau sans précédent et terrifiant. Il y a une mentalité grandissante de lynchage et de haine  en Israël, et maintenant tout le monde est encouragé à porter une arme. Les exécutions extra-judiciaires sont devenus la norme. «Mort aux Arabes» est chanté les nuits par des foules à Jérusalem qui cherchent des Palestiniens  à tabasser. Mais cela n’est apparemment pas assez intéressant pour les médias. Qui ose parler aujourd'hui de la radicalisation de la société israélienne?

Je suis arrivée il y a quelques jours au milieu de fortes tensions. 
Dès que je suis arrivée à Jérusalem samedi, je suis tombée sur le site d'une attaque, un jeune Palestinien- Ishaq Badran, 16 ans, de Kafr Aqab, venait d’être abattu par la police israélienne après avoir effectué une attaque présumée  au couteau . J’avais encore ma valise que j’ai laissée à des Palestiniens pour prendre mes premiere photos de ce nouveau chapitre en Palestine. Les membres de la police israélienne étaient nerveux et nous criaient dessus.  Voilà, je pensais mettre une belle photo d'une assiette de falafel et de humous pour annoncer que je suis de retour, et à la place; voici une photo d'un adolescent palestinien mort.

J’ai continué mon chemin au camp Aida. La famille avec qui je vais rester  est encore traumatisée par l'assassinat d’Abed al-Rahman Shadi Obeidallahe, agé de seulement 13 ans, tué il y a seulement quelques jours, 
Il a été abattu, encore vêtu de son uniforme scolaire près du coeur, par les forces israéliennes lors d'affrontements dans le camp de réfugiés. Le garçon de la famille qui m’accueille était son camarade de classe. «Nous avons beaucoup pleuré», m'a dit sa mère. «Les enfants n’ont pas le coeur à étudier», ajoute-elle. Pas étonnant. L'aîné de la famille, 16 ans, est triste et ne parvient pas à dormir à cause de la situation. Elle avait l'habitude de sourire beaucoup, maintenant le sourire a disparu.

Partout, de la douleur et de la colère . Des décennies de l'occupation militaire et la colonisation ont affecté tous les Palestiniens, leur rendant la vie misérable. Que peut-on encore espérer lorsque toutes les négociations n’ont abouti à rien, sinon d'être privés de plus de droits et de terres? Comment les enfants peuvent-ils reagir face aux images des enfants palestiniens tués à Gaza (plus de 500) l’année dernière en toute impunité ? 
Qu'attendez-vous des Palestiniens? Qu’ils restent assis et qu’ils attendent patiemment tout en regardant leurs terres confisquées et leurs proches se faire massacrés, arrêtés, et humiliés?

Rappel: la cause première de toutes les violences est l'occupation et la colonisation. Ce sont la cause profonde de la violence. 

La seule manière de cesser le bain de sang est d’en finir avec l’occupation. 

Les médias traditionnels ont rejoint se contentent de présenter la situation comme un «cycle de la violence», une nouvelle vague de terreur avec comme sous-titres que la violence exercée par les Palestiniens - le peuple occupé - est égale à celle utilisée par des décennies par la puissance occupante et coloniale-  les Israéliens. Ce n’est pas equivalent, il faut mettre dans l'équation  la répression brutale menée par l'Etat d'Israël contre les Palestiniens depuis sa création, et le déni de leurs droits les plus élémentaires.

Aussi les médias sont prompts à présenter la version officielle israélienne des attaques, comme une vérité inébranlable tandis que dans certains cas il est apparu qu'il était peu probable que les Palestiniens avaient une arme sur eux et même si c’était le cas pour certains, ils auraient pu être neutralisé sans les abattre. Regardez la vidéo de la jeune femme palestinienne sur laquelle des policiers israéliens ont tiré à bout portant à Afula. Ils ont dit qu'elle portait un couteau, mais sur une autre vidéo qui a été publiée il semble qu'elle tenait ses lunettes. Les lunettes sont vus près d'elle, alors qu’elle est à terre, et quelqu’un les envoie au loin.

Même si vous doutez de dernière vidéo qui montre les lunettes et qu'en effet elle avait un couteau, elle aurait facilement pu être arrêtée sans qu'on lui tire dessus plusieurs balles.

Voir les deux clips ici:

La tension est très palpable. Je demandai un chauffeur de taxi si il voulait une Intifada. Il m’a répondu un retentissant oui -. Oui on en a marre! C'en est assez! Je lui ai demandé aussi ce qu'ils pensait aussi de l'Autorité palestinienne .
 Il a répondu: « Aussi assez ! Ils aident seulement les Israéliens !

Je suis allée de nouveau à Jérusalem hier, et je me suis vite retrouvée dans un taxi en suivant les voitures de la police israélienne. Quelque chose était arrivé. C’était  une autre attaque. Une adolescente palestinienne identifiée plus tard comme Marah al-Bakri, âgée de 17 ans, avait été blessée par plusieurs balles. Il a été allégué également qu'elle a attaqué un Israélien. Un camarade de classe interviewé par Shehab News Agency a expliqué qu'elle était entourée par les différents membres de la police et a entendu au moins 10 coups de feu. Les forces israéliennes qui prétendent être parmi les meilleurs ne pouvaient pas arrêter une jeune de 17 ans sans tirer plusieurs coups de feu?
(voir une version très différente de la police par l'organisation PCHR ici): 

Pourquoi autant de fusillades maintenant? C’est parce qu'il y a eu un veritable  ‘permis de tuer’ délivré par le gouvernement israélien de Netanyahou qui a poussé et obtenu de nouvelles consignes de tir, qui permettent essentiellement à  la police israélienne à tirer chaque fois qu'ils soupçonnent une attaque. Autrement dit- n’importe quand. 

Les chiffres sont frappants. Depuis le 1er Octobre, 27 Palestiniens ont été tués, parmi eux 10 enfants, tandis que 7 Israéliens ont été tués dans la même période. Plus de 1.300 Palestiniens ont été blessés, beaucoup avec des balles réelles.

Hier, je couvrais les affrontements qui se déroulent près de Bet El, un camp militaire près de Ramallah. Quelques 200 Palestiniens, essentiellement des jeunes, étaient là, peut-être 50 étaient actifs à lancer des pierres sur des soldats israéliens qui les visaient avec leurs armes sophistiquées, protégés derriere leurs équipements de robocop . Il n'y eu aucune blessure grave cette fois, mais cela pourrait arriver, d'une minute à l’autre, à n’importe quelle personne présente. Il y a quelques jours, une chercheuse pour Human Rights Watch, a été blessée par balle à la même place, en dépit d'être clairement marquée «Presse».

À un moment donné, deux jeeps militaires israéliennes ont décidé d'aller plus loin et ont contourné les Shebabs (jeunes Palestiniens), pour des raisons qui ne sont pas claires. Certains Palestiniens ont couru après la jeep et lui ont jetée un cocktail  molotov. Le haut le la jeep s’en enflammé, ce qui à pousser les soldats israéliens à se retirer rapidement. Cela a été suivi par des acclamations de la foule. Un sentiment de fierté était palpable.

L'humiliation des Palestiniens par leurs occupants dure depuis des décennies, et est très bien comprise et ressentie par ces jeunes. Cette génération de jeunes, qui est moins dépendante des lignes de partis habituelles et de l'Autorité palestinienne, n’en veulent plus et pourquoi devraient-ils s'y plier? Qu’ont-ils à perdre, alors que le futur que les Israéliens et la communauté internationale leur trace ne leur appartient pas? Le chemin de la révolte, meme difficile, sera au mien le leur. 

Alors que j’ écris ces lignes j’entends beaucoup de sirènes et les bruits sourds des grenades lacrymogènes lancés par les soldats. Probablement plus de jeunes palestiniens sont blessés dans les affrontements devant le Mur qui longe le camp de réfugiés de Aida.

UPDATE: Alors que je tentais de télécharger le poste, on m'a annoncé qu'il y avait un Palestinien qui avait été tué lors de la manifestation à Bethléem. Je reviens tout juste de l'hôpital pour assister à une scène si familière. Des Palestiniens défilent devant un corps pour un dernier au revoir. Il avait 27 ans, était du camp de Deheishe. Son nom était Mutaz Ibrahim Zawahreh.

Mutaz Ibrahim Zawahreh, 13.10. 2015

Monday, July 06, 2015

Call for action: Gaza #ObliteratedFamilies street exhibits /

(c) Anne Paq/

Photo: Nabil Syam (33), whose arm was amputated following his injuries, stands with his only child who survived, Bader, also seriously injured in the attack. Nabil lost his wife, and 4 of her 5 children. In total 13 members of the Syam family were killed while they were fleeing in the street. 

Photo: Nabil Syam ( 33 ) avec son fils de quatre ans, Bader, dans la rue où ils ont été attaqués, à quelques mètres de leur maison alors qu'ils fuyaient avec une trentaine de membres de leur famille. Nabil, dont le bras a été attaqué à la suite de ses blessures, a perdu sa femme et quatre de ses cinq enfants. Bader a été grièvement blessé. Au total, 13 membres de la famille ont été tués Syam. 

(Français suit)

One year already, and Gaza is still in ruins while victims wait for justice. 

More than 140 families lost more than three members or were wiped out entirely during the 2014 Israeli military offensive in Gaza.

#ObliteratedFamilies is an Activestills project telling the stories of these families produced in collaboration with Al Mezan Center for Human Rights.

One year after the beginning of the Israeli military offensive on the Gaza Strip, the situation in Gaza is appalling. It is intolerable to think that the survivors are left alone in the ruins with the pain of losing loved ones and no prospect of a better future.

Activestills collective calls upon activists and persons of conscience to spread these photos in their communities by making available an exhibition kit including digital images ready to be printed and explanatory text.

In return, we ask that you to send us back photos of the street exhibits, with the location so we can invite people to see it; and to put it on social media with the hashtag #ObliteratedFamilies. 

All you need is to set up a small team to make it happen.

Download your exhibit kit here:

For any question please contact us at:


Un an déjà, et à Gaza est toujours en ruines alors que les victimes attendent justice.

Plus de 140 familles ont perdu plus de trois membres ou plus au cours de l' offensive militaire israélienne à Gaza de l'été 2014.

#ObliteratedFamilies (familles décimées) est un projet de Activestills pour raconter les histoires de ces familles, produites en collaboration avec le Centre Al Mezan pour les droits de l'homme.

Un an après le début de l'offensive militaire israélienne sur la bande de Gaza, la situation à Gaza est toujours désastreuse. Il est intolérable de penser que les survivants sont laissés seuls dans les ruines avec la douleur de la perte de leurs êtres chers et aucune perspective d'un avenir meilleur.

ActiveStills appelle les activistes et les personnes de conscience pour diffuser ces images dans leurs communautés en mettant à disposition un kit d'exposition comprenant des images numériques prêtes à être imprimé,  un texte explicatif et les légendes.

En retour, nous vous demandons de nous renvoyer les photos des expositions de la rue,  en indiquant  l'emplacement afin que nous puissions inviter les gens à la voir; et de le mettre sur les médias sociaux avec le tag: #ObliteratedFamilies.

Il faut simplement une petite équipe et un budget modeste pour mettre en place les expositions.

Téléchargez votre kit d'exposition en français ici:

Pour toute question contactez-nous à:

Sunday, June 28, 2015

Action against Pinkwashing, Berlin, 27.6.2015

 Activist distributes leaflets against Pinkwashing just in front of an Israeli supporter who distributes Israeli flags with rainbow colours

Israeli flags with rainbow colours were distributed all over..but so were the flyers against Pinkwahsing

 The Palestinian and rainbow flags at the top of the Berlin Victory Column!

(c) Anne Paq/, Berlin, 27.6.2015

Great action against Pinkwashing by activists who invited themselves in the Christopher Street Day (CSD) parade in Berlin disrupting Israeli ambassador during his opening speech and displaying banners against pinkwashing . 

Israel cannot instrumentalize the LGBTQI rights and pride marches to present itself as liberal and democratic when oppressing millions of Palestinians including of course the LGBTQI persons.


Très bonne action contre le 'pinkwashing' par des activistes qui se sont invités au défilé du Christopher Street Day (CSD) à Berlin, la grande marche des fiertés, et ont perturbé le discours d'ouverture de l' ambassadeur d'Israël et ont brandi des bannières contre le pinkwashing. Israël ne peut pas instrumentaliser les droits des personnes LGBTQI et les marches des fiertés pour essayer de vanter Israël comme un pays libéral et démocratique alors qu'Israël continue d' opprimer des millions de Palestiniens, y compris bien sûr les personnes LGBTQI  

video of the action:

Monday, June 22, 2015

Action in solidarity with migrants / Action en solidarité avec les migrants, Berlin, 21.6.2015


(c) Anne Paq/, Berlin, 21.6.2015

Activists storm the field in front of the Reichstag today in Berlin to pay tribute to the thousands of migrants who died on their way to Europe and protest against European restrictive migration policies. "Refugees are welcomed here" was one of the strong slogans used during the action.
The march and action include thousands of people. Activists storm the fences around the Reichstag field and dig dozens of symbolic graves.
This action was part of a campaign "die toten kommen" (the dead are coming) which is organized by the Center for Political Beauty, a Berlin-based art activist group. There were actual two reburials of migrants in Berlin the last week.

Les activistes ont fait tomber mes barrières et ont occupé le champ en face du Reichstag à Berlin  pour rendre hommage aux milliers de migrants qui sont morts sur leur chemin vers l'Europe et pour  protester contre les politiques migratoires européennes restrictives . «Les réfugiés sont les bienvenus ici " était l'un des slogans utilisés lors de l'action forte .

Des milliers de personnes ont participé à la marche et action . Des dizaines de tombes symboliques ont été creusées en face du Reichstag sous l'oeil des policiers qui n'ont pas pu arrêter un tel nombre d'activistes déterminés.

 L'action faisait partie d'une campagne « die Toten kommen" ( les morts arrivent ) organisée par le Center for Political Beauty, un groupe activiste de Berlin qui utilise l'art. Il y a eux deux enterrements cette semaine à Berlin de migrants morts dans la Méditerranée.